Archives du blogue

The Glenlivet – Captain’s Reserve (#207)

Nom : The Glenlivet – Captain’s Reserve

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : theglenlivet.com/captains-reserve

Prix : 67,75$

Disponibilité : SAQ #13806126

Le tout dernier scotch de la lignée principale de la distillerie The Glenlivet est le Captain’s  Reserve. L’idée derrière ce scotch est de rendre hommage au Capitaine Bill Grant Smith, l’arrière-petit-fils du fondateur de Glenlivet, M. George Smith.  Dans son jeune temps, ce brave capitaine a combattu au sein de l’armée britannique pendant la Première Guerre Mondiale.  Il s’est ensuite investi dans la distillerie de son ancêtre afin de s’assurer qu’elle perdure pendant la très difficile période de Prohibition.

Tout comme le Founder’s Reserve, c’est un scotch sans mention d’âge (NAS), lequel est vieilli dans d’ex-fûts de bourbon et de sherry pour ensuite être affiné dans des fûts ayant contenus du Cognac.  L’affinement en ex-fût de Cognac est plutôt rare dans le monde du scotch whisky.

Je tiens à  remercier The Glenlivet Distillery pour la  bouteille.

Ma dégustation :

Nez : timide, miel, poire, épices

Goût : fruits blancs, miel, épices, bois épicé

Finale : moyenne, miel, malt, épices, léger boisé

The Captain’s Réserve est d’un cuivré bien brillant.  Au nez, c’est timide et délicat aux premiers instants.  Tout doucement, le miel sucré et les poires se pointent le bout du nez.  Par la suite, la mie de pain et les épices de boulangerie, plus particulièrement la cannelle sucrée, prennent place.  Loin à l’arrière-plan, on peut retrouver quelques notes de tabac frais.

L’entrée en bouche est douce et légèrement sucrée, le miel doré, la poire et la pêche bien mûres sont au premier plan.  Par la suite, sucre d’orge, raisins secs “golden” et petits fruits rouges se marient aux épices de boulangerie. Lentement, quelques notes boisées se laissent accompagner de gingembre.  Un peu de tabac frais apparaît en début de finale.

La finale, que je qualifierais d’un peu courte, est remplie de notes très agréables de miel, de malt et d’épices, cela nous pousse alors à replonger aussitôt dans l’expérience.  Si on laisse le temps à l’ensemble de s’étirer un peu, on a droit à un retour du tabac frais et à quelques notes de barrique légèrement sucrée.

Je ne suis vraiment pas un expert en Cognac et ne peux vous confirmer que ses saveurs y sont bien présentes et prennent leur place…. Cependant, l’ensemble est, selon moi, plus qu’intéressant ! les saveurs, quoiqu’un peu discrètes, sauront quand même plaire à plusieurs.  C’est un beau scotch à offrir aux convives lors des célébrations entourant les Fêtes et même en cadeau à l’amateur curieux qui désire s’aventurer un peu.

Petite réflexion personnelle, peut-être qu’un embouteillage à 43% ou même 46% aurait permis aux différentes saveurs de s’exprimer plus promptement…

Advertisements

Highland Park – Magnus (# 206)

 

Nom : Highland Park – Magnus

Type : Scotch Single Malt

Région : Highlands, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : highlandparkwhisky.com

Prix : 49,75$

Disponibilité : SAQ: #13553122

Magnus Eunson est le fondateur de Highland Park et selon les dires il serait un descendant direct des Vikings s’étant installés dans les Orkney Islands il y a des centaines d’années.  Cette édition d’Highland Park est en son honneur et afin de célébrer son savoir-faire et sa rigueur.  Le Magnus est maturé en fûts de chêne américain gorgés de Sherry.

Ma dégustation :

Nez : Floral, miel, fumée légère

Goût : Malté, miel floral, fumée légère

Finale : Courte, mielleuse, florale

Le Magnus est d’un jaune pâle avec une texture un peu mince.  Au nez, c’est délicat, floral et légèrement sucré. Le miel et de légers parfums de fleurs sauvages et de lilas sont au premier plan.  Une petite touche de céréales et de fumée sont à l’arrière-plan.

L’entrée en bouche est un peu mince et timide.  Après quelques instants, le malt sucré et la douceur du miel légèrement floral se mélangent à quelques notes de barrique.  Par la suite, un peu de fruits confits et une fine fumée font acte de présence, sans nécessairement vouloir dominer.  Une légère amertume se développe également.

La finale, quoique plutôt courte, est à l’image du reste de l’expérience, un peu de miel, de fleurs sauvages, de fruits confits et de notes boisées.  La fumée refait surface en étirement de finale.

