Archives du blog

Glen Moray 12 ans (# 186)

Nom : Glen Moray – 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : glenmoray.com

Prix : 48,75$

Disponibilité : SAQ #11904363

Glen Moray est une distillerie du Speyside située sur les berges de la rivière Lossie près de la ville d’Elgin. Elle était initialement une brasserie du nom de West Brewery et elle fut convertie en distillerie en 1897. Elle a été par la suite vendue aux propriétaires de Glenmorangie vers 1920 et est depuis 2008 la propriété de la compagnie française La Martiniquaise. La gamme des whiskies de Glen Moray est plutôt conventionnelle avec ses éditions de 12, 15 et 18 ans ainsi qu’une version « premium » de 25 ans d’âge. Ils offrent également une version tourbée à environ 40ppm.

Malheureusement la SAQ nous offre seulement la version 12 ans que je vous présente aujourd’hui.

Ma dégustation :

Couleur : or pâle, reflets dorés, sirupeux

Nez : fruits frais, sucre blanc, vanille boisée

Goût : fruits frais et confits, boisé, vanille

Finale : longue, sucrée, fruitée et boisée

Au visuel, ce scotch est d’un invitant or bien brillant offrant des reflets dans la même palette de doré. Sa texture est légèrement sirupeuse, les jambes sont tout de même nombreuses, larges et redescendent lentement au fond du verre.

Au nez, dès l’approche du verre c’est un panier de fruits du verger bien frais telles que la pomme verte, la poire et la pêche blanche le tout saupoudré de sucre blanc. Par la suite une légère touche de bois toasté et une douce vanille se mélangent à l’ensemble.

En bouche, c’est fruité, sucré, mais en toute délicatesse. Les fruits du verger sont encore au rendez-vous, mais maintenant quelques abricots secs et d’oranges confites se mélangent à l’ensemble. Puis, le bois légèrement torréfié fait apparaître une belle vanille légèrement épicée à la cannelle et au gingembre (mais quand même à faible dose). La douceur sucrée, légèrement boisée et épicée tapisse le palais et apporte un sourire sur mes lèvres.

La finale est un peu courte mais plutôt plaisante, elle est légèrement fruitée, sucrée et boisée, c’est tellement agréable que ça donne le goût d’y replonger aussitôt… dangereux !

Un très bon petit scotch facile d’approche et sans prétention, et avec un certain degré de complexité, parfait pour ceux qui voudraient s’initier au monde des singles malts, sans se ruiner… personnellement ce serait une bouteille que je pourrais avoir souvent sous la main.

Publicités

Bowmore 12 ans (# 162)

162 F Bowmore 12 ansNom : Bowmore 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.bowmore.com/whiskies/12-years-old/

Prix : 58,75$

Disponibilité : SAQ #330803

Le Bowmore 12 ans, quel classique ! Ma passion et mon intérêt pour le scotch et le whisky en général a débutée avec bien sûr le Lagavulin 16 ans. Mais c’est avec le Bowmore 12 ans et le Laphroaig Quatrer Cask que j’ai vraiment commencé à tripper sur Islay, sa fumée, sa tourbe maritime et ses notes iodées. Je ne peux pas croire que c’est la 162e fiche de dégustation sur mon blogue et que je n’avais pas encore parlé de ce classique !

Ma dégustation :

Couleur : Jaune or, reflets or pur, sirupeuse

Nez : Huile de citron-orange, maritime, tourbe mielleuse

Goût : Citron, fumée et tourbe saline, légèrement floral

Finale : Longue et persistante, citron, tourbe, saline

La couleur de ce classique est d’une beau jaune doré et offre de beaux reflets d’or pur, quelle belle couleur invitante. En faisant tournoyer le liquide dans le verre, plusieurs minces coulisses se forment et tentent de redescendre au fond du verre, mais en vains, elles se brisent en plusieurs petites gouttelettes.

Au nez c’est de l’huile de citron et d’orange rappelant un peu les nettoyant à meubles (Murphy’s) qui se mélange à quelques pointes maritimes et iodées. Ensuite, la vanille et une tourbe légèrement mielleuse prennent la relève. Plus le scotch s’ouvre, plus la fumée et la tourbe dominent.

