Archives de Catégorie: États-Unis

Angel’s Envy – Port Wood Edition (# 182)

Nom : Angel’s Envy – Port Wood Edition 

Type : Straight Bourbon whiskey 

Région : Kentucky, É-U 

Taux d’alcool : 43,3% 

Site web : angelsenvy.com 

Prix : ±50$ US 

Disponibilité : non disponible en SAQ

Le Angel’s Envy est produit par la Louisville Distilling Co. situé bien évidemment dans la ville de Louisville, Kentucky. Leur Bourbon est confectionné à partir d’un mélange de céréales composé de 72% de maïs, 18% de seigle et de 10% d’orge maltée. Une fois distillé, le futur Bourbon sera vieilli pendant environ 6 ans dans des barriques de chêne américain ayant un niveau #3 de torréfaction.

Maintenant, ce qui distingue vraiment la Louisville Distilling Co. des autres distilleries c’est qu’après la période de vieillissement obligatoire du Straight Bourbon whiskey, le Bourbon passe par une période d’affinement supplémentaire de trois à six mois en barriques de chêne français importées directement du Portugal lesquelles ont servi au vieillissement du Porto. Par la suite, un assemblage en petit lot de 8 à 12 barriques sera fait pour l’embouteillage.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre orangé, texture sirupeuse 

Nez : épices, petits fruits rouges, porto

Goût : épices, barrique, fruits rouges 

Finale : courte, vineuse, grains

Ce bourbon offre une belle robe cuivrée et légèrement orangée. Après quelques tournoiements du précieux liquide dans le verre, plusieurs minces coulisses se forment et redescendent très lentement au fond du verre.

Au nez, on a droit à un festival d’épices et de fruits rouges. En effet, cannelle, muscade et vanille côtoient avec aisance cerise, framboise et raisin rouge, le tout baignant dans le porto.  Pas mal invitant.

L’entrée en bouche est similaire au nez, c’est immédiatement l’attaque des épices, de la vanille et de quelques notes de bois sec. Par la suite les fruits rouges biens mûrs viennent apaiser les papilles et se laissent accompagner de quelques notes de maïs et de seigle, lesquelles nous rappellent qu’on est quand même en présence d’un Bourbon.  Le bois des barriques de porto vient par la suite apporter une petite touche de complexité en début de finale.

La finale, quoiqu’un peu écourtée, nous laisse sur des notes de barriques vineuses légèrement épicées lesquelles s’étirent, momentanément, sur le maïs, le seigle et la vanille.

C’est, selon moi, un bon Bourbon qui nous sort un peu des sentiers battus, les notes vineuses qu’apporte le passage en barriques de porto donne une touche unique et plutôt inhabituelle pour un Bourbon, et c’est bien plaisant. Peut-être que les « Hardcore Fan » de Bourbon le trouveront cependant un peu trop dénaturé.

Publicités

Old Camp – Peach Pecan Whiskey (# 181)

Nom : Old Camp – Peach Pecan Whiskey

Type : Whiskey aromatisé

Région : USA

Taux d’alcool : 35%

Un whiskey aromatisé à la pêche et pacane créé par un duo country dont je n’avais jamais entendu parler, Florida Georgia Line, faut dire que je ne suis vraiment pas amateur de ce style musical…

J’ai un léger doute sur mes attentes, mais à 1,75$US la bouteille de 100ml, ma curiosité était trop grande…

Au nez, la pêche et la pacane sont effectivement au premier plan et dominent royalement, mais quand même sans « feeling » artificiel. Ça me rappelle légèrement le Southern Comfort avec une petite touche de pacane… un peu d’épices, de vanille et de maïs sucré sont à l’arrière-plan.

En bouche, suuuucrééé !! Beaucoup trop sucré. Par la suite, la pacane grasse arrive avec un peu d’épices et de vanille, mais le sucré est vraiment trop dominant… c’est tellement sucré qu’on arrive difficilement à discerner la pêche…

La finale est courte et insipide, sucrée et vanillée, les notes de pêches et de pacane sont plutôt efacées.

Avec l’ajout une glace, il n’y pas vraiment de changement, l’alcool coupe un peu et le sucre diminue légèrement, c’est tout…

Les américains semblent bien apprécier ce genre de truc aromatisé et sucré à l’extrême, on peut prendre par exemple la quantité de whisky et de moonshine aromatisés sur le marché… faut croire que c’est très vendeur… mais pour moi, ça reste quelque chose qui ne me rejoint simplement pas !

Evan Williams – Black (# 180)

Nom : Evan Williams – Black

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, USA

Taux d’alcool : 43%

Prix : 16$US

Après une belle journée à la « beach », la famille se relaxe maintenant à la piscine, je suis donc seul sur la terrasse et j’en profite pour passer quelques moments avec mon chum Evan…

Au nez, c’est immédiatement l’alcool qui frappe, et par la suite les parfums classiques du sour mash prennent les devants. Un peu de vanille et de charbons de bois de chêne font également acte de présence.