D’une façon générale, il est un peu simple et un peu mince.  Par contre, pour le prix demandé il dépasse les attentes.  Que ce soit comme scotch single malt de “semaine” ou pour quelqu’un qui voudrait s’initier au scotch,  à moins de 50$ et offrant une expérience plutôt intéressante, c’est parfait…

Ardbeg – An Oa (# 205)

Nom : Ardbeg – An Oa

Type : Scotch Single Malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 46.6%

Site web : www.ardbeg.com

Prix : 119,75$

Disponibilité : SAQ #13407854

Le An Oa est le petit dernier de la gamme de la célèbre distillerie d’Islay qui n’a plus vraiment besoin de présentation… Le An Oa est le résultat d’un assemblage de whiskies ayant maturés dans plusieurs types de fûts, notamment de Pedro Ximenez, de chêne neuf carbonisés et d’ex-bourbon.  Cet assemblage a passé quelque temps à se marier dans leur tout nouveau “Oak Gathering Vat”, un genre de tonneau gigantesque en chêne français servant à l’assemblage des whiskies.

Encore un gros merci à Philippe G., collègue de travail et ami qui m’a gentiment donné cet échantillon.

Ma dégustation :

Nez : Tourbe, fumée, fruits confits

Goût : Alcool, tourbe, fruits, boisé

Finale : Citron, tourbe, chêne, anémique

D’un jaune or relativement pâle, i offre une texture moyennement mince.  Au nez, c’est de la belle tourbe sucrée et légèrement fumée.  Petit éclair d’alcool au nez, faut faire attention à l’approche.  Par la suite, c’est un peu d’épices, de fruits confits et de bois sec.

En bouche c’est surprenant, la tourbe fumée et iodée d’Ardbeg ne domine pas, elle semble en combat avec le punch d’alcool et une amertume d’huile de  citron.  Par la suite, la tourbe tente de reprendre le dessus et se fait “bypasser” par des notes de fruits frais et confits.  Soudainement, un goût rappelant la cocotte de pin accompagne la planche de chêne carbonisée.  Tout cela ne laisse qu’une mince place à la tourbe fumée…

La finale laisse enfin la tourbe et la fumée si habituelles chez Ardbeg s’exprimer, mais sans non plus dominer.  Le zeste de citron et le chêne un peu amer prennent la relève.  Momentanément, un peu de sel marin fait surface.

Un nez prometteur, une entrée en bouche inhabituelle et une finale longue mais plutôt anémique, du moins pour un Ardbeg… tout cela fait en sorte que, dans l’ensemble, c’est plutôt décevant, surtout pour le prix demandé !

anCnoc – Peter Arkle 1st Edition (# 204)

Nom : anCnoc – Peter Arkle 1st Edition

Type : Scotch Single Malt

Région : Highlands, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : ancnoc.com

Prix : inconnu

Disponibilité : non disponible

Les scotchs anCnoc sont produits par la distillerie Knockdhu laquelle est située dans le comté d’Aberdeenshire dans les Highlands.  Au milieu des années ‘90, afin d’éviter la confusion avec la distillerie Knockando, ils décident de changer le nom de leurs produits pour anCnoc.

En 2012, anCnoc lancent une gamme de scotchs édition limitée dont le design a été conçu par le dessinateur écossais Peter Arkle.  Pour l’habillage des bouteilles, M. Arkle s’est inspiré de sa visite à la distillerie et des scotchs qu’il a dégustés.  Il y a cinq éditions différentes, je vous présente aujourd’hui la toute première, qui se nomme “Ingredients”, un whisky sans mention d’âge maturé en fût de Sherry espagnol.

Ma dégustation :

Nez : Fruits secs, épices, gâteaux aux fruits

Goût : Fruits confits et raisins secs, sucre d’orge, boisé

Finale : Courte, raisins secs, boisée

Ce scotch est d’une couleur ambre profond et offre des reflets cuivrés.  Le nez est plutôt discret, fruits secs, fruits confits et toffee sont au premier rang.  Par la suite un peu de sucre d’orge, de muscade, de zeste d’agrumes et de miel viennent accompagner le tout.  L’ensemble me rappelle légèrement les gâteaux aux fruits de Noël.

En bouche c’est tout aussi délicat et plaisant, fruits confits et raisins secs “golden” sont au rendez-vous et se laissent agrémenter de quelques notes d’épices et de fruits frais.  Par la suite, le boisé et un sucre d’orge légèrement brûlé enveloppe le tout.  Une petite amertume se développe à l’arrière-plan.

