Archives du blogue

Glenfiddich – 12 ans (# 140)

140 F Glenfiddich 12 ansNom : Glenfiddich – 12 ans

Type : Scotch Single Malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.glenfiddich.com/ca

Prix : 52$

Disponibilité : SAQ #00012385

Le Glenfiddich 12 ans est le porte-étendard de la distillerie, et probablement des Scotch single malt en général. Il est facilement reconnaissable de par sa bouteille verte triangulaire très typique et bien sûr par sa réputation. C’est le single malt le plus vendu dans le Monde.

Il est vieilli, vous l’aurez deviné, pendant au minimum 12 ans. Ce vieillissement s’est fait dans des fûts de chêne dont certains ont préalablement contenu du Bourbon et d’autres du Sherry. Une fois le choix des barriques fait et l’assemblage terminé, le tout passera une période de mariage et d’adoucissement d’environ 9 mois dans leur « marrying tun » avant d’être embouteillé.

En écrivant la fiche pour le Glenfiddich 15 ans Solera Reserve, je me suis rendu compte que je n’avais jamais fait la dégustation du 12 ans sur mon blogue ! C’est quand même étonnant puisque tout a commencé (ou presque) avec ce fameux « Glenfi » 12 ans. En effet, mon père avait toujours une bouteille verte triangulaire de « Glenfi » dans son armoire. J’ai donc souvent dégusté ce scotch avec mon père à plusieurs reprises, c’est probablement le scotch que j’ai bu le plus souvent !

Je me devais alors de lui rendre le respect qu’il mérite…

Ma dégustation :

Couleur : dorée, reflets rosés, texture moyenne

Nez : poires, agrumes, miel, boisé

Goût : miel, fruits, agrumes, boisé-épicé

Finale : « Sherry », agrumes, miel, courte

La couleur de ce scotch est assez représentative d’un « cliché » de whisky! D’un or scintillant tirant un peu sur l’ambre et offrant quelques reflets rosés… suave ! Les jambes sont minces et nombreuses mais peinent à redescendre au fond du verre, s’accrochant aux parois en petites gouttelettes.

Au nez, c’est délicat et jovial, on a droit à des poires coupées et du zeste d’agrumes fraîchement râpés. Par la suite, des pommes « Granny » et des notes de bois légèrement grillé baignant dans un rayon de miel doré prennent le dessus. À l’arrière-plan on perçoit un léger caramel au beurre qui a légèrement trop chauffé.

L’entrée en bouche est, tout comme le nez, délicate et vive en même temps, le miel, les fruits frais et les agrumes s’entrecroisent sur les papilles de la langue pour ensuite laisser un léger picotement qui appelle les notes boisées à prendre la relève. « Butterscotch », épices légères et un boisé léger s’allongent pour laisser place à la finale.

La finale, quoiqu’un peu courte, est relativement sur le « sherry » et laisse place à quelques notes rappelant un brin les feuilles de tabac et les fruits confits. Puis, les agrumes et le miel reviennent enrober le tout.

Comme scotch d’entrée de gamme chez Glenfiddich, c’est quand même canon ! Ce n’est pas pour rien qu’il est le Single malt le plus vendu au monde ! Facile à boire et offrant une complexité quand même intéressante, surtout pour celui qui voudrait s’initier au monde des Single malts tout en demeurant confortablement sur les sentiers battus.

Monkey Shoulder – Batch 27 (# 130 )

130 F Monkey ShoulderNom : Monkey Shoulder (batch #27)

Type : Blended malt scotch whisky (vatted)

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.monkeyshoulder.com

Prix : 29,95$ US

Disponibilité : un peu partout aux États-Unis

Le groupe William Grant & Sons a conçu le Monkey Shoulder en 2005, un Blended malt whisky (anciennement vatted malt), sa composition ne contient alors aucun whisky de grains. En effet, uniquement des singles malts du Speyside le composent, et pas n’importe lesquels, des malts provenant de Balvenie, de Glenfiddich et de la plus discrète Kininvie, qui est fermée depuis 2010 (je présume que maintenant ils utilisent des malts de leur super distillerie d’Alisa Bay ?). Une fois le vieillissement en ex-fûts de Bourbon terminé pour chacun, un mariage s’effectue dans un « marring tun » pour une période de trois à six mois. Ça promet !

Mais c’est quoi le « Monkey Shoulder » ? Pourquoi ce nom aussi étrange pour un scotch whisky ? Le « monkey shoulder » est une condition physique que les malteurs d’antan pouvaient développer après de longues heures à tourner l’orge manuellement dans le processus de séchage du grain. La douleur à l’épaule faisait en sorte que le bras pendouillait un peu à la manière des singes. Ce whisky est donc en l’honneur de tous ces hommes ayant connu cette condition. Aujourd’hui cette opération est effectuée majoritairement avec de la machinerie.

