Archives du blogue

Brasserie Dunham – LaPatt Porter Robuste – Fût de whisky (# 169)

169 F LaPatt Porter futs de whiskyNom : Brasserie Dunham – LaPatt Porter Robuste 

Type : Porter Robuste vieilli en fût de whisky Canadien 

Région : Dunham, Québec 

Taux d’alcool – IBU : 7% – 51 IBU

Embouteillage : ±début 2014

Lorsque j’ai entendu la rumeur que Brasserie Dunham préparait leur Porter Robuste vieilli en fût de whisky canadien, je me suis dit que ça devrait sûrement me plaire et bien approprié pour mon blogue ! J’ai alors réussi à mettre la main sur trois bouteilles.  Celle-ci est la troisième du lot et a passé près de 2 ans à se reposer dans mon cellier !

Et cette bière, elle est comment ?

D’un noir plus que profond, elle est coiffée d’une mousse dense et bien crémeuse de couleur lait au chocolat. L’effervescence devrait être plutôt minimale, mais elle est me semble relativement plus gazeuse que la version régulière.  Est-ce voulu ou bien une petite erreur à l’embouteillage ?

Au nez, c’est du café torréfié bien foncé et du chocolat noir amer. Quelques effluves de barriques sont également présents.

En bouche ce sont encore les notes d’espresso bien rôti et le chocolat noir qui dominent. Par la suite, on peut constater que le temps a fait son œuvre car la madérisation offre quelques saveurs supplémentaires tels les fruits séchés et confits.  Ces notes de vieillissement en bouteille accompagnent merveilleusement bien les saveurs chocolatées et torréfiées de ce Porter Robuste.  Par la suite, quelques pointes d’épices et de boisées dérivant des fûts de whisky canadien viennent lier le tout et ce, pour notre plus grand plaisir.

La finale est sur le grain torréfié, le chêne mouillé au whisky et une petite pointe d’amertume qui laisse enfin apparaître les 51 IBU annoncés.

Comme vous le savez, j’adore les whiskies canadiens et la bière.  LaPatt Porter Robuste,  ma bière favorite de la gamme régulière de Brasserie Dunham, j’ai grandement apprécié cette version « pimpée ».  Les notes boisées et épicées provenant des fûts combinées à la madérisation ajoutent quelques couches de complexité des plus intéressantes.

En espérant que Brasserie Dunham répètera l’expérience lors de leurs prochains événements « Bottle Release » !

Visitez leur page Facebook et suivez les sur Twitter @BrasserieDunham !

Canadian Club – Chairman’s Select 100% Rye (# 165)

165 F Canadian Club 100% ryeNom : Canadian Club – Chairman’s Select 100% Rye

Type : Whisky canadien 100% Seigle

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : canadianclub.com/rye

Prix : 26$

Disponibilité : SAQ #12592980

Le « buzz » pour les whiskies à haut pourcentage en seigle bat son plein (lesquels contiennent souvent entre 90% et 100% de seigle), tant chez nos voisins du sud que chez nous. On peut constater que depuis quelque temps, la majorité des grandes distilleries d’Amérique du Nord offre de plus en plus ce type de whisky. Ce n’est vraiment pas surprenant quand on remarque la popularité qu’ont connue les whiskies comme Lot 40 et Alberta Premium au Canada et Whistle Pig et Sazerac aux États-Unis. Même le « 2016 World’s Best Whisky » de Jim Murray est un whisky canadien contenant 90% de seigle, mais ça, c’est un autre dossier…

Donc, nos bons amis de Canadian Club ont eux aussi emboîté le pas ils y vont « all in » et offre maintenant le « Chairman’s Select 100% Rye » que je déguste aujourd’hui.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre franc, reflets ambre, texture mince

Nez : épices de boulangerie, pain de seigle, sucre brûlé

Goût : seigle piquant, épices, sucre brûlé

Finale : seigle, épices, érable, un peu courte

Ce whisky de seigle canadien offre une robe cuivrée et remplie d’éclats ambre foncé, tout ce que l’on pourrait considérer assez classique. La texture semble par contre plutôt mince, aucune jambe ne se forme sur les parois du verre, seulement des centaines de petites gouttelettes qui demeurent en place.

Au nez, c’est une tonne d’épices de boulangerie et un bon pain de seigle bien chaud qui ouvre la parade. Par la suite quelques effluves de sucre brûlé et de vanille se mélangent à la cannelle, la muscade et le poivre. Par la suite, un peu de « pickles » ressort accompagné de quelques notes d’alcool.

En bouche, c’est vraiment le seigle bien épicé et piquant qui cogne fort. Par la suite les épices persistent et se noient dans quelques bouffées d’alcool. Le tout est rapidement adouci par un sucre vanillé et légèrement chauffé. Le poivre, les épices (particulièrement la muscade), quelques notes de barrique et le seigle reprennent le contrôle en début de finale.