En bouche, c’est un classique qui me rappelle de nombreux souvenirs de jeunesse… les merveilleuses soirées à discuter avec mon père et mon frère au salon, de festivités familiales, de longues soirées de pelletage de tempête de neige… Excusez pour ce moment d’égarement dans mes souvenirs… quelques notes de citron et de fumée se mélangent avec une tourbe légèrement mielleuse et quelques notes iodées et maritimes. Par la suite, c’est curieusement floral, la tourbe sort un peu plus végétale et florale, mais demeure quand même fumée et maritime.

En finale, la tourbe et les notes salines se mélangent à une fumée légère et réconfortante. Que demander de plus d’un classique. Petit bémol, ce classique me semble un peu moins « peat & smoke » que dans mes souvenirs. Après quelques recherches sur le web, j’ai cru comprendre que pour la « nouvelle » version de son 12 ans, Bowmore l’aurait rendu un peu moins agressif et plus accessible, et ce, fort probablement pour rejoindre un plus grand public. C’est quand même une bouteille que je vais désormais garder à la portée de la main… Ne serait-ce que pour le côté nostalgique…

Merci encore ‘Pa !

Aberfeldy 12 ans (# 156)

156 F Aberfeldy 12 ansNom : Aberfeldy 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Highlands, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.aberfeldy.com

Prix : 50$

Disponibilité : SAQ #12206461

Situé au cœur des Highlands, la distillerie Aberfeldy fut construite en 1898 par John Dewar, le père de la célèbre marque du même nom. Depuis ce temps, elle n’a jamais cessé sa production, sauf bien sûr pendant les deux Grandes Guerres puisque les récoltes d’orge servaient surtout à nourrir les soldats envoyés au front.

De nos jours, une très grande partie des stocks d’Aberfeldy entre dans la composition des blended scotchs de la marque Dewar’s, comme par exemple le White Label et le Dewar’s 12 ans, mais il fait également partie des malts utilisés pour d’autres blends bien populaires. En tant que Scotch Single Malt, Aberfeldy est également offert dans des versions de 18 ans et 21 ans. Dégustons maintenant le cadet de la famille, l’Aberfeldy 12 ans.

Merci à mon frérot pour l’échantillon.

Ma dégustation :

Couleur : ambre caramel reflets dorés

Nez : fruits verts et agrumes, buttrescotch, boisé

Goût : alcool, fruits, boisé, épicé

Finale : courte, fruits au butterscotch, épices

La couleur est d’un ambre clair avec quelques reflets dorés rappelant un peu la couleur d’un doux et moelleux caramel au beurre. Après quelques tournoiements du liquide dans le verre, quelques minces mais consistantes jambes se forment tout autour, sans par contre avoir la force de redescendre au fond du verre. Elles se transforment lentement en une multitude de petites gouttelettes.

Au nez, c’est assez délicat, fruits verts et agrumes comme la pomme verte, la poire Bartlett, l’orange et la nectarine se mélangent et offrent un bouquet rappelant une belle salade de fruits frais. Puis, une petite pointe d’alcool arrive subitement mais qui s’étouffe aussitôt avec l’arrivée du butterscotch et de quelques notes boisées.

En bouche, c’est un peu piquant et chaleureux à l’entrée, comme si l’alcool était au premier plan. Puis, les fruits frais et les agrumes se mélangent à un sucré légèrement mielleux et onctueux qui vient adoucir le tout. Par la suite les raisins secs « Golden » trempés dans le butterscotch font acte de présence et accompagnent à merveille les délicates notes boisées et épicées.

La finale, quoique relativement courte est remplie de fruits frais, d’agrumes et de butterscotch bien crémeux avec un léger piquant d’alcool et d’épices à la toute fin.

Un petit scotch sans prétention qui descend relativement bien. Certaines saveurs sont sans aucun doute rattachées au blended de Dewar’s. Un petit whisky d’entrée de gamme qui se laisse boire assez facilement. Ce n’est pas un « must have » mais vous pouvez quand même vous laisser tenter…

Glenfiddich – 12 ans (# 140)

140 F Glenfiddich 12 ansNom : Glenfiddich – 12 ans

Type : Scotch Single Malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.glenfiddich.com/ca

Prix : 52$

Disponibilité : SAQ #00012385

Le Glenfiddich 12 ans est le porte-étendard de la distillerie, et probablement des Scotch single malt en général. Il est facilement reconnaissable de par sa bouteille verte triangulaire très typique et bien sûr par sa réputation. C’est le single malt le plus vendu dans le Monde.

