Archives du blog

Glenfarclas 10 ans (# 175)

175-f-glenfarclas-10-ansNom : Glenfarclas 10 ans

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.glenfarclas.co.uk/10-years-old

Prix : 64,75$

Disponibilité : SAQ #10652512

Une situation plutôt rare dans le monde du whisky, la distillerie Glenfarclas est la propriété de la même famille et ce, depuis 1865 ! En effet, le 8 juin 1865 John Grant devient le propriétaire d’un lot de terrain sur lequel se trouvait déjà une distillerie.  Glenfarclas est présentement administrée par la 5e et 6e génération de Grant, soit John L. S. et Georges S Grant.

Aujourd’hui je passe un petit moments avec le Glenfarclas 10 ans. C’est leur whisky d’entrée de gamme et est vieilli en fûts de Sherry Oloroso.  Un 8 ans a déjà fait son apparition sur le marché mais semble avoir été mis de côté par la distillerie.

Ma dégustation :

Couleur : jaune paille, reflets cuivrés, texture sirupeuse

Nez : fruits du verger, sucre, épices

Goût : fruits du verger et secs, vanille, poivre

Finale : moyenne, fruitée, légèrement boisée

La couleur du Glenfarclas 10 ans est d’un beau jaune doré rappelant le Pineau des Charentes et offre de jolis reflets de couleur cuivre bien brillant. Les nombreuses petites jambes qui se forment sur les parois du verre redescendent lentement et finissent par former plusieurs petites gouttelettes.

Dès l’approche du verre au nez, des parfums rappelant les fruits du verger tels les pommes, les poires et les prunes fraîches. Un parfum de raisins Sultana est également bien présent.  Par la suite le sucre, la vanille et les épices entrent en jeu pour équilibrer le tout.

En bouche, c’est délicat et fruité, en effet on est encore dans les fruits du verger, plus particulièrement la poire bien mûre. Par la suite, la vanille et quelques notes d’épices boisées se présentent au rendez-vous.  Les fruits séchés, la cannelle et des notes poivrées ferment la valse.

La finale est moyennement longue et fruitée. En effet, les fruits frais et séchés sont accompagnés d’un léger piquant de cannelle.  Par la suite, un doux toffee crémeux accompagne quelques souvenirs de barriques.  L’ensemble s’étire quelques instants et rend le tout bien réconfortant!

Une valeur sure à avoir à portée de main et il sera plutôt facile à servir au néophyte qui désire s’aventurer dans le monde du Scotch mais qui ne désire pas ébranler trop rapidement ses papilles !

Glenfiddich – 12 ans (# 140)

140 F Glenfiddich 12 ansNom : Glenfiddich – 12 ans

Type : Scotch Single Malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.glenfiddich.com/ca

Prix : 52$

Disponibilité : SAQ #00012385

Le Glenfiddich 12 ans est le porte-étendard de la distillerie, et probablement des Scotch single malt en général. Il est facilement reconnaissable de par sa bouteille verte triangulaire très typique et bien sûr par sa réputation. C’est le single malt le plus vendu dans le Monde.

Il est vieilli, vous l’aurez deviné, pendant au minimum 12 ans. Ce vieillissement s’est fait dans des fûts de chêne dont certains ont préalablement contenu du Bourbon et d’autres du Sherry. Une fois le choix des barriques fait et l’assemblage terminé, le tout passera une période de mariage et d’adoucissement d’environ 9 mois dans leur « marrying tun » avant d’être embouteillé.

En écrivant la fiche pour le Glenfiddich 15 ans Solera Reserve, je me suis rendu compte que je n’avais jamais fait la dégustation du 12 ans sur mon blogue ! C’est quand même étonnant puisque tout a commencé (ou presque) avec ce fameux « Glenfi » 12 ans. En effet, mon père avait toujours une bouteille verte triangulaire de « Glenfi » dans son armoire. J’ai donc souvent dégusté ce scotch avec mon père à plusieurs reprises, c’est probablement le scotch que j’ai bu le plus souvent !

