Archives du blog

Evan Williams – Black (# 180)

Nom : Evan Williams – Black

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, USA

Taux d’alcool : 43%

Prix : 16$US

Après une belle journée à la « beach », la famille se relaxe maintenant à la piscine, je suis donc seul sur la terrasse et j’en profite pour passer quelques moments avec mon chum Evan…

Au nez, c’est immédiatement l’alcool qui frappe, et par la suite les parfums classiques du sour mash prennent les devants. Un peu de vanille et de charbons de bois de chêne font également acte de présence.

Dès l’entrée en bouche les épices dominent (muscade, cannelle et un peu de poivre noir), puis un caramel vanillé vient adoucir le tout. Le bois sec, la réglisse noire et les saveurs légèrement aigres du sour mash arrivent par la suite. Un peu de poivre noir revient s’étirer sur la finale.

La finale est un peu courte mais bien poivrée et épicée. Par la suite, caramel, vanille et bois de chêne brûlé apparaissent mais se font quand même dominer par le poivre noir.

La chaleur des Jersey Shores d’aujourd’hui (41C avec l’humidex !) me pousse à ajouter un cube de glace… Au nez, l’alcool est maintenant absent et laisse briller la vanille et le côté plus sucré du maïs. En bouche c’est très smooth et rafraîchissant. Les saveurs de réglisse et du sour mash se font discrètes et laisse place à la vanille, aux céréales et aux petits fruits rouges. La finale est fruitée et épicée, les notes vanillées et boisées se retrouvent en retrait et laissent la place à un amalgame d’épice de boulangerie.

Honnêtement pour 16$us c’est vraiment un « no brainer »… et avec la chaleur le cube de glace le rend encore plus agréable à siroter sous le soleil de 16h !

Publicités

Bulleit Frontier Bourbon 10 ans (# 170)

170 F Bulleit Frontier Bourbon 10 ansNom : Bulleit Frontier Bourbon 10 ans

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45,6%

Site web : bulleit.com/whiskey/bulleit-bourbon-10-year-old

Prix : 50$

Disponibilité : SAQ #12820292

Avec cette fiche, je vais pouvoir boucler la boucle de la gamme régulière des whiskies Bulleit. En effet, le grand frère de 10 ans d’âge est le dernier offert de cette gamme, du moins pour le moment. Il serait composé du même mélange de grains que le Bulleit Frontier, soit environ 2/3 maïs et 1/3 seigle avec un peu d’orge malté, le tout vieilli dans des tonneaux de chêne américain carbonisés. La différence se trouve dans le nombre d’années que le précieux liquide a séjourné dans ces derniers, soit 10 années plutôt que les 5 à 7 ans du Frontier de base. Un peu plus de raffinement, d’adoucissement et de rondeur sont à envisager.

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre profond, reflets ambre orangé, sirupeux

Nez : seigle, maïs, épices, zeste d’agrumes

Goût : seigle, maïs, épices, marmelade, boisé

Finale : moyenne, boisée, épices sucrées

La couleur du 10 ans semble (de mémoire) légèrement plus foncée que le Frontier régulier et offre quelques reflets ambrés. Sa texture est bien sirupeuse, les nombreuses coulisses demeurent longtemps figées aux rebords du verre.

Au nez, c’est une explosion de seigle, de maïs et d’épices. Les épices prennent le dessus et se mélangent à quelques notes de zeste d’agrumes compotés à la cassonade légèrement brûlée. Puis, tout comme dans le Bulleit Rye 95, à l’arrière-plan je note une petite pointe de plastique brûlé.

L’entrée en bouche est ce qu’il y a de plus classique comme Bourbon. Tout d’abord, le seigle et le maïs se mélangent à la cannelle et la muscade, le tout baignant dans un sirop de cassonade légèrement chauffé. Par la suite, les agrumes en marmelade sont accompagnés d’une fine touche de cerise noire. De douces notes boisées et légèrement brûlées font acte de présence et lentement prennent le contrôle.

La finale, d’une longueur moyenne et délicatement boisée, s’étire de longs moments et offre un petit retour des épices légèrement sucrées.

C’est un bon bourbon, les quelques années supplémentaires en barriques lui ont donné la chance de développer quelques saveurs supplémentaires, plus de douceur et de rondeurs. Un bon petit « upgrade » !