Il est vieilli, vous l’aurez deviné, pendant au minimum 12 ans. Ce vieillissement s’est fait dans des fûts de chêne dont certains ont préalablement contenu du Bourbon et d’autres du Sherry. Une fois le choix des barriques fait et l’assemblage terminé, le tout passera une période de mariage et d’adoucissement d’environ 9 mois dans leur « marrying tun » avant d’être embouteillé.

En écrivant la fiche pour le Glenfiddich 15 ans Solera Reserve, je me suis rendu compte que je n’avais jamais fait la dégustation du 12 ans sur mon blogue ! C’est quand même étonnant puisque tout a commencé (ou presque) avec ce fameux « Glenfi » 12 ans. En effet, mon père avait toujours une bouteille verte triangulaire de « Glenfi » dans son armoire. J’ai donc souvent dégusté ce scotch avec mon père à plusieurs reprises, c’est probablement le scotch que j’ai bu le plus souvent !

Je me devais alors de lui rendre le respect qu’il mérite…

Ma dégustation :

Couleur : dorée, reflets rosés, texture moyenne

Nez : poires, agrumes, miel, boisé

Goût : miel, fruits, agrumes, boisé-épicé

Finale : « Sherry », agrumes, miel, courte

La couleur de ce scotch est assez représentative d’un « cliché » de whisky! D’un or scintillant tirant un peu sur l’ambre et offrant quelques reflets rosés… suave ! Les jambes sont minces et nombreuses mais peinent à redescendre au fond du verre, s’accrochant aux parois en petites gouttelettes.

Au nez, c’est délicat et jovial, on a droit à des poires coupées et du zeste d’agrumes fraîchement râpés. Par la suite, des pommes « Granny » et des notes de bois légèrement grillé baignant dans un rayon de miel doré prennent le dessus. À l’arrière-plan on perçoit un léger caramel au beurre qui a légèrement trop chauffé.

L’entrée en bouche est, tout comme le nez, délicate et vive en même temps, le miel, les fruits frais et les agrumes s’entrecroisent sur les papilles de la langue pour ensuite laisser un léger picotement qui appelle les notes boisées à prendre la relève. « Butterscotch », épices légères et un boisé léger s’allongent pour laisser place à la finale.

La finale, quoiqu’un peu courte, est relativement sur le « sherry » et laisse place à quelques notes rappelant un brin les feuilles de tabac et les fruits confits. Puis, les agrumes et le miel reviennent enrober le tout.

Comme scotch d’entrée de gamme chez Glenfiddich, c’est quand même canon ! Ce n’est pas pour rien qu’il est le Single malt le plus vendu au monde ! Facile à boire et offrant une complexité quand même intéressante, surtout pour celui qui voudrait s’initier au monde des Single malts tout en demeurant confortablement sur les sentiers battus.

Canadian Club – 12 ans « Small batch » (# 133)

133 F Canadian Club 12 ans SBNom : Canadian Club – 12 ans « Small batch »

Type : Whisky canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.canadianclub.com

Prix : 27,25$

Disponibilité : SAQ #126466

Canadian Club doit sûrement être le whisky canadien le plus connu au monde, de par son nom évocateur et significatif, mais également à cause de son histoire. Pendant la prohibition américaine des années 20, le Canadian Club était le whisky canadien de contrebande le plus distribué aux États-Unis. Plusieurs gangsters, le plus connu est sans aucun doute Al Capone, qui trafiquaient des cargos complets de Canadian Club afin de le vendre et le distribuer dans les réseaux criminalisés des grandes villes du Nord-Est des États-Unis.

On peut revivre une partie de cette époque historique en suivant les plans machiavéliques de « Nucky Thompson » dans l’excellente et très populaire série télévisée produite par HBO, « Boardwalk Empire ». À plusieurs reprises dans la série, on peut voir des entrepôts complets remplis de caisses de CC prêtes à être marchandées. Saviez-vous que le personnage de « Nucky » dans la série est une version fictive et romancée d’Enoch L. Johnson, un homme très influent dans le monde politique et au sein du crime organisé d’Atlantic City à cette époque.