Ma dégustation :

Couleur : ambre-or, reflets rosés, sirupeux

Nez : délicate marmelade, miel, vanille

Goût : oranges et fruits confits, miel, tabac

Finale : longue, mielleuse, marmelade d’orange

Lorsqu’on prend le temps d’admirer ce scotch à la lumière, il offre une belle couleur valsant entre l’ambre et l’or, ses reflets légèrement rosés et ses nombreuses et fines jambes donnent l’impression d’un liquide luxuriant.

Au nez, c’est plutôt délicat et sucré. Une marmelade d’orange légèrement sucrée et acidulée se mélange à une touche mielleuse et céréalière. À l’arrière-plan, un toffee légèrement vanillé prend place.

En bouche, dès les premiers instants, ce sont les oranges et les fruits confits qui dominent. Par la suite, le miel et quelques notes d’épices prennent la relève. À l’arrière-plan, une légère vanille prend place avec des saveurs m’évoquant l’odeur de feuille de tabac.

La finale débute avec cette même saveur de tabac frais pour ensuite revenir tout doucement vers le miel et la marmelade d’orange légèrement amère. Elle s’étire de longs moments sur ces notes sucrées.

Le Monkey Shoulder, est-ce que ce serait le secret précieusement gardé par les amateurs de Balvenie et de Glenfiddich? En effet, le profil aromatique offert par l’amalgame de scotchs provenant de ces distilleries (surtout Balvenie selon moi) en fait une valeur sure, et à moins de 30$US la bouteille, « it’s a steal ! », mais chut ! Il faut par le dire trop fort !

À quand ce genre de beaux produits à la SAQ et, SVP, à un prix « compétitif ».

Glenfiddich – 15 ans Solera Reserve (# 121)

121 F Glenfiddich 15 ans Solera ReserveNom : Glenfiddich – 15 ans Solera Reserve

Type : Scotch Single Malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.glenfiddich.com/ca

Prix : 73,75$

Disponibilité :  SAQ #11027031

En 1896, William Grant et ses enfants construisirent à la main la distillerie et après un an de dur labeur, la distillerie Glenfiddich vit le jour. Leur version 12 ans est l’une des plus populaires et l’une des plus vendues dans le monde.  Il y avait toujours une bouteille verte triangulaire de « Glenfi » 12 ans dans l’armoire de mon père, un classique que je me dois de revisiter.  Ici, je vous présente plutôt une version différente et un peu plus âgé, le 15 ans Solera Reserve.  La méthode Solera est un procédé utilisé en Espagne pour la production du sherry voici un lien expliquant la méthode espagnole.

C’est un peu différent chez Glenfiddich.  Il débute par faire vieillir leur whisky en barriques de Sherry et de Bourbon pour un minimum de 15 ans.  Par la suite les barriques sélectionnées pour cette édition vont être transférées dans leur « Solera Vat » en pin, lequel n’est jamais complètement vidé, il reste donc toujours un peu de whisky vieillit du remplissage d’avant, et ainsi de suite… après le passage dans le « Solera Vat », une partie de ce whisky est ensuite transférée du Vat vers des foudres portugais (Portuguese tuns) pour la dernière étape de « mariage » avant l’embouteillage.  Par la suite de nouvelles barriques sont sélectionnées pour remplir à nouveau le « Solera vat » pour le prochain embouteillage, et ainsi de suite…

Voyons maintenant le résultat.

Ma dégustation :

Couleur : ambre orangé, reflets rosés

Nez : fruits blancs frais et cuits, cannelle

Goût : fruits frais, léger boisé, chocolat noir

Finale : légère amertume, chocolat noir, tabac frais

À la lumière du jour, la couleur de ce scotch est d’un léger ambre orangé offrant de beaux reflets teintés de rose.  La texture est moyennement sirupeuse, les coulisses sont nombreuses et fines et retombent lentement au fond du verre.

Les effluves qui se dégagent au-dessus du verre sont celles de fruits blancs.  Des poires Bartlett et des pommes Granny Smith fraîchement coupée sont bien présentes.  Par la suite, ces mêmes fruits se retrouvent dans une casserole à cuire lentement avec un soupçon de beurre, de sucre brun, de fruits confits et de cannelle.

En bouche c’est plutôt raffiné, délicat, frais et sucré.  Les fruits frais dans un sirop épicé sont au premier plan.  Par la suite, quelques notes de cannelle et de bois chatouillent la langue et ses papilles.  Puis apparaît le chocolat noir avec un retour de la Bartlett et quelques notes de fruits secs (raisins et pruneaux).

En début de finale, une petite pointe d’amertume suit le chocolat noir et les fruits secs.  Elle s’adoucit et un léger fruité-sucré prend place et est accompagné de légères notes de tabac frais.  Elle est un peu courte et ne s’étire par sur de longs moments, mais cela nous incite simplement à reprendre une autre lampée, et c’est parfait ainsi…

Avec le 15 ans Solera Reserve, Glenfiddich nous transporte dans un monde de saveurs douce, délicate et raffinée !  Un délicieux scotch qui saura plaire à tout coup.  Une valeur sûre que tout amateur devrait avoir pour la partager avec ses invités afin de les initier au monde des whiskies.

%d blogueueurs aiment cette page :