La finale est malheureusement un peu simple, l’amertume finit par laisser place aux fruits confits et au toffee mais elle s’essouffle rapidement.  Un peu de vanille et de bois reviennent brièvement pour ensuite s’éteindre.

Malgré un nez timide mais plaisant et une présence en bouche merveilleusement intéressante, la finale tombe à plat trop rapidement et laisse un vide plutôt marquant.  Pas un grand scotch mais tout de même intéressant pour ceux qui aiment le type dessert.

Deanston Virgin Oak (# 201)

Nom : Deanston – Virgin Oak

Type : Scotch Single Malt

Région : Highlands, Écosse

Taux d’alcool : 46.3%

Site web : deanstonmalt.com

Prix : 49,75$

Disponibilité : SAQ #13416671

46.3% alc./vol.

Fondée en 1965, la distillerie Deanston est située dans le sud des Highlands sur les berges de la rivière Teith où se trouvait une ancienne filature à coton.  Initialement, sa production était majoritairement pour la confection de blends de grandes marques. Le Virgin Oak est vieilli dans d’ex-fûts de bourbon et par la suite affiné dans des fûts neufs pour une période indéterminée.

Depuis quelques années, la fin du printemps annonce le traditionnel voyage de pêche avec mon beau frère.  Que font deux gars dans un camp de pêche le soir venu après une longue et agréable journée passée sur le lac?  Ils décrochent ! Ils se déconnectent de toutes les ondes LTE et Hertziennes du quotidien urbain et profitent de la quiétude sauvage.  Ils se font de copieux repas, ajoutent quelques bûches dans le poêle, jasent de tout et de rien tout en sirotant un petit whisky…

Cette année je fais découvrir un scotch léger et doux à mon beau frère, qui, tranquillement, redécouvre le whisky, un alcool qui lui rappelle plutôt des soirées étudiantes embrumées de sa lointaine jeunesse.

Ma dégustation :

Nez: Malt sucré, marmelade d’orange, florale

Goût: Sucre d’orge, marmelade, miel doré, bois sec

Finale: Longue, maltée, boisée, vanille

Ce Deanston offre une robe de couleur jaune paille plutôt pâle et au nez c’est très céréalier et sucré, le malt est en effet au premier plan et s’agrémente d’une délicieuse et fine marmelade d’agrumes et d’ananas.  Par la suite, quelques notes florales et légèrement végétales accompagnent l’ensemble.

En bouche, c’est un délicieux sucre d’orge qui ouvre la parade. Par la suite, la marmelade d’agrume que l’on retrouvait au nez s’accompagne de quelques notes de confiseries rappelant la vanille et la pâte d’amandes (marzipan).  Le miel doré et le bois sec s’installent pour la finale.

Le côté “virgin oak” s’exprime plus en finale, elle est longue et maltée, des notes boisées de barriques, de vanille et de pâte d’amandes s’étirent de longs moments.

Bon petit scotch léger, doux et plutôt facile d’approche.  Malgré sa douceur, il réussit quand même à démontrer l’influence que les fûts de bois neuf peuvent avoir sur le produit final…

Lagavulin – 8 ans “200th Anniversary Edition” (# 200)

Nom : Lagavulin 8 ans “200th Anniversary Edition”

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 48%

Site web : malts.com

Prix : 100,25$

Disponibilité : SAQ #13036387

On est rendu là…La 200e ! déjà 200 dégustations depuis le début de cette aventure en mai 2011 !

Pour la 200e de Freaky Whisky, quoi de mieux qu’un embouteillage spécial datant de 2016 de la distillerie Lagavulin, le 8 ans “200th Anniversary Edition” lequel commémorait, vous l’aurez deviné, l’anniversaire de fondation de la distillerie Lagavulin par John Johnston et 1816.

Ma dégustation :

Couleur : or très pâle, sirupeux

Nez : fumée, tourbe salée, toffee brûlé

Goût : brûlure d’alcool, fumée, tourbe, océanique

Finale : fumée, tourbée, océanique

La couleur de ce scotch d’Islay est d’un or très pâle, offrant quelques reflets tout aussi dorés. Côté texture, elle est relativement sirupeuse, les jambes sont minces, nombreuses et descendent rapidement au fond du verre.

Au nez, c’est de la fumé en masse !  La tourbe qui l’accompagne est légèrement sucrée et maritime en même temps. Par la suite, quelques notes de toffee brûlé et de chocolat noir font surface.

L’entrée en bouche est plutôt sucrée, du type “sweet peat”, vous savez, cette tourbe légèrement sucrée qu’on retrouve si chaleureusement dans plusieurs scotchs d’Islay. Par la suite, une petite chaleur d’alcool et quelques légères notes de fruits blancs agrémentent cette entrée en bouche.  Soudainement, la boucane crasseuse et l’iode prennent place.  Les saveurs maritimes et de feu de camp s’échangent subitement les rôles.  Le sucré tourbé revient avec un peu d’épices de boulangerie et de barrique.