Aujourd’hui, Canadian Club est couramment disponible en 5 versions :

  • le Premium, environ 6 ans d’âge
  • le Reserve, 9 ans d’âge
  • le Classic 12 ans « small batch »
  • le Sherry Cask 8 ans « small batch »
  • le Dock 57, un whisky aromatisé aux fruits

Il y a également des éditions un peu plus âgées (20 ans, 30 ans) mais qui sont un peu plus difficiles à trouver.

Celui qui nous intéresse aujourd’hui est le Classic 12 ans « small batch ».

Ma dégustation :

Couleur : cuivre franc avec des reflets orangés, sirupeux

Nez : caramel, épices, fruits rouges

Goût : petits fruits, carrés Kraft, épices

Finale : courte, sèche, épicée

La couleur est ce qu’il y a de plus « whisky ». Jouissant d’un beau cuivré et bien marqué de reflets orangés, elle est très attrayante et inspirante. Il est relativement sirupeux, les coulisses sont nombreuses, fines et redescendent rapidement au fond du verre.

Au nez, c’est assez timide. Des parfums passablement légers de cassonade sucrée et de caramel légèrement brûlé sont accompagnés d’épices de boulangerie et de notes vanillées. Par la suite des petits fruits rouges tentent de se frayer un chemin à travers une bouffée d’alcool et d’une petite odeur de plastique fondu. À l’arrière, une très timide pointe d’érable fait acte de présence.

Dès l’entrée en bouche, ce sont des petits fruits et une chaleur d’alcool qui se manifestent en premier. Par la suite, les petits caramels carrés au beurre style « Kraft » se mélangent à quelques notes d’épices et de bois. Les épices et le bois assèchent la bouche et quelques notes lointaines d’érable apparaissent en début de finale.

La finale est relativement sèche et courte. Le caramel au beurre et l’érable tentent de faire acte de présence, mais l’assèchement nous pousse à reprendre une gorgée.

C’est un whisky que j’aime bien traîner un peu partout, sur la terrasse l’été, en camping… bref il est un peu passe partout. Je l’ai tellement aimé, que j’avais terminé la bouteille avant même d’avoir eu le temps de faire une dégustation officielle ! J’ai « malheureusement » été « obligé » d’en racheter une autre bouteille, et pour ce prix, ce n’était vraiment pas un sacrifice !

Old Pulteney – 12 ans (# 120)

120 F Old Pulteney 12 ansNom : Old Pulteney – 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Highlands, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.oldpulteney.com

Prix : 69,75$

Disponibilité : SAQ: #10817495

La distillerie d’Old Pulteney a été fondée en 1826.  Elle est la plus au nord des distilleries continentales et est située au cœur de la ville de Pulteneytown, un village de pêcheurs bâti aux abords sud de la rivière Wick, qui se jette dans la Mer du Nord.  Le chai de la distillerie d’Old Pulteney est également situé très près de ces rives maritimes et les barriques qui y dorment en absorbent généreusement les arômes salins se trouvant dans l’air ambiant.

La gamme régulière des scotchs d’Old Pulteney est constituée de scotch de 12, 17, 21 et 30 ans.  Le 21 ans est également disponible à la SAQ pour un prix quand même raisonnable à 194$, et pour les poches plus garnies, une version 40 ans est également disponible à la SAQ pour la modique somme de 3 375$ !  Mais pourquoi donc la version 17 ans n’est pas disponible chez le Monopole d’État ? Je n’en ai aucune idée…

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre reflets rosés, sirupeux

Nez : fruits frais, salin, poivre

Goût : Sucré-salé, salade de fruits, soupçon d’épices

Finale : sel de mer, maritime, fruits sucrés

La couleur est d’un cuivre ambré bien franc et lorsque porté à la lumière de beaux reflets légèrement rosés sont visibles.  Le liquide enrobe bien les parois du verre et de larges coulisses se forment et redescendent lentement au fond du verre.

Au-dessus du verre, ce sont des fruits fraîchement coupés, notamment des pommes, des poires et du melon de miel, mais c’est comme si on les avait lavés à l’eau de mer ! Les notes salines sont bien en place et dominantes.  Par la suite, une petite note poivrée fait son apparition.

En bouche, c’est toujours sucré-salé, la salade de fruits dans un sirop mélangé avec un goût iodé et salin me rappelant l’eau des huîtres!  Ça me donne des idées pour ma prochaine dégustation d’huîtres !  Par la suite les notes maritimes se développent de plus en plus pour finir par être dominante.  Quelques notes d’épices et d’alcool s’ajoutent en début de finale, vraiment très bien.

