Archives de catégorie : Canadian Club

Canadian Club – Barley Batch (# 223)

Nom : Canadian Club Barley Batch

Type : Whisky canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 42%

Site web : canadianclub.com

Prix : 49,75$

Disponibilité : SAQ #13855374

À défaut de pouvoir présentement être à mon séjour annuel de pêche pour cause de la pandémie du Covid-19 qui sévit présentement, je vous présente ma fiche de l’an passé, laquelle a été, disons un peu « oubliée »…

Encore cette année (Juin 2019), le traditionnel voyage de pêche avec mon beau frère.  Un camp de pêche, de copieux repas, quelques bûches dans le poêle tout en jasant de tout et de rien… les traditions se construisent et doivent se perpétuer !  Après la canne à pêche, il ne faut pas oublier l’essentiel,  un petit whisky…

Cette fois j’y suis allé avec un petit whisky canadien en édition limitée.  Afin de commémorer les 160 ans de la marque, Canadian Club a préparé une version spéciale  “Barley Batch”.  Il serait question ici d’un assemblage de Canadian Club 5 ans avec un whisky d’orge âgé de 6 ans provenant de la distillerie Alberta Distillers.

Nez: sucre d’orge, tabac frais, fruits noirs

Goût: orge malté, tabac frais, chêne sec, pruneaux secs

Finale : longue, malt, tabac, boisée

La couleur de ce whisky est d’un beau cuivre reluisant accompagné de quelques reflets ambrés.  Au nez, c’est timide, le sucre d’orge et le tabac frais sont aux premières loges.  Par la suite, un léger caramel vanillé se mélange à quelques notes de fruits noirs.

En bouche, c’est plutôt délicat et agréable. L’orge malté et le tabac frais sont encore au premier plan.  Par la suite, les épices, le sucre d’orge et un peu de vanille se mélangent à quelques notes de chêne sec.  Un peu de pruneaux secs sont perceptibles à l’arrière-plan.

La finale est sèche, longue et relativement satisfaisante.  Le malt et le tabac s’étirent et s’accompagnent de notes de barriques.

Un whisky simple et sans prétention, mais en bonne compagnie au camp de pêche avec quelques bûches dans le foyer, c’est tout simplement parfait !

Canadian Club – Chairman’s Select 100% Rye (# 165)

165 F Canadian Club 100% ryeNom : Canadian Club – Chairman’s Select 100% Rye

Type : Whisky canadien 100% Seigle

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : canadianclub.com/rye

Prix : 26$

Disponibilité : SAQ #12592980

Le « buzz » pour les whiskies à haut pourcentage en seigle bat son plein (lesquels contiennent souvent entre 90% et 100% de seigle), tant chez nos voisins du sud que chez nous. On peut constater que depuis quelque temps, la majorité des grandes distilleries d’Amérique du Nord offre de plus en plus ce type de whisky. Ce n’est vraiment pas surprenant quand on remarque la popularité qu’ont connue les whiskies comme Lot 40 et Alberta Premium au Canada et Whistle Pig et Sazerac aux États-Unis. Même le « 2016 World’s Best Whisky » de Jim Murray est un whisky canadien contenant 90% de seigle, mais ça, c’est un autre dossier…

Donc, nos bons amis de Canadian Club ont eux aussi emboîté le pas ils y vont « all in » et offre maintenant le « Chairman’s Select 100% Rye » que je déguste aujourd’hui.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre franc, reflets ambre, texture mince

Nez : épices de boulangerie, pain de seigle, sucre brûlé

Goût : seigle piquant, épices, sucre brûlé

Finale : seigle, épices, érable, un peu courte

Ce whisky de seigle canadien offre une robe cuivrée et remplie d’éclats ambre foncé, tout ce que l’on pourrait considérer assez classique. La texture semble par contre plutôt mince, aucune jambe ne se forme sur les parois du verre, seulement des centaines de petites gouttelettes qui demeurent en place.

Au nez, c’est une tonne d’épices de boulangerie et un bon pain de seigle bien chaud qui ouvre la parade. Par la suite quelques effluves de sucre brûlé et de vanille se mélangent à la cannelle, la muscade et le poivre. Par la suite, un peu de « pickles » ressort accompagné de quelques notes d’alcool.

En bouche, c’est vraiment le seigle bien épicé et piquant qui cogne fort. Par la suite les épices persistent et se noient dans quelques bouffées d’alcool. Le tout est rapidement adouci par un sucre vanillé et légèrement chauffé. Le poivre, les épices (particulièrement la muscade), quelques notes de barrique et le seigle reprennent le contrôle en début de finale.