La finale de ce Lagavulin, est très persistante.  Elle s’étire sur la fumée et la fameuse tourbe “sweet peat” est toujours au rendez-vous.  Par la suite un peu d’épices, de gingembre confit et de sels marins prennent d’assaut la finale interminable de ce Lagavulin.

Un autre excellent Lagavulin qui, pour célébrer les 200 ans de la distillerie fait toute honneur et rend hommage aux années de durs labeurs et ce, pour le plus grand plaisir des amateurs de scotch single malt !

– – – – – – – – – – – –

Puisque c’est une fiche un peu spécial, je voudrais prendre quelques lignes pour remercier tout d’abord ma conjointe Chantal qui agit comme “Rédactrice en chef” et qui m’appuie dans ce projet depuis le début.  Également, ma mère qui regarde les textes d’un œil éloigné tout en y analysant la mouture.

Je tiens aussi  remercier tous ceux qui m’ont permis de mettre la main sur certains échantillons de whiskies, tels mes bons amis Charles et Louis-Philippe, mon frère Benoît, Jean François Pilon et Maryse Pothier de Whisky Montréal, Alex Atman de La Décapsule ainsi que tous ceux que je pourrais avoir oubliés…

Encore une fois merci, cette grande aventure n’aurait pas été possible sans vos contributions, apports et “feedback” !

Prenez note que je suis maintenant Collaborateur pour la Centrale Scotch Whisky (CSW), Merci à Éric Godmaire pour la confiance.

Ardbeg – Kelpie (# 198)

198 PG Ardbeg Kelpie
Nom : Ardbeg – Kelpie (Ardbeg Day 2017)

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.ardbeg.com

Prix : 177,75$

Disponibilité : SAQ: #13342376

Depuis maintenant quelques années, la distillerie Ardbeg offre un scotch d’édition limitée pour le “Ardbeg Day”. Pas d’exception pour 2017, cette fois, elle offre le “Kelpie”.  Selon les légendes écossaises, un “Kelpie” serait une créature mystérieuse vivant dans les eaux entourant l’île d’Islay.  Le scotch Kelpie est quant à lui un assemblage de whiskies ayant vieilli dans d’ex fûts de Bourbon et de fûts neufs fabriqués à partir de chêne en provenance de la République de Adyghe en Russie, tout près de la Mer Noire.

Un gros merci à Philippe G., collègue de travail et ami qui m’a gentiment donné cet échantillon.

Ma dégustation :

Couleur : Or pâle, reflets or, sirupeux

Nez : Tourbe timide, varek, salin

Goût : Tourbe fumée et saline, bord de mer

Finale :  Amertume, tourbe maritime et fumée, saline

La couleur du Kelpie est d’un or pâle et léger laissant paraître quelques reflets de la même palette de couleurs.  Il semble sirupeux à souhait, pas trop huileux, pas trop mince, les jambes sont fines, nombreuses et redescendent lentement le long des parois du verre.

Au nez, c’est un peu timide, tourbe timide mais au premier plan, un peu d’algues maritimes accompagnent une fumée légère et quelques notes de chocolat noir et d’épices et après quelques instants, c’est très salin.

L’entrée en bouche est très brusque, une tourbe bien punchée, légèrement fumée et saline domine.  Les algues et les coquillages suivent mais la tourbe finit par reprendre le dessus. À l’arrière-plan, un peu de sucre brun légèrement chauffé et de bois brûlé font brièvement acte de présence.

En début de finale il y a une légère sensation d’amertume qui fait son apparition.  Par la suite, la tourbe iodée et fumée reprend le dessus et s’étire de longs instants.  Plus elle s’étire et plus les notes salines se développent.

Un Ardbeg qui est bien maritime et tourbé, le tout, respectant les attentes de cette distillerie, mais personnellement, je le trouve tout de même un peu “simplet”, il semble manquer un peu de complexité et de diversité de saveurs…  Le fameux chêne en provenance des lointaines forêts de Russie semble se faire un peu oublier…

Voici une petite liste des différents scotchs “Ardbeg Day”, ainsi que les liens vers ceux que j’ai déjà dégustés:

2012: Ardbeg Day
2013: Ardbog
2014: Auriverdes
2015: Perpetuum
2016: Dark Cove
2017: Kelpie
2018: Groove

Il faudrait bien que je déniche le Auriverdes et le Groove… à l’aide !

%d blogueurs aiment ce contenu :