Le sel marin domine vraiment, les saveurs maritimes sont solides et s’étirent de longs moments.  Le sucré des fruits essaie de revenir et tente de se faire une place tant bien que mal, mais finit par abandonner le combat !

Mon premier « Old P. » sur lequel je m’attarde vraiment, et je peux vous assurer que ce ne sera pas mon dernier… Ce 12 ans m’a plus que surpris, il m’a fait découvrir une distillerie que je vais tenter de découvrir, j’ai entendu que de bons commentaires sur le 17 ans et le 21 ans, j’ai bien hâte de pouvoir vous en parler dans une prochaine dégustation !

Merci Frérot pour le « dram » !

The Tweeddale Blend – Batch 3 (# 95)

Twitter Tasting #C2CC

Le 2 octobre 2013 à 21h (heure de Montréal) je participais à mon tout premier « Twitter Tasting ». Mais qu’est-ce que c’est ? Ce sont des événements qui se déroulent sur le réseau social Twitter organisés soit par des distilleries ou des distributeurs désirant faire connaître une nouveauté ou simplement par des passionnés dévoués et voulant rassembler un groupe d’amateurs et ce, afin de créer des liens et des discussions autour d’un produit déterminé. Les « twitteux » qui ont été choisis ou qui se sont inscrits à l’événement reçoivent tous « magiquement » un échantillon du ou des produits en question. Par la suite, à un moment fixé par l’organisateur, via le réseau Twitter, ils échangent réflexions et commentaires sur les aspects olfactifs et gustatifs du précieux liquide ainsi que leurs appréciations et commentaires. Tout au long de la discussion les participants utilisent comme référence un mot-clic (hashtag) prédéterminé, lequel aide à garder les commentaires en ordre et facile à retrouver dans son fil général de Twitter. Le tout se fait en moins de 140 caractères par Tweet ! Pas de « tatawinage » ou de grands romans !

Celui-ci était pan-canadien et organisé par Johanne McInnis (@WhiskyLassie), et avait la caractéristique d’être à l’aveugle ! En effet j’ai reçu un échantillon dans une bouteille brune sans mention ou information… que de mystère ! Une fois la séance terminée, le nom du whisky fut dévoilé, et ce, à la grande surprise de tous !

Voici ma dégustation :

095 I The Tweeddale batch 3

Nom : The Tweeddale Blend – Batch #3 (12 ans) 

Taux d’alcool : 46% 

Prix : ± 70$ 

Disponibilité : LCBO #331066 et bientôt en SAQ

Le liquide est légèrement sirupeux et d’une couleur dorée très pâle, se rapprochant même d’un vin blanc (merci Martin Vigneault pour la précision !)

Au nez, c’est vraiment très doux, délicat et floral puis, des parfums de pomme verte, de raisins verts et de pierre mouillée suivent. Après quelques temps dans le verre, des notes de cannelle et de poivre apparaissent.

En bouche, ce sont les fruits frais et la cerise de terre qui sont au premier plan. Par la suite, une petite touche de gazon (grassyness) se pointe. Puis, la planche de chêne et une tonne de chaleur et de piquant d’épices envahissent la langue !

Pendant la dégustation à l’aveugle, toute cette chaleur d’épices me laissait croire à un taux d’alcool supérieur à 50%, mais la sensation générale en bouche me ramena sur le droit chemin et je suggérai plutôt un taux entre 43% et 46%.

La finale est plutôt végétale avec des notes de tabac frais et de feuillage vert. Les épices demeurent bien présentes. En s’étirant, des notes salines se développent.

Un beau blend qui descend plutôt bien et qui est facile d’approche et sort réellement du lot habituel des grandes marques. Il m’apparaît parfait pour une bonne soirée passé entre amis à se rappeler de bons vieux souvenirs. Il faut absolument revisiter !!

C’est comment un « twitter Tasting  » ? C’est rapide, expéditif et vraiment cool ! C’était une expérience très enrichissante et agréable, je recommencerais n’importe quand !

Encore BRAVO à Johanne McInnis pour avoir mis en place ce Twitter tasting.

Hint: #C2CC pt.2 in progress I was told ! stay tuned !

%d blogueurs aiment cette page :