Dès l’entrée en bouche les épices dominent (muscade, cannelle et un peu de poivre noir), puis un caramel vanillé vient adoucir le tout. Le bois sec, la réglisse noire et les saveurs légèrement aigres du sour mash arrivent par la suite. Un peu de poivre noir revient s’étirer sur la finale.

La finale est un peu courte mais bien poivrée et épicée. Par la suite, caramel, vanille et bois de chêne brûlé apparaissent mais se font quand même dominer par le poivre noir.

La chaleur des Jersey Shores d’aujourd’hui (41C avec l’humidex !) me pousse à ajouter un cube de glace… Au nez, l’alcool est maintenant absent et laisse briller la vanille et le côté plus sucré du maïs. En bouche c’est très smooth et rafraîchissant. Les saveurs de réglisse et du sour mash se font discrètes et laisse place à la vanille, aux céréales et aux petits fruits rouges. La finale est fruitée et épicée, les notes vanillées et boisées se retrouvent en retrait et laissent la place à un amalgame d’épice de boulangerie.

Honnêtement pour 16$us c’est vraiment un « no brainer »… et avec la chaleur le cube de glace le rend encore plus agréable à siroter sous le soleil de 16h !

Ole Smoky – Apple Pie (#173)

173-f-ole-smoky-apple-pieNom : Ole Smoky – Apple Pie

Type : Moonshine aromatisé

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 35%

Un autre Moonshine mais cette fois aromatisée « Apple Pie », soit pomme et cannelle.  La grande tendance pour le Moonshine est de l’aromatiser et les saveurs sont nombreuses.  Pour avoir un aperçu de l’éventail des saveurs, vous pouvez consulter la liste sur le site de Ole Smoky.  J’ai choisi une saveur automnale et réconfortante, soit la tarte aux pommes.

Ma dégustation :

La Couleur est d’un léger doré rappelant brièvement le sirop d’érable clair. La texture est beaucoup plus sirupeuse que le White Lightnin’, probablement due à l’ajout de sucre.

Le Nez est rempli de pommes cuites, de cassonade et de cannelle, l’effet « apple pie » est bien réussi. L’alcool est plutôt effacé.

En Bouche, c’est très sucré, peut-être un peu trop à mon goût. La tarte aux pommes est omniprésente et se mélange avec quelques notes d’épices de boulangerie et de caramel au beurre. On sent légèrement la chaleur de l’alcool sans nécessairement en subir la brûlure.

La Finale, est sucrée avec des notes de pommes cuites à la cannelle. Elle est relativement courte et s’efface rapidement, mais la cannelle et la muscade perdurent.

Pas mal moins « tord-boyaux » que son frère « White Lightnin’ », mais également beaucoup trop sucré/dessert à mon goût. Je crois que lors de mes prochains voyages aux États-Unis je vais m’en tenir aux Bourbons…

Ole Smoky – White Lightnin’ (#172)

172-f-ole-smoky-white-lightninNom : Ole Smoky – White Lightnin’

Type : Moonshine

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 50%

Le Moonshine est un alcool de grains contenant majoritairement du maïs, qui a longtemps été associé à la contrebande aux États-Unis, surtout pendant La Prohibition. Le « white whisky » ou « white lighnting » (autres noms pour désigner le Moonshine) n’était donc pas vieilli en barriques de chêne et pouvait alors être embouteillé dans des pots Masson ou de simple cruchons afin d’être revendu plus rapidement.

De nos jours, la fabrication du Moonshine est contrôlée et la qualité en est assurée et ce, tout en gardant un petit look de « contrebande » car certains l’embouteille encore dans le traditionnel pot Masson. Il est cependant important de mentionner qu’il y a encore un gros marché illégal.

Ma dégustation :

La Couleur est inexistante, complètement translucide, la texture est légèrement sirupeuse et laisse quelques coulisses en suspens, rien de plus à signaler.

Le Nez est immédiatement brulé par la force de l’alcool si on n’est pas prudent à l’approche du verre. Par la suite quelques notes légèrement herbacées prennent place tout en se laissant généreusement accompagner par le sucré du maïs.

En bouche, un Goût d’alcool fort prend immédiatement l’offensive. Par la suite c’est le maïs légèrement sucré et ses feuilles qui viennent un peu adoucir cette attaque d’alcool.

La Finale est sucrée mais relativement courte et s’efface vite. La chaleur d’alcool demeure cependant un bon moment.

C’était mon tout premier Moonshine, est ce que c’est le meilleur disponible sur le marché? Je ne saurais dire. C’est un peu « tord-boyaux » et un peu ennuyeux à déguster « straight ». C’est très unilatéral comme alcool et je l’utiliserais plutôt en cocktail.

 

Bulleit Frontier Bourbon 10 ans (# 170)

170 F Bulleit Frontier Bourbon 10 ansNom : Bulleit Frontier Bourbon 10 ans

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45,6%

Site web : bulleit.com/whiskey/bulleit-bourbon-10-year-old

Prix : 50$

Disponibilité : SAQ #12820292

Avec cette fiche, je vais pouvoir boucler la boucle de la gamme régulière des whiskies Bulleit. En effet, le grand frère de 10 ans d’âge est le dernier offert de cette gamme, du moins pour le moment. Il serait composé du même mélange de grains que le Bulleit Frontier, soit environ 2/3 maïs et 1/3 seigle avec un peu d’orge malté, le tout vieilli dans des tonneaux de chêne américain carbonisés. La différence se trouve dans le nombre d’années que le précieux liquide a séjourné dans ces derniers, soit 10 années plutôt que les 5 à 7 ans du Frontier de base. Un peu plus de raffinement, d’adoucissement et de rondeur sont à envisager.

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre profond, reflets ambre orangé, sirupeux

Nez : seigle, maïs, épices, zeste d’agrumes

Goût : seigle, maïs, épices, marmelade, boisé

Finale : moyenne, boisée, épices sucrées

La couleur du 10 ans semble (de mémoire) légèrement plus foncée que le Frontier régulier et offre quelques reflets ambrés. Sa texture est bien sirupeuse, les nombreuses coulisses demeurent longtemps figées aux rebords du verre.

Au nez, c’est une explosion de seigle, de maïs et d’épices. Les épices prennent le dessus et se mélangent à quelques notes de zeste d’agrumes compotés à la cassonade légèrement brûlée. Puis, tout comme dans le Bulleit Rye 95, à l’arrière-plan je note une petite pointe de plastique brûlé.

L’entrée en bouche est ce qu’il y a de plus classique comme Bourbon. Tout d’abord, le seigle et le maïs se mélangent à la cannelle et la muscade, le tout baignant dans un sirop de cassonade légèrement chauffé. Par la suite, les agrumes en marmelade sont accompagnés d’une fine touche de cerise noire. De douces notes boisées et légèrement brûlées font acte de présence et lentement prennent le contrôle.

La finale, d’une longueur moyenne et délicatement boisée, s’étire de longs moments et offre un petit retour des épices légèrement sucrées.

C’est un bon bourbon, les quelques années supplémentaires en barriques lui ont donné la chance de développer quelques saveurs supplémentaires, plus de douceur et de rondeurs. Un bon petit « upgrade » !

John E. Fitzgerald – Larceny (# 167)

Crédit Photo: Alex Atman

Nom : John E. Fitzgerald – Larceny

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 46%

Site web : larcenybourbon.com

Prix : non disponible à la SAQ

Disponibilité : États-Unis

Aujourd’hui, un petit bourbon plutôt méconnu de la grande famille Heaven Hill Distillery, le « John F. Fitzgerald Larceny ». Pour faire une histoire courte, Heaven Hill Distillery a acheté en 1999 la gamme « Old Fitzgerald ».  Ce Bourbon à haute teneur en blé, plutôt que le traditionnel seigle, est préparé en petits lots de moins de 100 barriques, lesquelles ont maturé pendant une période variant entre 6 et 12 ans.

Merci à Alex Atman pour l’échantillon et la photo !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre pâle, reflets orangés, sirupeux

Nez : maïs, sucre brûlé, épices, alcool

Goût : sucré, maïs, cerises Marasquin, boisé

Finale : alcool, épices, boisée, courte

Ce Bourbon offre une couleur tirant sur le cuivre assez pâle et lorsque ses reflets sont d’une couleur orangée légèrement cuivrée. Après quelques tournoiements du liquide dans le verre, de nombreuses et minces jambes apparaissent sur les parois et restent en place de longs moments, pour finalement redescendre tranquillement au fond du verre.

Au nez, c’est doux et délicat. Le maïs et quelques notes de vanille sont bien installés à l’avant-plan.  Puis, un sucre vanillé et légèrement brûlé se mélange à des notes rappelant les épices de boulangerie, plus particulièrement la muscade.  À l’arrière-plan, l’alcool (acétone?) et quelques notes de cerises noires font acte de présence.

Dès l’entrée en bouche, c’est doux, velouté et légèrement sucré, le maïs est bien présent et s’accompagne à merveille de quelques notes de cerises Marasquin. Par la suite, la cassonade et la vanille s’offrent une danse avec les épices de boulangerie et quelques délicates notes de bois sec. Petite pointe d’alcool sucré s’étire sur la finale.

La finale débute sur une chaleur d’alcool légèrement poivré et finit par laisser sa place à un léger sucre épicé et boisé. Elle est cependant un peu courte.

Un bon petit Bourbon d’été. Si on l’aborde sans prétention avec quelques cubes de glace en fin d’après-midi sur la terrasse avec les « boys », la bouteille pourrait baisser assez rapidement… et avoir droit à un petit rappel de la tendre moitié :

– « Chéri, j’espère que tu as pensé mettre les poulets sur le tournebroche ? »

…Oops !

%d blogueurs aiment cette page :