Category Archives: Bruichladdich

Bruichladdich – The Classic Laddie (# 187)

Nom : Bruichladdich – The Classic Laddie

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 50%

Site web : bruichladdich.com/the-classic-laddie 

Prix : 67$

Disponibilité : SAQ #12471715

Bruichladdich est une distillerie d’Islay qui ne nécessite plus vraiment de présentation. En effet elle fait déjà bonne figure dans le vaste monde du Scotch.  Au fil des ans, elle s’est taillé une place au sommet des Maîtres de la tourbe d’Islay, je dirais même “King of the Peat” avec ses éditions Octomore qui sont exagérément tourbées à des taux de 160 à 220PPM !!

Mais aujourd’hui avec le Classic Laddie, on est à l’antipode l’Octomore car il est non tourbé…

Ma dégustation :

Couleur : Jaune paille, reflets dorés, particules en suspension

Nez : céréales, fruits blancs, alcool, maritime

Goût : Céréale, sucré, fruits frais, boisé léger, salin

Finale : moyennement longue et plutôt saline

Au visuel, c’est la pâleur typique des whiskies d’Islay, jaune paille, et reflets légèrement dorés. Après quelques tournoiements du liquide dans le verre, de nombreuses petites coulisses se forment et tardent à redescendre dans le verre. Quelques petites particules sont en suspension dans le scotch.

Au nez, à l’approche, c’est délicat et plutôt céréalier et sucré. Par la suite, les fruits blancs fraîchement coupés font acte de présence, plus particulièrement la pomme et la poire. Il faut faire attention à la brûlure d’alcool, les 50% sont quand même bien ressenti si on hume un peu trop intensément. Quelques notes maritimes sont à l’arrière-plan.

En bouche, c’est délicat, un peu malté et légèrement sucrée, mais attention à la gorgée, car si trop volumineuse, la brûlure d’alcool anesthésie la bouche instantanément! À l’arrière de cette barrière, c’est le retour des fruits frais tels la pomme croquante, la poire bien mûre et la nectarine.  Une petite touche légèrement florale accompagne quelques notes de malt doré, légèrement boisés et maritimes.

La finale est d’une longueur convenable et s’étire surtout sur les notes de sel marin et de bord de mer. Un peu de bois et de malt sucré viennent compléter le tout, lesquels demeurent tout de même dominé par les notes salines.

Quelques fois, c’est très agréable et satisfaisant de déguster un scotch d’Islay qui n’est pas tourbé ni fumé, cela laisse toute la place à la céréale et à l’influence de l’air marin de l’île…

Advertisements

Bruichladdich – Port Charlotte 10 ans (# 134)

134 F Bruichladdich PC10Nom : Bruichladdich – Port Charlotte 10 ans 

Type : Scotch single malt 

Région :Islay, Écosse 

Taux d’alcool : 46% 

Site web : www.bruichladdich.com

Prix : 69$

Disponibilité : SAQ #11963689 (présentement non disponible)

Avec la série « Port Charlotte », Bruichladdich rend hommage à une distillerie légendaire qui a fermé ses portes il y a déjà bien longtemps. Seulement quelques bâtiments de cette distillerie sont encore intacts, notamment les entrepôts que Bruichladdich a acquis et les utilisent pour le vieillissement des tonneaux de scotch destinés à cette gamme.

Les scotchs « Port Charlotte » sont à l’origine d’un projet visant à produire des scotchs whiskies très tourbés. Ce projet a débuté en 2006 avec l’embouteillage du PC5 qui était, vous l’aurez deviné, âgé de cinq ans, puis ont suivi les PC6, PC7, PC8, PC9 pour finalement aboutir au Port Charlotte 10 ans. Ce dernier fait maintenant partie de la gamme principale des scotchs de Bruichladdich.

Le Port Charlotte 10 ans est considéré « Heavily Peated » avec ses 40ppm de phénol. C’est en effet extrêmement tourbé quand on le compare à la majorité des autres scotchs qui ont un taux de phénol de 20ppm ou moins. Par contre, c’est relativement peu si on le compare à l’Ardbeg Supernova et au Bruichladdich Octomore, lesquels tirent respectivement 100ppm et 130ppm !