Je me devais alors de lui rendre le respect qu’il mérite…

Ma dégustation :

Couleur : dorée, reflets rosés, texture moyenne

Nez : poires, agrumes, miel, boisé

Goût : miel, fruits, agrumes, boisé-épicé

Finale : « Sherry », agrumes, miel, courte

La couleur de ce scotch est assez représentative d’un « cliché » de whisky! D’un or scintillant tirant un peu sur l’ambre et offrant quelques reflets rosés… suave ! Les jambes sont minces et nombreuses mais peinent à redescendre au fond du verre, s’accrochant aux parois en petites gouttelettes.

Au nez, c’est délicat et jovial, on a droit à des poires coupées et du zeste d’agrumes fraîchement râpés. Par la suite, des pommes « Granny » et des notes de bois légèrement grillé baignant dans un rayon de miel doré prennent le dessus. À l’arrière-plan on perçoit un léger caramel au beurre qui a légèrement trop chauffé.

L’entrée en bouche est, tout comme le nez, délicate et vive en même temps, le miel, les fruits frais et les agrumes s’entrecroisent sur les papilles de la langue pour ensuite laisser un léger picotement qui appelle les notes boisées à prendre la relève. « Butterscotch », épices légères et un boisé léger s’allongent pour laisser place à la finale.

La finale, quoiqu’un peu courte, est relativement sur le « sherry » et laisse place à quelques notes rappelant un brin les feuilles de tabac et les fruits confits. Puis, les agrumes et le miel reviennent enrober le tout.

Comme scotch d’entrée de gamme chez Glenfiddich, c’est quand même canon ! Ce n’est pas pour rien qu’il est le Single malt le plus vendu au monde ! Facile à boire et offrant une complexité quand même intéressante, surtout pour celui qui voudrait s’initier au monde des Single malts tout en demeurant confortablement sur les sentiers battus.

Glenfarclas 105 (# 138)

138 F Glenfarclas 105Nom : Glenfarclas 105

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 60%

Site web : www.glenfarclas.co.uk/105-Cask-Strength

Prix : 86,25$

Disponibilité : SAQ #11532862

La distillerie Glenfarclas fut fondée en 1836 par un certain Robert Hay et c’est en 1865 que John Grant achète la distillerie. Elle appartient d’ailleurs toujours à la famille Grant et c’est maintenant la 6e génération qui prend la relève. John LS Grant en est le « Chairman » et George S. Grant agit à titre d’Ambassadeur pour la distillerie.

Les scotchs de Glenfarclas sont vieillis soit en fûts de Bourbon et majoritairement en fûts de Sherry Oloroso ou Fino, ce qui permet à leur scotch d’avoir un profil très axé sur le Sherry. L’éventail de la gamme est très varié, allant de l’abordable 10 ans en passant par une gamme variée d’âge (12, 15, 17…) pour atteindre le vénérable 40 ans. Depuis 2007, ils ont également la gamme « The Family Cask », comprenant 43 embouteillages dits « single cask » millésimés entre 1954 et 1994.

Le « 105 » est un scotch qui aurait vieilli pendant 10 ans et embouteillé à 60% d’alcool. Son nom proviendrait d’un souvenir de Noël 1968 que Grand-père Grant aurait fait en embouteillant à la puissance du fût de 105 « British proof », le nom est alors resté.

Ma dégustation :

Couleur : ambre avec reflets cuivrés, texture sirupeuse

Nez : fruits frais et confits, cassonade brûlée, alcool

Goût : Fruits frais, secs et confits, alcool, épices

Finale : Longue, sucrée, chaleureuse

La couleur de ce scotch est d’un cuivre relativement foncé avec un léger penchant sur l’ambre bien éclatant. Lorsque regardé à la lumière du jour, les reflets offerts sont sans rappeler ceux d’une belle « cenne noire » flambant neuve. Côté texture, c’est visqueux et collant, le liquide reste littéralement collé aux parois du verre. Après un long moment, de larges et rares coulisses se forment.

Au nez, c’est une délicate salade de fruits frais, la poire la pomme verte qui sont au premier plan. Par la suite, les fruits secs et confits (raisins, figues, pruneaux) baignent dans un sirop fait de cassonade au beurre qui a un peu trop chauffé. Attention à la force brutale de l’alcool, elle peut frapper fort !