La finale s’installe confortablement sur le seigle, les épices ainsi quelques notes de bois. Elle finit par être un peu sucrée, rappelant peut-être un léger sirop d’érable épicé. Elle est un peu trop courte à mon goût, mais on a simplement à reprendre une petite gorgée.

En ce qui concerne le rapport qualité-prix, à 26$ pour avoir un whisky qui est tout aussi agréable à siroter seul qu’en cocktail, c’est définitivement un incontournable. Par contre, Canadian Club est loin de faire l’unanimité auprès des amateurs de whisky, et même pour cet excellent whisky de seigle il est inévitable que « Haters Gonna Hate »… mais il ne faut surtout pas les écouter !

Canadian Club – 12 ans « Small batch » (# 133)

133 F Canadian Club 12 ans SBNom : Canadian Club – 12 ans « Small batch »

Type : Whisky canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.canadianclub.com

Prix : 27,25$

Disponibilité : SAQ #126466

Canadian Club doit sûrement être le whisky canadien le plus connu au monde, de par son nom évocateur et significatif, mais également à cause de son histoire. Pendant la prohibition américaine des années 20, le Canadian Club était le whisky canadien de contrebande le plus distribué aux États-Unis. Plusieurs gangsters, le plus connu est sans aucun doute Al Capone, qui trafiquaient des cargos complets de Canadian Club afin de le vendre et le distribuer dans les réseaux criminalisés des grandes villes du Nord-Est des États-Unis.

On peut revivre une partie de cette époque historique en suivant les plans machiavéliques de « Nucky Thompson » dans l’excellente et très populaire série télévisée produite par HBO, « Boardwalk Empire ». À plusieurs reprises dans la série, on peut voir des entrepôts complets remplis de caisses de CC prêtes à être marchandées. Saviez-vous que le personnage de « Nucky » dans la série est une version fictive et romancée d’Enoch L. Johnson, un homme très influent dans le monde politique et au sein du crime organisé d’Atlantic City à cette époque.

Aujourd’hui, Canadian Club est couramment disponible en 5 versions :

  • le Premium, environ 6 ans d’âge
  • le Reserve, 9 ans d’âge
  • le Classic 12 ans « small batch »
  • le Sherry Cask 8 ans « small batch »
  • le Dock 57, un whisky aromatisé aux fruits

Il y a également des éditions un peu plus âgées (20 ans, 30 ans) mais qui sont un peu plus difficiles à trouver.

Celui qui nous intéresse aujourd’hui est le Classic 12 ans « small batch ».

Ma dégustation :

Couleur : cuivre franc avec des reflets orangés, sirupeux

Nez : caramel, épices, fruits rouges

Goût : petits fruits, carrés Kraft, épices

Finale : courte, sèche, épicée

La couleur est ce qu’il y a de plus « whisky ». Jouissant d’un beau cuivré et bien marqué de reflets orangés, elle est très attrayante et inspirante. Il est relativement sirupeux, les coulisses sont nombreuses, fines et redescendent rapidement au fond du verre.

Au nez, c’est assez timide. Des parfums passablement légers de cassonade sucrée et de caramel légèrement brûlé sont accompagnés d’épices de boulangerie et de notes vanillées. Par la suite des petits fruits rouges tentent de se frayer un chemin à travers une bouffée d’alcool et d’une petite odeur de plastique fondu. À l’arrière, une très timide pointe d’érable fait acte de présence.

Dès l’entrée en bouche, ce sont des petits fruits et une chaleur d’alcool qui se manifestent en premier. Par la suite, les petits caramels carrés au beurre style « Kraft » se mélangent à quelques notes d’épices et de bois. Les épices et le bois assèchent la bouche et quelques notes lointaines d’érable apparaissent en début de finale.

La finale est relativement sèche et courte. Le caramel au beurre et l’érable tentent de faire acte de présence, mais l’assèchement nous pousse à reprendre une gorgée.

C’est un whisky que j’aime bien traîner un peu partout, sur la terrasse l’été, en camping… bref il est un peu passe partout. Je l’ai tellement aimé, que j’avais terminé la bouteille avant même d’avoir eu le temps de faire une dégustation officielle ! J’ai « malheureusement » été « obligé » d’en racheter une autre bouteille, et pour ce prix, ce n’était vraiment pas un sacrifice !

%d blogueueurs aiment cette page :