Ma dégustation :

Couleur : Or éclatant reflets dorés, sirupeux 

Nez : Tourbe sucrée, fumée, citron 

Goût : tourbe fumée et sucrée, agrumes-fruits rouges, cassonade 

Finale : tourbe, feu de camp, sauce BBQ

La couleur de ce scotch d’Islay est d’un or éclatant et lorsque regardé à travers la lumière il offre quelques reflets tirant entre l’ambre et l’orangé. La texture est assez sirupeuse les coulisses fines et nombreuses tardent à redescendre. Quelques fines particules sont en suspension dans le liquide.

Au nez, dès que le whisky est versé, on peut immédiatement sentir la tourbe sucrée et fumée. À l’approche, c’est vraiment de la tourbe légèrement fumée et quelques notes florales. Par la suite apparaît une fumée citronnée accompagnée d’une odeur me rappelant les coquilles de noisettes. Quelques notes maritimes se retrouvent également très loin à l’arrière-plan.

En bouche, la tourbe se dévoile lentement et est légèrement sucrée et fumée. Par la suite, la cassonade légèrement brûlée accompagne les épices et la morsure d’alcool. Une petite amertume de zeste d’agrumes, particulièrement le citron, qui se joint à l’ensemble. Des petits fruits rouges sucrés cuisant dans la cassonade font acte de présence en début de finale.

La finale, sucrée et fruitée est également tourbée et persistante. La tourbe, le bois de feu de camp et la sauce BBQ aux fruits s’étirent sur de longs moments tout en laissant un sourire bien ancré sur mon visage.

Ah bien ça, c’est quand même pas mal du tout ! Une belle expérience où la tourbe et la fumée, tout en étant présentes, laissent quand même beaucoup de place aux autres saveurs pour s’exprimer. Un scotch whisky d’Islay tourbé, mais sans trop « décaper », qui est quand même abordable (lorsque disponible) et qui offre une belle qualité.

Je le recommande !

Club Whisky Montréal: Soirée Islay!! (#55, 56, 57, 58, 59)

Club Whisky Montreal_logo

Mardi le 29 janvier 2013 en soirée, au Masonic Memorial Hall (2295, St-Marc, Montréal, Québec), se tenait le tout premier événement officiel du Club Whisky Montréal! Les membres inscrits se sont vu remettre leurs verres officiels du club. Six beaux verres Glencairn avec le logo du club gravé dessus. Une belle réussite, Bravo!

verres WM

La soirée avait pour thème « Islay ». Pour le choix des scotchs, la même formule que la dernière fois a été retenue, c’est-à-dire quelques semaines avant l’événement, les participants avaient accès à un sondage Doodle sur internet afin de faire leurs choix de scotchs, tous évidemment de l’île mythique d’Islay. Voici donc les cinq ayant reçu le plus de votes qui ont été retenus pour la soirée :

Bruichladdich – The Laddie Ten (46%)

Douglas Laing – Bunnahabhain 10 ans (50%)

Douglas Laing – Caol Ila 16 ans (50%)

Bowmore 15 ans Darkest (43%)

Douglas Laing – Laphroaig 15 ans (50%)

Tout au long de cette soirée, Jean-François Pilon, Président du club nous a conduit avec main de maître dans ce petit voyage sur l’île d’Islay. Informations intéressantes sur les distilleries de l’île, des différentes façons de chacune d’elles de distiller, comment elles obtiennent leurs orges maltés et quels en sont les niveaux de phénols, les différents fûts utilisés et les différences entre ceux-ci. Aussi, pour chaque scotch dégusté, tant pour le nez, le goût et la finale, une interaction entre les membres et l’animateur prenait place, chacun y allait avec ses commentaires et observations. Ce fut très intéressant et instructif !!

Maintenant, voici mes appréciations pour ces cinq scotchs :

——————-

Bruichladdich Laddie Ten

Nom : Bruichladdich – The Laddie Ten (# 55)

Taux d’alcool : 46%

Prix : 64$

Disponibilité : LCBO

Whisky Montréal voudrait remercier Narada Brind’Amour de la boutique lecacaoyer.com pour “l’échantillon”.

Nez : Dès le versement dans le verre, une odeur de « Bubble gum » rose domine. Après quelques minutes elle disparaît et c’est maintenant la pomme verte et les poires fraîches qui s’installent. Ensuite,  un sucré d’orge malté s’ajoute au bouquet.