L’entrée en bouche est, avec surprise, assez douce et sucrée. Pomme verte, poire et sucre blanc sont d’entrée de jeu. Puis les fruits secs et confits accompagnés des petits raisins secs « Sunmaid » reprennent leur place et augmentent la sensation de sucré. Puis, comme un coup de poing inattendu, le 60% d’alcool nous frappe en pleine gueule ! Cette force brutale est accompagnée d’un piquant de cannelle, de girofle et de notes boisées excessivement bien marquées. Une fois le coup encaissé, les fruits confits baignant maintenant dans le sherry viennent adoucir l’ecchymose…

La finale est relativement longue et sucrée. Les fruits confits dominent et sont également accompagnés de quelques notes rappelant le cuir et le tabac frais. Après quelques gorgées, on peut ressentir un petit feu intérieur réconfortant et bien agréable. J’adore les « Cask Strength » !

On peut dire que ce Glenfarclas est « sur la coche », du moins la mienne! Comme je le disais plus haut, j’adore les whiskies du type « Cask Strength ». La pleine puissance du fût et plein de saveurs et on peut souvent y ajouter une petite quantité d’eau sans briser sa structure et l’aider à s’ouvrir sur de nouveaux horizons !

Est-ce que je vous l’ai dit ? J’adore les « Cask Strength » !

Monkey Shoulder – Batch 27 (# 130 )

130 F Monkey ShoulderNom : Monkey Shoulder (batch #27)

Type : Blended malt scotch whisky (vatted)

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.monkeyshoulder.com

Prix : 29,95$ US

Disponibilité : un peu partout aux États-Unis

Le groupe William Grant & Sons a conçu le Monkey Shoulder en 2005, un Blended malt whisky (anciennement vatted malt), sa composition ne contient alors aucun whisky de grains. En effet, uniquement des singles malts du Speyside le composent, et pas n’importe lesquels, des malts provenant de Balvenie, de Glenfiddich et de la plus discrète Kininvie, qui est fermée depuis 2010 (je présume que maintenant ils utilisent des malts de leur super distillerie d’Alisa Bay ?). Une fois le vieillissement en ex-fûts de Bourbon terminé pour chacun, un mariage s’effectue dans un « marring tun » pour une période de trois à six mois. Ça promet !

Mais c’est quoi le « Monkey Shoulder » ? Pourquoi ce nom aussi étrange pour un scotch whisky ? Le « monkey shoulder » est une condition physique que les malteurs d’antan pouvaient développer après de longues heures à tourner l’orge manuellement dans le processus de séchage du grain. La douleur à l’épaule faisait en sorte que le bras pendouillait un peu à la manière des singes. Ce whisky est donc en l’honneur de tous ces hommes ayant connu cette condition. Aujourd’hui cette opération est effectuée majoritairement avec de la machinerie.

Ma dégustation :

Couleur : ambre-or, reflets rosés, sirupeux

Nez : délicate marmelade, miel, vanille

Goût : oranges et fruits confits, miel, tabac

Finale : longue, mielleuse, marmelade d’orange

Lorsqu’on prend le temps d’admirer ce scotch à la lumière, il offre une belle couleur valsant entre l’ambre et l’or, ses reflets légèrement rosés et ses nombreuses et fines jambes donnent l’impression d’un liquide luxuriant.

Au nez, c’est plutôt délicat et sucré. Une marmelade d’orange légèrement sucrée et acidulée se mélange à une touche mielleuse et céréalière. À l’arrière-plan, un toffee légèrement vanillé prend place.

En bouche, dès les premiers instants, ce sont les oranges et les fruits confits qui dominent. Par la suite, le miel et quelques notes d’épices prennent la relève. À l’arrière-plan, une légère vanille prend place avec des saveurs m’évoquant l’odeur de feuille de tabac.

La finale débute avec cette même saveur de tabac frais pour ensuite revenir tout doucement vers le miel et la marmelade d’orange légèrement amère. Elle s’étire de longs moments sur ces notes sucrées.

Le Monkey Shoulder, est-ce que ce serait le secret précieusement gardé par les amateurs de Balvenie et de Glenfiddich? En effet, le profil aromatique offert par l’amalgame de scotchs provenant de ces distilleries (surtout Balvenie selon moi) en fait une valeur sure, et à moins de 30$US la bouteille, « it’s a steal ! », mais chut ! Il faut par le dire trop fort !

À quand ce genre de beaux produits à la SAQ et, SVP, à un prix « compétitif ».