La finale s’installe confortablement sur le seigle, les épices ainsi quelques notes de bois. Elle finit par être un peu sucrée, rappelant peut-être un léger sirop d’érable épicé. Elle est un peu trop courte à mon goût, mais on a simplement à reprendre une petite gorgée.

En ce qui concerne le rapport qualité-prix, à 26$ pour avoir un whisky qui est tout aussi agréable à siroter seul qu’en cocktail, c’est définitivement un incontournable. Par contre, Canadian Club est loin de faire l’unanimité auprès des amateurs de whisky, et même pour cet excellent whisky de seigle il est inévitable que « Haters Gonna Hate »… mais il ne faut surtout pas les écouter !

Alberta Premium – Dark Horse (# 159)

159 F AP Dark HorseNom : Alberta Premium – Dark Horse

Type : Canadien 100% Rye (seigle)

Région : Alberta, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : n/a

Prix : 34,50$

Disponibilité : SAQ #12729421

Alberta Distillers Ltd, située à Calgary, Alberta, produit le très populaire « Alberta Premium Dark Horse». C’est un whisky fait à 100% de seigle (rye). Il n’est pas fait mention de son âge sur la bouteille, mais il serait fait d’un assemblage de whisky de seigle âgé de 12 ans et de « Small Pot Rye » âgé de 6 ans. Dans le passé, Alberta Distillers Ltd ont également offert de majestueux whiskies 100% seigle de 25 et 30 ans qui ont été louangés par les critiques, mais qui sont malheureusement complètement épuisés. Voyons maintenant cette version dite Dark Horse !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre, reflets ambre-foncé

Nez : butterscotch, cassonade, fruits des champs

Goût : sucré, épicé, fruits, bois sec

Finale : Longue, sucrée et épicée, fumée légère

Ce whisky de seigle canadien aborde une couleur relativement foncée, d’un cuivre tirant quasiment sur le rougeâtre offre des reflets ambre-foncé et profonds. Quant à la texture, elle me semble un peu mince, les coulisses sont peu nombreuses, minces et ne parviennent pas à redescendre dans le verre.

Au nez, c’est rempli de butterscotch bien crémeux, mélangé à une cassonade chauffant légèrement dans le beurre et de fruits des champs comme la framboise et la mûre. Par la suite, le seigle croquant, la muscade, la cannelle et la vanille accompagnent le tout avec quelques notes boisées.

Dès l’entrée en bouche, c’est sucré et piquant comme un bon sucre à la crème qui a été légèrement épicé à la cannelle et la muscade. Par la suite les fruits des champs reviennent et s’accompagnent de seigle, d’un peu de poivre et de bois sec. Une petite pointe de fumée (très légère) fait son apparition à l’arrière-plan.

La finale est sucrée et épicée. La cassonade et les épices de seigle sont bien présentes et persistent de longs moments. Puis une légère amertume boisée s’accompagne d’une très légère fumée pour s’étirer pour un bon moment.

Un hype incroyable entourait ce whisky à sa sortie et les premières bouteilles au Canada se sont envolées très rapidement (pas disponible à la SAQ au lancement). Quelques mois plus tard il fût disponible à la SAQ j’ai donc sauté sur l’occasion. Je dois avouer qu’à la première gorgée… Oh mais quelle déception ! Je le trouvais quelque peu ordinaire et fade… peut-être était-ce mes « too high expectations »? Qui sait…

Maintenant, après quelques verres, je dois me raviser, c’est un excellent whisky, remplie de saveurs tant raffinées que rough ! Une belle et bonne bouteille à avoir en permanence à la maison et son prix n’est vraiment pas un obstacle, mais quand vous le voyez, n’attendez pas car il pourrait disparaître de nouveau !

Spicebox – Pumpkin Spiced (# 155)

155 F Spicebox Pumpkin SpicedNom : Spicebox – Pumpkin Spiced

Type : Whisky Canadien épicé (blend)

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 35%

Site web : http://spiceboxwhisky.com

Prix : 25,90$

Disponibilité : SAQ #12730431

Ah! L’automne, avec ses feuilles multicolores, le froid qui s’installe tranquillement et bien sûr, la panoplie d’aliments à la citrouille offerte dans les différents commerces. Tout y passe, les beignes, les cafés, les thés, les bières et même les whiskies !  Mais attention, bien souvent, je dirais plutôt majoritairement, ces produits ne sont pas vraiment « à la citrouille », mais plutôt aromatisé aux épices qui composent une tarte classique à la citrouille, soit la cannelle, le gingembre, le poivre de Jamaïque (Allspice) et la muscade.