Goût : Dès l’entrée en bouche c’est frais et sucré. Des saveurs de fruits frais, d’orge grillé et de caramel à la fleur de sel arrivent ensuite. Les tanins sont vifs et apportent un support à l’expérience.

Finale : La finale est assez boisée et sèche. Après quelques instants, un goût de pastilles aux cerises (Halls) se fait sentir. Plus la finale s’étire et plus le salin l’emporte.

Un scotch acceptable, mais je m’attendais à un peu plus, étant donné les éloges faites sur internet depuis son embouteillage. Peut-être un peu doux pour mes attentes d’un scotch d’Islay. Certains membres l’ont décrit comme un scotch « de femme » ! Peut-être…

——————-

Bunnahabhain 10 D&LNom : Douglas Laing – Bunnahabhain 10 ans (# 56)

Taux d’alcool : 50%

Prix : 104$

Disponibilité : SAQ #11775987

Nez : Au nez, c’est immédiatement du caramel brûlé qui se mélange à des fruits secs comme des raisins Sultana et des pruneaux. À l’arrière-plan, une légère tourbe est présente et se marie à une odeur de bois sec.

Goût : Au goût, l’orange au chocolat est bien présente. Par la suite, les pruneaux se mélangent aux épices. Le boisé, qui semble légèrement grillé, est également bien marqué.

Finale : La finale est bien enrobante et bien fruitée avec des goûts d’orange, de pruneaux et de figues séchées. Le tout s’allonge sur un salin océanique.

Wow !! Belle découverte, j’ai déjà goûté leur OB 12 ans, j’avais bien aimé. Mon voisin de table, qui possède une bouteille de 12 ans chez lui, me mentionnait que ce 10 ans lui apparaissait plus complexe.

——————-

Caol Ila 16 and D&LNom : Douglas Laing – Caol Ila 16 ans (# 57)

Taux d’alcool : 50%

Prix : 149$

Disponibilité : SAQ #11776111

Nez : À la première approche, l’alcool est bien présent. Par la suite, une douce fumée accompagne une légère odeur citron/limette. Des odeurs salines et maritimes sont également présentes à l’arrière-plan.

Goût : En bouche, une douce tourbe légèrement fumée nous accueille dès les premiers instants. Par la suite, le sucré d’une cassonade légèrement brûlée accompagne brillamment des notes d’agrumes, de vanille et des tanins chaleureux.

Finale : La fumée se joint à des notes vanillées et légèrement sucrées. Plus elle s’étire, plus des notes salines et maritimes dominent.

Oh Wow! Le Caol Ila 12 ans est magnifique, mais celui-ci est sublime!…rien à redire, à part que j’en voudrais encore!!

——————-

Bowmore 15 ans DarkestNom : Bowmore 15 ans Darkest (# 58)

Taux d’alcool : 43%

Prix : 95,75$

Disponibilité : SAQ #10870704

Nez : les effluves sont assez boisés, des notes de sherry (fruits secs) accompagnent la framboise, le chocolat et la cassonade.

Goût : en bouche, léger et plutôt floral. La lavande accompagne des notes de lilas. Par la suite, le sucre légèrement brûlé accompagne une fumée qui me rappelle un feu de camp en plein été.

Finale : la finale est très sherried, les fruits secs et des notes un peu vineuses accompagnent celles d’un feu de camp qui vient de s’éteindre. Une amertume marquée prend également place.

Je dois avouer que depuis plusieurs années je voulais m’acheter une bouteille de ce Bowmore, mais plus maintenant, ce fut définitivement ma déception de la soirée. En s’appelant « Darkest » je m’attendais à être écorché un peu plus.

——————-

Laphroaig 15 ans D&LNom : Douglas Laing Laphroaig 15 ans (# 59)

Taux d’alcool : 50%

Prix : 152$

Disponibilité : SAQ #11776007

Nez : Au nez, dès les premiers instants, ce sont des noix grillées et fumées. Puis arrivent les notes médicinales (de l’Ozonol ou du Polysporin) et un petit côté marin prend place à l’arrière-plan.