The BenRiach – 10 ans Curiositas (# 99)

099 F Benriach CuriositasNom : The BenRiach – 10 ans Curiositas

Type : Scotch Single Malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.benriachdistillery.co.uk

Prix : 64$

Disponibilité : SAQ #10652547

La distillerie de BenRiach est située dans le cœur du « Speyside », région dans laquelle les scotchs tourbés sont quelque chose d’assez rares et inusités, voire même curieux. C’est sûrement pour ces raisons qu’il porte le nom de Curiositas ! Avec 10 ans d’âge et bien tourbé, est-ce qu’il ira «contrefaire» les caractéristiques des scotchs d’Islay? Est-ce qu’il sera tout de même capable de conserver celles du Speyside ? C’est ce que nous allons voir !

Ma dégustation:

Couleur : dorée très pâle, texture huileuse

Nez : tourbe grasse mais sucrée, petits fruits des champs, alcool

Goût : tourbe légèrement fumée, caramel brûlé, bois

Finale : longue, tourbée, chocolat/café amer, boisée

La couleur est d’un doré très pâle rappelant en effet certains scotchs d’Islay. Il se présente également avec une texture relativement huileuse et coulante. En effet, ses jambes sont nombreuses et redescendent lentement au fond du verre.

Au nez, c’est immédiatement la tourbe, mais subtilement fumée et pas vraiment médicinale, elle est plutôt sucrée. Par la suite de légers parfums de fruits des champs telles la framboise et la mûre prennent place. Wow ! Quel nez surprenant. Attention car la morsure d’alcool est bien présente au premier nez, elle semble diminuer après quelques instants.

En bouche, c’est tout aussi exquis et surprenant, la texture est huileuse et la tourbe est relativement puissante, franche et végétale, elle semble même être légèrement fumée. Par la suite un caramel brûlé, quelques saveurs de fruits des champs, des épices et des notes boisées font acte de présence. À la fin, un léger chocolat noir s’unit à la tourbe pour amorcer la finale.

La finale, tourbée, longue et persistante, développe en plus quelques notes de chocolat amer et de café espresso, lesquelles finissent par doucement tanguer vers des notes boisées et piquantes. Étonnamment, des notes salines semblent se développer dans l’allongement de la finale. Est-ce que je suis en train de me faire prendre au jeu et de m’imaginer déguster un scotch d’Islay ?

En deux mots, quel canon ! Vraiment surprenant et impressionnant. Pour le prix demandé, voici encore une bonne dose de “peat” pour une fraction du prix de plusieurs autres scotchs d’Islay. On pourrait facilement se faire prendre dans une dégustation à l’aveugle.

J’avais acheté ce BenRiach en même temps que le Ledaig 1993 présenté il y a quelques semaines et ce Curiositas aide grandement à panser la blessure laissée par ce Ledaig.

Cragganmore – 12 ans (# 74)

074 F Cragganmore

 

Nom : Cragganmore – 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool 40%

Site web : www.malts.com

Prix : 74,75$

Disponibilité : SAQ #00192732

Un Lundi soir bien tranquille, je suis en voyage pour le travail. Seul dans une chambre d’hôtel de Rimouski et bien sûr, rien de bon à la “ti-vi”. J’avais prévu le coup, car avant de partir j’ai glissé dans mes valises ce petit échantillon de 50 ml ainsi qu’un verre Glencairn. Pourquoi ne pas en profiter pour faire une petite dégustation !

Tout comme le Glen Elgin 12 ans dégusté plus tôt, le Cragganmore 12 ans fait partie de la gamme des « Classic Malts of Scotland » du géant Diageo.

Ma dégustation :

Couleur : miel doré et sirupeux

Nez : fruits, floral, céréales

Goût : miel, fruits, épices

Finale : fruitée, mielleuse, équilibrée

Ce single malt est visuellement réconfortant. En effet, il est vêtu d’un beau manteau de couleur miel doré, lequel est riche et somptueux. Il possède aussi une belle texture sirupeuse qui semble bien coller aux parois du verre.

Au nez, c’est plein de fruits et très floral. Des odeurs de pêche, de poire, de lilas et de miel se mélangent à celles des céréales sucrées. Une petite pointe d’alcool est perceptible à l’arrière-plan.

La bouche est franche et vive. Des saveurs de miel sucré accompagnent celles des fruits frais et des épices. À la toute fin, une légère touche de boisé fait acte de présence. Le tout semble bien intégré et balancé, et ce, à chacune des gorgées.