Le whisky Spicebox Pumpkin Spiced ne fait pas exception et ne contient évidemment pas de chair de citrouille !! Il contient la même base que son frère Spicebox, soit un mélange de whiskys de seigle canadiens en provenance de l’Alberta et vieilli entre 3 et 6 ans en fûts de bourbon auquel on y a ajouté les « Pumpkin Spices ».

Voyons maintenant si le Spicebox Pumpkin Spiced whisky nous réconforte comme une pointe de tarte à la citrouille encore chaude.

Ma dégustation :

Couleur : dorée pâle, reflets légèrement orangés, légèrement sirupeux

Nez : sucré, vanille, épicé

Goût : vanille, caramel au beurre, épices, boisé

Finale : sucrée, érable, épices

La couleur de ce whisky-dessert est d’un doré bien classique et avec une légère teinte d’orange. Est-ce mon subconscient qui ne cesse de me suggérer la couleur d’une citrouille… Côté texture c’est relativement sirupeux, de minces jambes se forment sur la paroi et redescendent lentement au fond du verre.

Dès l’approche du verre au nez, c’est un rye très sucré et vanillé. Tout à l’arrière, derrière le seigle, se cachent quelques notes de cannelle, de muscade et un peu de poivre de Jamaïque (allspice). Dans l’ensemble, ça sent vraiment comme une tarte à la citrouille !

En bouche, dès l’entrée c’est sucré et piquant, la douceur vanillée compense pour le coup de fouet des épices. Le sucré et les épices se complémentent bien et c’est très « dessert ». Après quelques instants, un doux caramel crémeux à la vanille valse avec la muscade et l’allspice. Puis, quelques subtiles notes de cannelle et de boisées ferment la danse.

Quant à la finale, sans surprise, elle est sucrée et relativement longue, avec la vanille et le caramel au beurre, quelques notes de sirop d’érable viennent se joindre à l’ensemble. Après un dur combat, les épices et le seigle finissent par percer la barrière sucrée et soutiennent la finale pendant de longs moments.

Un beau petit whisky dessert sans contredit que je siroterais bien tranquillement après un copieux repas. Par contre, il ne plaira sûrement pas à tous à cause de ses notes hyper sucrées. Sa grande force est probablement plus comme alcool de base dans de beaux cocktails exotiques…

Collingwood – 21 ans (# 154)

Crédit photo @Bergamote63

Nom : Collingwood 21 ans

Type : Whisky Canadien (blend)

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : http://www.collingwoodwhisky.com

Prix : ± 45$

Disponibilité : LCBO (plus disponible)

Comme vous pouvez le voir dans ma fiche du Collingwood (fiche # 31), ce whisky est une création de la distillerie Canadian Mist. En 1991, monsieur Harold Ferguson, le Maître Distilleur de l’époque chez Canadian Mist, a choisi 50 barriques d’alcool fait à 100% de seigle malté et les laissa vieillir paisiblement. Le temps passa tranquillement et ce n’est qu’en 2012 qu’il fut enfin prêt. On lui a alors appliqué le procédé spécial de Collingwood (comme pour l’Original), c’est-à-dire d’assembler le contenu de ces 50 barriques dans un gigantesque réservoir en inox afin qu’ils se marient ensemble. En même temps, on en profite pour ajouter une couche de complexité au whisky en y ajoutant dans le réservoir des douelles (staves) d’érable légèrement grillées.

Le Collingwood 21 ans est une édition spéciale qui n’est plus disponible.

Merci à Maryse Pothier pour l’échantillon.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre, reflets rosés, sirupeuse

Nez : Épices, seigle, cerise, acétone

Goût : alcool, épices, cerise noire, seigle

Finale : longue, épicée, seigle

À la lumière, ce whisky ressemble à son jeune frère, il est d’un ambre cuivré mais offre des reflets un peu plus rosés. Côté texture, les jambes sont nombreuses, minces et retombent lentement sur les parois du verre.

Au nez, c’est relativement similaire au Collingwood régulier, mais le seigle et la barrique ressortent un peu plus. Épices, seigle bien franc et fruits rouges (particulièrement les cerises) se mélangent à quelques notes de barriques, mais une barrique un peu vieillie. À l’arrière-plan, des notes d’acétone et de plastique brûlé sont également présentes.

En bouche, c’est « raide » ! Dès l’entrée c’est une bonne claque d’alcool et d’épices, effet plutôt inattendu ! Puis la cerise noire qui baigne dans la cassonade et l’alcool se mélange à quelques notes de seigle et de bois vieilli. Ensuite, les épices de boulangerie et le poivre reviennent à la charge pour faire place à la finale.

La finale est bien marquée par les épices, le poivre et le seigle. Puis, quelques notes de boisé font acte de présence et s’accompagnent d’une petite aigreur inattendue, l’ensemble s’étire un bon moment.