Goût : En bouche, c’est du caramel brûlé, de la tourbe et de la fumée, les notes médicinales si typiques à Laphroaig sont maintenant bien en place.

Finale : La finale est digne d’un bon Laphroaig, c’est à dire des saveurs intense de fumée, de tourbe légèrement épicée et médicinale. Ce qui me surprend, c’est que, pour un Laphroaig, la finale est intense, mais excessivement courte, on dirait qu’elle augmente en intensité et puis, tout d’un coup, plus rien! Elle se termine.

Magnifique sur toute la ligne, mais la finale semble s’écourter beaucoup plus rapidement que les Laphroaig dit « OB »…

——————-

En conclusion, Islay est vraiment une île mythique où tout peut se produire. Les amateurs s’attendent habituellement à ce que les scotchs en provenance d’Islay soient absolument très tourbés, fumés et océaniques alors qu’elle est capable des plus subtils parfums et des délicatesses inespérées. Peut-être faut-il s’ouvrir et laisser les attentes de côté et apprécier le produit pour ce qu’il est, un bon scotch biens fignolé, et non un scotch « d’Islay » avec des caractéristiques prédéterminées! La question est lancée…

Encore une fois Bravo à toute l’équipe de Whisky Montréal pour une soirée enrichissante et un beau voyage!

Prochain rendez-vous, le 26 mars à 19h et le thème sera : Les whiskies Irlandais !

Pour vous inscrire: www.whiskymontreal.ca

Deuxième évènement du Club Whisky Montréal ! (#52, 53, 54)

Lundi le 3 décembre 2012 en soirée, au restaurant Lawrence, se tenait le deuxième évènement du Club Whisky Montréal nommé « Oloroso des Fêtes ». Quelques semaines avant ce deuxième évènement  les participants pouvaient faire leur choix parmi une quinzaine de suggestions via un sondage en ligne. Les cinq whiskies qui ont été retenus pour cette soirée sont les suivants :

  • Glendronach – 12 ans “Original”
  • Glengoyne – 12 ans “Cask Strenght”
  • Bruichladdich – 16 ans Cuvée Margaux
  • Isle of Jura – Prophecy
  • Ardbeg – Uigeadail

Voici mes notes pour trois de ces cinq scotchs, puisque ma fiche complète de l’Ardbeg Uigeadail se retrouve ICI. Une fiche complète suivra pour le Isle of Jura – Prophecy.

——————-

Glendronach 12 ansNom : Glendronach – 12 ans “Original”(# 52)

Taux d’alcool : 43%

Prix : 58,50$

Disponibilité : SAQ #10784099

Nez : les raisins secs, les abricots et le caramel à la vanille se mélangent à des notes de porto (sherry) et de bois grillé.

Goût : l’entrée en bouche est assez vineuse et accompagnée de fruits confits. Ensuite, un caramel, qui cette fois est légèrement épicé, vient se mélanger à des saveurs de porto et de feuilles de tabac.

Finale : encore le porto qui se mélange au chocolat noir et aux fruits confits. On ressent également fortement les tanins tout au long de la finale, laquelle est d’une longueur convenable.

Pour l’expérience du « sherried » c’est bien, mais personnellement, ce n’est pas un de mes préférés!

——————-

Glengoyne 12 ans CSNom : Glengoyne – 12 ans “Cask Strenght” (# 53)

Taux d’alcool : 57,2%

Prix : 72,75$

Disponibilité : SAQ #10784136

Nez : Des parfums de fruits secs tels les abricots et les raisins « golden » se mélangent aux épices et à un caramel au beurre. Une certaine fraîcheur se fait sentir et l’alcool est plutôt discret malgré les 57,2%

Goût : En bouche, les saveurs sont dominées par les épices et la poire fraîchement coupée, le tout accompagné par des arômes de bois grillé. Encore une fois l’alcool ne se fait pas sentir.

Finale : Assez longue, une amertume (comme croquer un pépin d’agrume) et un fruité sont présents en même temps. Intéressant.

Beau Cask Strenght qui livre la marchandise et remplit les attentes sans pour autant casser la baraque.

——————-

Bruichladdich margaux 16 ansNom : Bruichladdich – 16 ans Cuvée Margaux (# 54)

Taux d’alcool : 46%

Prix : 103$

Disponibilité : SAQ #11200260

Nez : Délicat et sucré, fruits des champs, poire et raisin vert et un peu maritime(?).

