Archives du blog

Ole Smoky – Apple Pie (#173)

173-f-ole-smoky-apple-pieNom : Ole Smoky – Apple Pie

Type : Moonshine aromatisé

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 35%

Un autre Moonshine mais cette fois aromatisée « Apple Pie », soit pomme et cannelle.  La grande tendance pour le Moonshine est de l’aromatiser et les saveurs sont nombreuses.  Pour avoir un aperçu de l’éventail des saveurs, vous pouvez consulter la liste sur le site de Ole Smoky.  J’ai choisi une saveur automnale et réconfortante, soit la tarte aux pommes.

Ma dégustation :

La Couleur est d’un léger doré rappelant brièvement le sirop d’érable clair. La texture est beaucoup plus sirupeuse que le White Lightnin’, probablement due à l’ajout de sucre.

Le Nez est rempli de pommes cuites, de cassonade et de cannelle, l’effet « apple pie » est bien réussi. L’alcool est plutôt effacé.

En Bouche, c’est très sucré, peut-être un peu trop à mon goût. La tarte aux pommes est omniprésente et se mélange avec quelques notes d’épices de boulangerie et de caramel au beurre. On sent légèrement la chaleur de l’alcool sans nécessairement en subir la brûlure.

La Finale, est sucrée avec des notes de pommes cuites à la cannelle. Elle est relativement courte et s’efface rapidement, mais la cannelle et la muscade perdurent.

Pas mal moins « tord-boyaux » que son frère « White Lightnin’ », mais également beaucoup trop sucré/dessert à mon goût. Je crois que lors de mes prochains voyages aux États-Unis je vais m’en tenir aux Bourbons…

Ole Smoky – White Lightnin’ (#172)

172-f-ole-smoky-white-lightninNom : Ole Smoky – White Lightnin’

Type : Moonshine

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 50%

Le Moonshine est un alcool de grains contenant majoritairement du maïs, qui a longtemps été associé à la contrebande aux États-Unis, surtout pendant La Prohibition. Le « white whisky » ou « white lighnting » (autres noms pour désigner le Moonshine) n’était donc pas vieilli en barriques de chêne et pouvait alors être embouteillé dans des pots Masson ou de simple cruchons afin d’être revendu plus rapidement.

De nos jours, la fabrication du Moonshine est contrôlée et la qualité en est assurée et ce, tout en gardant un petit look de « contrebande » car certains l’embouteille encore dans le traditionnel pot Masson. Il est cependant important de mentionner qu’il y a encore un gros marché illégal.

Ma dégustation :

La Couleur est inexistante, complètement translucide, la texture est légèrement sirupeuse et laisse quelques coulisses en suspens, rien de plus à signaler.

Le Nez est immédiatement brulé par la force de l’alcool si on n’est pas prudent à l’approche du verre. Par la suite quelques notes légèrement herbacées prennent place tout en se laissant généreusement accompagner par le sucré du maïs.

En bouche, un Goût d’alcool fort prend immédiatement l’offensive. Par la suite c’est le maïs légèrement sucré et ses feuilles qui viennent un peu adoucir cette attaque d’alcool.

La Finale est sucrée mais relativement courte et s’efface vite. La chaleur d’alcool demeure cependant un bon moment.

C’était mon tout premier Moonshine, est ce que c’est le meilleur disponible sur le marché? Je ne saurais dire. C’est un peu « tord-boyaux » et un peu ennuyeux à déguster « straight ». C’est très unilatéral comme alcool et je l’utiliserais plutôt en cocktail.

 

Jack Daniel’s Old No. 7 (# 22)


Nom : Jack Daniel’s Old No.7

Type : Tennessee Whiskey (sour mash)

Région : Tennessee, États-Unis

Taux d’alcool : 40%

Site web : http://www.jackdaniels.com/

Prix : 29,80$

Disponibilité : SAQ 00041384

 


Le bon vieux « Jack », vous y avez sûrement déjà goûté, sur glace, en « shooter », avec du Coke ou dans d’autres mélanges de boissons. Il n’est pas un Bourbon, et n’osez pas l’appeler ainsi à Lynchburg où il est distillé, vous serez « lynché » sur place!  C’est plutôt un Tennessee whiskey.  En effet, comme je l’expliquais sur ma page à propos du Bourbon, lors de sa création, une étape supplémentaire a été ajoutée, laquelle se nomme le « Lincoln County Process ».  Ce procédé consiste à filtrer le liquide dans une épaisse couche de charbon de bois d’érable avant la mise en barriques pour le vieillissement. Cette étape adoucirait le whiskey.

Ma dégustation :

Couleur : cuivrée pâle

Nez : fruité, sucré, aigre, bois brûlé

Goût : sucré, épices, aigreur, vanille

Finale : sèche et courte

D’une couleur cuivrée assez pâle et très peu sirupeux, les coulisses ne tardent pas à redescendre le long des parois du verre.

Le nez est plutôt timide, légèrement fruité (cerises) et sucré tout en ayant une touche assez aigre, l’odeur très typique au Jack Daniel’s. Ensuite apparaissent le bois brûlé, le caramel et la vanille, le tout assez subtil.

En bouche, c’est légèrement sucré et épicé accompagné par le caramel et la vanille.  Il y a aussi une amertume ou une aigreur en bouche assez soutenue.  La brûlure d’alcool est aussi assez présente et c’est un peu surprenant pour un whiskey à « seulement » 40%.

La finale est franche et sèche mais beaucoup trop courte, elle se termine sur l’amertume et l’aigreur très typique de ce whiskey, ce qui a un peu fait la marque de Jack Daniel’s au fil des ans.

Pour conclure, c’est un whiskey de tous les jours, plutôt unidimensionnel, les bonnes notes sont là mais rien ne semble se démarquer, mis à part peut-être cette aigreur typique. Il ne décoiffe pas vraiment, mais entre amis au bord d’un feu de camp, un bon «Jack & Coke», comme un de mes amis dirait, « ça fait la job »!

%d blogueurs aiment cette page :