Je peux comprendre pourquoi ce whisky a eu un accueil plutôt mitigé vis-à-vis les amateurs. On dirait qu’il va partout, et en même temps nulle part, rien de plus à ajouter… Personnellement, le Collingwood « Orignnal » me plaît d’avantage.

JP Wiser’s DeLuxe (# 152)

152 F JP WisersNom : J.P. Wiser’s Deluxe

Type : Whisky canadien

Région : Windsor, Ontario

Taux d’alcool : 40%

Par un beau samedi après-midi ensoleillé du mois d’août 2015, j’étais à un mariage dans les Laurentides. À l’heure du cocktail le J.P. Wiser’s DeLuxe me semblait bien intéressant, je me suis dit « why not ! »

Le DeLuxe est l’entrée de gamme chez Wiser’s et est distillé et embouteillé à la distillerie d’Hiram-Walker & Sons située à Windsor en Ontario, laquelle est aujourd’hui la propriété du géant Pernaud Ricard. Cet embouteillage dit « Deluxe » consiste en un assemblage de whiskies canadiens âgés entre 5 et 9 ans.

D’ailleurs je me suis toujours demandé pourquoi on écrit « Deluxe » ou « Premium » sur des embouteillages d’entrées de gammes ?

Ma dégustation :

Lorsque regardé au beau soleil du milieu d’après-midi, la Couleur de ce canadien est d’un doré modérément foncé et offre des reflets légèrement ambrés. La texture est relativement sirupeuse et enveloppante, les jambes sont nombreuses, larges et glissent avec aisance le long des parois du verre.

Dès l’approche du verre, le Nez se remplit de cassonade dorée, de raisins secs aux épices et de quelques timides notes de seigle. Par la suite des effluves légèrement citronnés se développent à l’arrière-plan et sont accompagnés de bois bien sec.

À la première gorgée, un Goût bien franc de cassonade épicée est au rendez-vous. Puis les épices de boulangerie, les fruits séchés et le seigle prennent le dessus. Par la suite, quelques timides notes citronnées et boisées se développent à l’arrière-plan.

La Finale, quoique un peu courte est relativement intense. Le boisé, le seigle et le zeste d’agrumes demeurent un court instant. Et hop, une autre petite gorgée !

Un beau petit « afternoon drink », parfait pour relaxer et ouvrir l’appétit pour le copieux repas qui m’attendais !

Crown Royal – Black (# 147)

147 F Crown Royal BlackNom : Crown Royal Black

Type : Whisky canadien

Région : Gimli, Manitoba, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : www.crownroyal.ca

Prix : 33,25$

Disponibilité : SAQ #11975381

Crown Royal, un fleuron parmi les whiskies canadiens… Shame on me ! J’ai pas mal négligé cette marque emblématique sur mon blogue puisque j’ai seulement une fiche à mon actif, le Crown Royal Special Reserve.  Je vais alors immédiatement remédier à la situation et débuter avec le Crown Royal Black. Par la suite suivront le Monarch 75e Anniversaire et bien évidemment le Classique 12 ans.

Le Black est un assemblage plus foncé et plus robuste que les autres Crown Royal. Vieilli dans des tonneaux hautement carbonisés et avec son 45% d’alcool, soyez prêt car lui, il est vraiment prêt à vous recevoir.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre foncé, texture sirupeuse

Nez : seigle, boisé, caramel salé

Goût : alcool, seigle, épices, céréales sucrées

Finale : amer, seigle, fruits confits

La couleur de ce whisky canadien est bien foncée et présente certains reflets cuivrés et orangés. La texture est quand même assez particulière, autant elle donne de nombreuses et larges jambes autant le verre semble propre une fois le tout redescendu au fond du verre, aucune goûte ni coulisse ne demeure accrochée aux parois du verre.

Au nez, c’est très « Canadien », du seigle épicé et du bois bien sec sont aux premières loges. Puis un caramel salé et vanillé accompagne des notes de céréales sucrées, de fruits secs et de noix de coco rôties.

En bouche, l’alcool surprend un peu, pour ensuite faire place au seigle et ses épices. Quelques notes poivrées viennent se marier à un boisé bien sec. Puis c’est le retour des épices et des fruits confits qui se mélangent avec quelques élans de caramel salé.

En finale, une petite amertume est accompagnée par des notes de seigle et des fruits confits. Relativement longue, l’amertume finie par prendre le dessus et nous nous devons de porter à nouveau le verre à nos lèvres pour reprendre l’exercice.

Un « canayen » bien robuste, plein de saveur et de force.  Sa robustesse et sa bonne complexité en fait un bon whisky de fin de soirée et de feu de camp.  Je me dois de revisiter.

%d blogueueurs aiment cette page :