La finale, d’une longueur bien au-delà du raisonnable, est de plus, bien agréable et équilibrée. Tout en étant fruitée et mielleuse, un boisé légèrement épicé accompagne le tout. Une note de raisins secs dorés demeure en bouche un bon moment. Tout cela nous incite à vouloir en reprendre davantage.

Un bon scotch qui est bien équilibré et qui démontre de belles qualités. Selon moi, il mérite bien sa place parmi la gamme « Classic Malts of Scotland ». Il est plus qu’un « everyday drinker », c’est un bon scotch qui passe assez facilement et il nous incite à en redemander. J’en aurais justement bien pris un autre verre, mais mon échantillon est malheureusement terminé.

Glen Elgin – 12 ans (# 73)

073 Glen Elgin 12 ansNom : Glen Elgin 12 ans 

Type : Scotch single malt 

Région : Speyside, Écosse 

Taux d’alcool : 43% 

Site web : www.malts.com

Prix : 68,75$ 

Disponibilité : SAQ #10332009

La distillerie de Glen Elgin offre uniquement une version 12 ans de son single malt. Cette distillerie a déjà offert dans le passé quelques éditions spéciales, la plus connue est une édition « cask strength » de 16 ans d’âge qui aurait apparemment été embouteillée en 2007 dont seulement 9 954 exemplaires furent embouteillés, cette édition serait d’ailleurs très prisée des collectionneurs. Une des raisons pour laquelle le Glen Elgin est offert uniquement en édition 12 ans c’est que la majorité des stocks de la distillerie est utilisée dans différents « blends » pour le géant Diageo, plus particulièrement le fameux White Horse, lequel ne semble malheureusement pas disponible au Canada.

Aussi, le Glen Elgin 12 ans fait partie de la notable gamme « Classic Malts of Scotland », laquelle est composée de 10 autres scotchs, soit : Cragganmore 12 ans, Knockando 12 ans, Dalwhinnie 15 ans, Royal Lochnagar 12 ans, Clynelish 14 ans, Oban 14 ans, Lagavulin 16 ans, Caol Ila 12 ans, Talisker 10 ans et finalement Glenkinchie 10 ans. Ils ont tous été choisis pour leur personnalité et leur qualité représentatives du style de chacune des régions d’Écosse.

Ma dégustation :

Couleur : jaune doré pâle, assez sirupeux

Nez : pomme jaune, poire, miel

Goût : fruits, miel, alcool

Finale : longue, fruitée et mielleuse

La couleur de ce single malt est d’un jaune doré pâle offrant des reflets d’or, elle peut ressembler à la couleur d’un Pineau des Charentes. La texture apparaît assez sirupeuse, les jambes sur les rebords du verre sont longues, minces et élégantes. Elles tardent à redescendre au fond du verre.

Au-dessus du verre, c’est délicat et sucré. Au premier plan ce sont des odeurs de pomme jaune et de poire pas encore assez mûres qui se mélangent à un sucré légèrement mielleux. Après quelques instants, de légers parfums d’agrumes et de fleurs apparaissent à l’arrière-plan.

En bouche, c’est immédiatement un goût fruité et sucré qui se manifeste. Les mêmes saveurs de fruits frais au miel sont bien présentes et sont accompagnées d’une petite saveur céréalière. Une légère brûlure d’alcool est perceptible sur la langue et les joues, ce qui est assez surprenant dans un whisky à 43% d’alcool. Les notes fruitées et mielleuses demeurent en bouche un bon moment. Un léger zeste d’orange apparaît après quelques instants.

La finale est tout de même de bonne longueur et demeure fruitée et sucrée, le mielleux finit par prendre le dessus. La sensation de la brûlure d’alcool demeure également un certain temps en bouche.

Un scotch un peu « passe partout » et parfait pour l’apéro, il descend bien et c’est parfait ainsi. Bien sûr, il ne casse pas la baraque et ne reforgera pas les fondements du monde des single malts, mais il ne sera pas non plus choquant ou dérangeant pour le néophyte ou le débutant.

Il ne faut pas toujours faire une dégustation analytique, à l’occasion c’est bon de juste « prendre un bon p’tit scotch » et celui-ci fera amplement l’affaire.

%d blogueurs aiment cette page :