Goût : raisins verts et rouges, miel, zeste d’agrumes, beaux tanins bien balancés.

Finale : Longue, vineuse, et assez liquoreuse, elle laisse un goût en bouche que je connais, mais malheureusement je n’arrive pas à l’identifier!

Ah magique, de la finesse, du luxe et en même temps de la simplicité, mais oh, combien efficace!

——————-

Pour le Isle of Jura – Prophecy, « stay tuned » une fiche complète devrait suivre dans les prochaines semaines ! Disons que ce fut ma surprise de la soirée…

Quant au Ardbeg, que dire de plus, magnifique, voir ma fiche complète : Ardbeg – Uigeadail

En conclusion, encore une belle soirée, pleine de découvertes ! Félicitations à Jean-François Pilon pour l’animation dynamique, pertinente et intéressante ainsi qu’à toute l’équipe pour l’organisation.

BRAVO, continuez ce beau travail !!

🙂

Bruichladdich – Waves (# 4)

bruichladdich-waves

 

Nom : Bruichladdich – Waves

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.bruichladdich.com

Prix : 58,50$

Disponibilité au Québec : SAQ 11367959

 

Petite histoire :

Construite en 1881 par la famille Harvey, la distillerie de Bruichladdich (prononcé «brooikladdie») est située sur l’ile d’ « Islay », dans la partie nord de la baie (loch) de Lochindaal.  Son voisin d’en face (de l’autre côté de la baie) est nul autre que la distillerie Bowmore.

Pour la confection de ce single malt, plusieurs millésimes vieillis en barrique de Bourbon et de Madère ont été sélectionnées.  Le « Master distiller » de la distillerie, Jim McEwan, a également voulu réduire le niveau de tourbe (aux alentours de 15ppm) afin de le rendre plus accessible.  L’âge de ce single malt n’est pas indiqué sur la bouteille.  Après quelques recherches sur internet, ce serait possiblement un sept ans.  Ne pas mentionner l’âge sur la bouteille est sûrement une décision purement marketing.

 Ma dégustation :

Couleur : dorée avec légère teinte rosée

Nez : très léger, odeur de bord de mer (salée), légèrement tourbée, barrique de vin(?)

Goût : faible goût de tourbe, pointe de fumée, sensation d’alcool

Finale : Assez longue, tourbe plus présente et boisée, un peu sucrée

 

De couleur dorée avec une légère teinte de rosée.  Cela vient probablement de l’affinage en barrique de madère. C’est un scotch qui est non filtré à froid, et aucun caramel de coloration n’a été ajouté.

Pour le nez, je dois avouer que j’ai eu de la difficulté.  Un nez qui n’est pas très présent, voir plutôt subtile.  Une faible odeur de bord de mer (sel), une tourbe effectivement assez modérée pour un « Islay » et la fumée est très peu présente.  Quelques notes sucrées sont également palpables.  Petite parenthèse, à la maison, j’ai un fumoir pour viande et poisson.  Pour ce faire j’ai des bâtonnets de chêne provenant d’un tonneau de vin.  L’odeur de ce bois m’est venue lors de ma dégustation?

En bouche, la tourbe est effectivement présente, mais vraiment modérée, voir pas assez.  Une sensation d’alcool un peu trop présente semble anesthésier les saveurs.  Un peu salé en bouche avec une finale un peu sucrée (vanillée ou mielleuse?).  J’ai ajouté quelques gouttes d’eau de source et les saveurs semblaient plus présentes, plus ouvertes.

La finale est relativement longue, mais pas persistante.  Boisée, assez salée et la tourbe refait un peu surface. On peut maintenant goûter un peu plus les notes sucrées de miel et de vanille.  Le goût restant est définitivement le sel.

En conclusion, un single malt pas mal, mais un peu effacé.  Il semble vouloir faire tout ce que « Islay » peut offrir, mais sans jamais finalement atteindre le but visé ?  On dirait qu’on en voudrait plus !

Selon moi, une personne voulant s’initier à la robustesse des scotchs du style d’« Islay », mais sans être mis K.O. à la première gorgée, ce single malt serait un excellent point de départ.

%d bloggers like this: