Archives de Catégorie: États-Unis

Ole Smoky – Apple Pie (#173)

173-f-ole-smoky-apple-pieNom : Ole Smoky – Apple Pie

Type : Moonshine aromatisé

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 35%

Un autre Moonshine mais cette fois aromatisée « Apple Pie », soit pomme et cannelle.  La grande tendance pour le Moonshine est de l’aromatiser et les saveurs sont nombreuses.  Pour avoir un aperçu de l’éventail des saveurs, vous pouvez consulter la liste sur le site de Ole Smoky.  J’ai choisi une saveur automnale et réconfortante, soit la tarte aux pommes.

Ma dégustation :

La Couleur est d’un léger doré rappelant brièvement le sirop d’érable clair. La texture est beaucoup plus sirupeuse que le White Lightnin’, probablement due à l’ajout de sucre.

Le Nez est rempli de pommes cuites, de cassonade et de cannelle, l’effet « apple pie » est bien réussi. L’alcool est plutôt effacé.

En Bouche, c’est très sucré, peut-être un peu trop à mon goût. La tarte aux pommes est omniprésente et se mélange avec quelques notes d’épices de boulangerie et de caramel au beurre. On sent légèrement la chaleur de l’alcool sans nécessairement en subir la brûlure.

La Finale, est sucrée avec des notes de pommes cuites à la cannelle. Elle est relativement courte et s’efface rapidement, mais la cannelle et la muscade perdurent.

Pas mal moins « tord-boyaux » que son frère « White Lightnin’ », mais également beaucoup trop sucré/dessert à mon goût. Je crois que lors de mes prochains voyages aux États-Unis je vais m’en tenir aux Bourbons…

Ole Smoky – White Lightnin’ (#172)

172-f-ole-smoky-white-lightninNom : Ole Smoky – White Lightnin’

Type : Moonshine

Région : Tennessee, ÉU

Taux d’alcool : 50%

Le Moonshine est un alcool de grains contenant majoritairement du maïs, qui a longtemps été associé à la contrebande aux États-Unis, surtout pendant La Prohibition. Le « white whisky » ou « white lighnting » (autres noms pour désigner le Moonshine) n’était donc pas vieilli en barriques de chêne et pouvait alors être embouteillé dans des pots Masson ou de simple cruchons afin d’être revendu plus rapidement.

De nos jours, la fabrication du Moonshine est contrôlée et la qualité en est assurée et ce, tout en gardant un petit look de « contrebande » car certains l’embouteille encore dans le traditionnel pot Masson. Il est cependant important de mentionner qu’il y a encore un gros marché illégal.

Ma dégustation :

La Couleur est inexistante, complètement translucide, la texture est légèrement sirupeuse et laisse quelques coulisses en suspens, rien de plus à signaler.

Le Nez est immédiatement brulé par la force de l’alcool si on n’est pas prudent à l’approche du verre. Par la suite quelques notes légèrement herbacées prennent place tout en se laissant généreusement accompagner par le sucré du maïs.

En bouche, un Goût d’alcool fort prend immédiatement l’offensive. Par la suite c’est le maïs légèrement sucré et ses feuilles qui viennent un peu adoucir cette attaque d’alcool.

La Finale est sucrée mais relativement courte et s’efface vite. La chaleur d’alcool demeure cependant un bon moment.

C’était mon tout premier Moonshine, est ce que c’est le meilleur disponible sur le marché? Je ne saurais dire. C’est un peu « tord-boyaux » et un peu ennuyeux à déguster « straight ». C’est très unilatéral comme alcool et je l’utiliserais plutôt en cocktail.

 

Bulleit Frontier Bourbon 10 ans (# 170)

170 F Bulleit Frontier Bourbon 10 ansNom : Bulleit Frontier Bourbon 10 ans

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45,6%

Site web : bulleit.com/whiskey/bulleit-bourbon-10-year-old

Prix : 50$

Disponibilité : SAQ #12820292

Avec cette fiche, je vais pouvoir boucler la boucle de la gamme régulière des whiskies Bulleit. En effet, le grand frère de 10 ans d’âge est le dernier offert de cette gamme, du moins pour le moment. Il serait composé du même mélange de grains que le Bulleit Frontier, soit environ 2/3 maïs et 1/3 seigle avec un peu d’orge malté, le tout vieilli dans des tonneaux de chêne américain carbonisés. La différence se trouve dans le nombre d’années que le précieux liquide a séjourné dans ces derniers, soit 10 années plutôt que les 5 à 7 ans du Frontier de base. Un peu plus de raffinement, d’adoucissement et de rondeur sont à envisager.

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre profond, reflets ambre orangé, sirupeux

Nez : seigle, maïs, épices, zeste d’agrumes

Goût : seigle, maïs, épices, marmelade, boisé

Finale : moyenne, boisée, épices sucrées

La couleur du 10 ans semble (de mémoire) légèrement plus foncée que le Frontier régulier et offre quelques reflets ambrés. Sa texture est bien sirupeuse, les nombreuses coulisses demeurent longtemps figées aux rebords du verre.

Au nez, c’est une explosion de seigle, de maïs et d’épices. Les épices prennent le dessus et se mélangent à quelques notes de zeste d’agrumes compotés à la cassonade légèrement brûlée. Puis, tout comme dans le Bulleit Rye 95, à l’arrière-plan je note une petite pointe de plastique brûlé.

L’entrée en bouche est ce qu’il y a de plus classique comme Bourbon. Tout d’abord, le seigle et le maïs se mélangent à la cannelle et la muscade, le tout baignant dans un sirop de cassonade légèrement chauffé. Par la suite, les agrumes en marmelade sont accompagnés d’une fine touche de cerise noire. De douces notes boisées et légèrement brûlées font acte de présence et lentement prennent le contrôle.

La finale, d’une longueur moyenne et délicatement boisée, s’étire de longs moments et offre un petit retour des épices légèrement sucrées.

C’est un bon bourbon, les quelques années supplémentaires en barriques lui ont donné la chance de développer quelques saveurs supplémentaires, plus de douceur et de rondeurs. Un bon petit « upgrade » !

John E. Fitzgerald – Larceny (# 167)

Crédit Photo: Alex Atman

Nom : John E. Fitzgerald – Larceny

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 46%

Site web : larcenybourbon.com

Prix : non disponible à la SAQ

Disponibilité : États-Unis

Aujourd’hui, un petit bourbon plutôt méconnu de la grande famille Heaven Hill Distillery, le « John F. Fitzgerald Larceny ». Pour faire une histoire courte, Heaven Hill Distillery a acheté en 1999 la gamme « Old Fitzgerald ».  Ce Bourbon à haute teneur en blé, plutôt que le traditionnel seigle, est préparé en petits lots de moins de 100 barriques, lesquelles ont maturé pendant une période variant entre 6 et 12 ans.

Merci à Alex Atman pour l’échantillon et la photo !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre pâle, reflets orangés, sirupeux

Nez : maïs, sucre brûlé, épices, alcool

Goût : sucré, maïs, cerises Marasquin, boisé

Finale : alcool, épices, boisée, courte

Ce Bourbon offre une couleur tirant sur le cuivre assez pâle et lorsque ses reflets sont d’une couleur orangée légèrement cuivrée. Après quelques tournoiements du liquide dans le verre, de nombreuses et minces jambes apparaissent sur les parois et restent en place de longs moments, pour finalement redescendre tranquillement au fond du verre.

Au nez, c’est doux et délicat. Le maïs et quelques notes de vanille sont bien installés à l’avant-plan.  Puis, un sucre vanillé et légèrement brûlé se mélange à des notes rappelant les épices de boulangerie, plus particulièrement la muscade.  À l’arrière-plan, l’alcool (acétone?) et quelques notes de cerises noires font acte de présence.

Dès l’entrée en bouche, c’est doux, velouté et légèrement sucré, le maïs est bien présent et s’accompagne à merveille de quelques notes de cerises Marasquin. Par la suite, la cassonade et la vanille s’offrent une danse avec les épices de boulangerie et quelques délicates notes de bois sec. Petite pointe d’alcool sucré s’étire sur la finale.

La finale débute sur une chaleur d’alcool légèrement poivré et finit par laisser sa place à un léger sucre épicé et boisé. Elle est cependant un peu courte.

Un bon petit Bourbon d’été. Si on l’aborde sans prétention avec quelques cubes de glace en fin d’après-midi sur la terrasse avec les « boys », la bouteille pourrait baisser assez rapidement… et avoir droit à un petit rappel de la tendre moitié :

– « Chéri, j’espère que tu as pensé mettre les poulets sur le tournebroche ? »

…Oops !

Dogfish Head – Palo Santo Marron (# 164)

164 F Dogfishhead Palo Santo MarronNom : Dogfish Head – Palo Santo Marron

Type : Liqueur de malt vieillit sur « Palo Santo Wood »

Région : Delaware, ÉU

Taux d’alcool : 12%

Wow c’est foncé !

Je m’attendais à une ale dorée brune ! C’est presque noir et la carbonation est plutôt minime. C’est un peu un croisement entre un Imperial Stout et un Barley Wine.

La torréfaction des grains rappelle les « toasts » légèrement brûlées et l’amertume d’un espresso. Les malts très caramels croisent quelques notes de vanille, de butterscotch brûlé et un boisé plutôt inhabituel (sûrement le bois Palo Santo). Par la suite quelques accents de chaleur d’alcool accompagnent le tout. Les houblons sont plutôt discrets, ou sont peut-être effacés par les notes rôties et torréfiées

C’est vraiment un nectar très spécial et délicieux!

Merci à Chantal Héroux de Saveurs Unies  pour le cadeau !

Goose Island – Bourbon County Barleywine (# 160)

First things first ! Un gros merci à Chantal Héroux de Saveurs Unies à Terrebonne qui m’a offert cette bière qu’elle a rapportée des States !  Belle boutique et service exceptionnel en passant !

160 F Bourbon CountyNom : Goose Island – Bourbon County

Type : Barleywine vieillit en barrique de Bourbon

Région : États-Unis

Taux d’alcool : 12,3%

Embouteillage: 18 septembre 2014

Elle est comment ?

Aussitôt décapsulée, l’odeur de Bourbon divin envahit la pièce…

D’un brun-noir très foncé rappelant l’espresso, elle offre des reflets ambre et elle se coiffe d’une fine mousse de couleur moka…

En bouche, c’est sucré et collant, l’effervescence est plutôt minime. Les fruits confits, fruits rouges, la mélasse, le Bourbon boisé offrent chaleur et réconfort…

Belle longueur en bouche et plaisirs assurés !

Encore merci !

Old Rip Van Winkle – 10 ans (# 157)

Crédit photo: @Bergamote63

Nom : Old Rip Van Winkle – 10 ans

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 53.5%

Site web : www.oldripvanwinkle.com

Prix : inconnu

Disponibilité : inconnu

Ici, il est question du « Old Rip Van Winkle » un Straight Bourbon du Kentucky de 10 ans d’âge qui est, avec son taux de 53.5%, quasiment un brut de fût (cask strength), seulement une toute petite portion d’eau y est mélangée à l’embouteillage.

Tous les Bourbons ayant dans son nom « Van Winkle » ont quelque chose de spécial, un statut particulier et sont tous très prisés et recherchés des collectionneurs et amateurs. Je n’ai jamais eu la chance de goûter à un Van Winkle avant aujourd’hui ! Encore une fois merci à Maryse Pothier pour l’échantillon !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre foncé, très sirupeux

Nez : fruits secs, cerise noire, sucre brun et épices

Goût : fruits secs, épices, chocolat noir, espresso

Finale : espresso, choco-caramel, boisée

La couleur de ce Bourbon est très inspirante, d’un cuivre foncé rappelant une pièce de 1¢ bien brillante et il offre en bonus de beaux reflets orangés éclatants. La texture est très sirupeuse, les nombreuses et fines coulisses tardent à redescendre au fond du verre.

Au nez, c’est très plaisant et délicat. Des fruits secs tels dattes et pruneaux accompagnent la cerise noire. Par la suite, quelques notes de cassonade, de vanille et d’épices prennent le relais. Avec le taux d’alcool de plus de 53%, on s’attendrait à une brûlure dès l’approche du nez, mais ce n’est vraiment pas le cas.

En bouche, c’est WOW! Une explosion de saveur et de sensation. Les fruits secs et la cerise sont de retour mais cette fois ils macèrent dans le caramel et la vanille. Le kick d’alcool se fait ensuite sentir et accompagne à merveille les notes d’épices, de poivre, de chocolat noir et de boisé. Le chocolat devient amer et se transforme en café espresso.

La finale, quoique plus courte que mes attentes et majestueuse, l’espresso fait place à des notes de choco-caramel aux épices et laisse ressortir quelques notes de barrique…

Vraiment un Bourbon remplit de saveurs et de complexité qui ouvre sûrement très bien la voie à ses grands frères beaucoup plus âgés ! Fait intéressant, malgré sa puissance de plus de 53% d’alcool, on n’est jamais vraiment importuné par cette dernière, bien au contraire, elle a plutôt tendance à rehausser les saveurs en bouche. J’espère bien avoir un jour la chance de déguster les autres membres de la Grande famille Van Wincle !

%d blogueurs aiment cette page :