John E. Fitzgerald – Larceny (# 167)

Crédit Photo: Alex Atman

Nom : John E. Fitzgerald – Larceny

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 46%

Site web : larcenybourbon.com

Prix : non disponible à la SAQ

Disponibilité : États-Unis

Aujourd’hui, un petit bourbon plutôt méconnu de la grande famille Heaven Hill Distillery, le « John F. Fitzgerald Larceny ». Pour faire une histoire courte, Heaven Hill Distillery a acheté en 1999 la gamme « Old Fitzgerald ».  Ce Bourbon à haute teneur en blé, plutôt que le traditionnel seigle, est préparé en petits lots de moins de 100 barriques, lesquelles ont maturé pendant une période variant entre 6 et 12 ans.

Merci à Alex Atman pour l’échantillon et la photo !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre pâle, reflets orangés, sirupeux

Nez : maïs, sucre brûlé, épices, alcool

Goût : sucré, maïs, cerises Marasquin, boisé

Finale : alcool, épices, boisée, courte

Ce Bourbon offre une couleur tirant sur le cuivre assez pâle et lorsque ses reflets sont d’une couleur orangée légèrement cuivrée. Après quelques tournoiements du liquide dans le verre, de nombreuses et minces jambes apparaissent sur les parois et restent en place de longs moments, pour finalement redescendre tranquillement au fond du verre.

Au nez, c’est doux et délicat. Le maïs et quelques notes de vanille sont bien installés à l’avant-plan.  Puis, un sucre vanillé et légèrement brûlé se mélange à des notes rappelant les épices de boulangerie, plus particulièrement la muscade.  À l’arrière-plan, l’alcool (acétone?) et quelques notes de cerises noires font acte de présence.

Dès l’entrée en bouche, c’est doux, velouté et légèrement sucré, le maïs est bien présent et s’accompagne à merveille de quelques notes de cerises Marasquin. Par la suite, la cassonade et la vanille s’offrent une danse avec les épices de boulangerie et quelques délicates notes de bois sec. Petite pointe d’alcool sucré s’étire sur la finale.

La finale débute sur une chaleur d’alcool légèrement poivré et finit par laisser sa place à un léger sucre épicé et boisé. Elle est cependant un peu courte.

Un bon petit Bourbon d’été. Si on l’aborde sans prétention avec quelques cubes de glace en fin d’après-midi sur la terrasse avec les « boys », la bouteille pourrait baisser assez rapidement… et avoir droit à un petit rappel de la tendre moitié :

– « Chéri, j’espère que tu as pensé mettre les poulets sur le tournebroche ? »

…Oops !

Old Rip Van Winkle – 10 ans (# 157)

Crédit photo: @Bergamote63

Nom : Old Rip Van Winkle – 10 ans

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 53.5%

Site web : www.oldripvanwinkle.com

Prix : inconnu

Disponibilité : inconnu

Ici, il est question du « Old Rip Van Winkle » un Straight Bourbon du Kentucky de 10 ans d’âge qui est, avec son taux de 53.5%, quasiment un brut de fût (cask strength), seulement une toute petite portion d’eau y est mélangée à l’embouteillage.

Tous les Bourbons ayant dans son nom « Van Winkle » ont quelque chose de spécial, un statut particulier et sont tous très prisés et recherchés des collectionneurs et amateurs. Je n’ai jamais eu la chance de goûter à un Van Winkle avant aujourd’hui ! Encore une fois merci à Maryse Pothier pour l’échantillon !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre foncé, très sirupeux

Nez : fruits secs, cerise noire, sucre brun et épices

Goût : fruits secs, épices, chocolat noir, espresso

Finale : espresso, choco-caramel, boisée

La couleur de ce Bourbon est très inspirante, d’un cuivre foncé rappelant une pièce de 1¢ bien brillante et il offre en bonus de beaux reflets orangés éclatants. La texture est très sirupeuse, les nombreuses et fines coulisses tardent à redescendre au fond du verre.

Au nez, c’est très plaisant et délicat. Des fruits secs tels dattes et pruneaux accompagnent la cerise noire. Par la suite, quelques notes de cassonade, de vanille et d’épices prennent le relais. Avec le taux d’alcool de plus de 53%, on s’attendrait à une brûlure dès l’approche du nez, mais ce n’est vraiment pas le cas.

En bouche, c’est WOW! Une explosion de saveur et de sensation. Les fruits secs et la cerise sont de retour mais cette fois ils macèrent dans le caramel et la vanille. Le kick d’alcool se fait ensuite sentir et accompagne à merveille les notes d’épices, de poivre, de chocolat noir et de boisé. Le chocolat devient amer et se transforme en café espresso.

La finale, quoique plus courte que mes attentes et majestueuse, l’espresso fait place à des notes de choco-caramel aux épices et laisse ressortir quelques notes de barrique…

Vraiment un Bourbon remplit de saveurs et de complexité qui ouvre sûrement très bien la voie à ses grands frères beaucoup plus âgés ! Fait intéressant, malgré sa puissance de plus de 53% d’alcool, on n’est jamais vraiment importuné par cette dernière, bien au contraire, elle a plutôt tendance à rehausser les saveurs en bouche. J’espère bien avoir un jour la chance de déguster les autres membres de la Grande famille Van Wincle !

Bulleit – Rye 95 (# 149)

149 F Bulleit RyeNom : Bulleit -Rye 95

Type : Straight Rye Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : bulleit.com/whiskey/bulleit-rye

Prix : 38,95$

Disponibilité : LCBO #350611 (pas disponible à la SAQ)

Lancé en 2011, le Bulleit Rye 95 est fait à partir d’un mash bill ayant, comme son nom l’indique, 95% de seigle et 5% d’orge maltée complète le tout. En comparaison, son grand frère, le très populaire Bulleit Frontier Bourbon, contient quant à lui un respectable 28% de seigle. Malgré le fait que les deux sont distillés et vieillis en petits lots (small batch) et qu’ils séjournent en barriques de chêne américain carbonisé, on doit s’attendre à quelque chose de pas mal différent.

Il est amusant de relire ma première fiche de dégustation qui portait sur le Bulleit Frontier Bourbon, laquelle est relativement minimaliste…à réviser !

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre « cenne noire », sirupeux

Nez : Seigle, épices, aneth

Goût : seigle, épices, aneth

Finale : courte, seigle, épices

La couleur de ce rye américain me rappelle nos bonnes vieilles « cennes noires », mais plutôt quand elles étaient flambant neuves ! Avec quelques reflets ambrés et flamboyants et sa texture bien sirupeuse, quoi de mieux pour débuter.

Au nez, c’est puissant ! Le seigle est bien franc et présent. Quelques notes d’épices se joignent à des odeurs herbacées tels l’aneth et l’eucalyptus. L’aneth?… en effet, ça sent le gros et juteux cornichon Bick’s. À l’arrière-plan je dénote une petite pointe de plastique brûlé.

En bouche, c’est quand même assez particulier. L’entrée en bouche est relativement sucrée, puis, l’attaque immédiate du seigle et des épices arrive. Par la suite quelques notes d’aneth et de menthol arrivent, pour rehausser le goût du cornichon retrouvé dans le nez. Graduellement, l’amertume du seigle et quelques notes boisées prennent la relève. L’aneth et quelques notes salines ouvrent la porte à la finale.

La finale, relativement courte est axée beaucoup sur le seigle et les épices. Et hop ! On reprend une gorgée!

Un départ canon mais un essoufflement marqué en fin de course ! Il n’est pas le meilleur mais pas le pire non plus… Un bon rye américain. Je peut donc facilement affirmer que plusieurs whiskies canadiens n’ont vraiment rien à lui envier.

Russell’s Reserve 10 ans (#148)

148 F Russel's ReserveNom : Russell’s Reserve 10 ans

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : wildturkeybourbon.com

Prix : ±30$ US

Disponibilité : Pas disponible à la SAQ

Jimmy Russell est le « Master Distiller » chez Wild Turkey et il fait partie des légendes modernes du Bourbon. Tout comme ses comparses Booker Noe, Parker Beam et Elmet T. Lee, il a grandement contribué à rendre le Bourbon mondialement connu et d’en faire un grand joueur parmi les spiritueux fins.

M. Russell nous présente ici sa « Réserve » spéciale, un Bourbon de 10 ans d’âge vieilli dans des fûts carbonisés au maximum, soit le #4, plus connu sous le nom « Alligator Char ».

Ma dégustation :

Couleur : ambre profond, reflets orange brûlée, collant

Nez : cerise noire, maïs, bois, « barbe-à-papa »

Goût : cerise Marasquin, anis, épices de boulangerie

Finale : épices, boisée, seigle

La couleur ambre profond et intense laisse croire à un liquide d’exception. À la lumière on peut apercevoir quelques reflets allant vers l’orange brûlée. Avec ses nombreuses et larges coulisses qui demeurent figées sur les parois du verre, la texture semble très sirupeuse, voire même collante. L’ensemble est assez intéressant côté visuel.

Au nez, c’est immédiatement la cerise noire dans le sirop à la vanille qui nous accueille. Puis quelques notes de maïs, de réglisse noire et de bois s’affirment solidement. Ensuite, quelques parfums rappelant la « barbe-à-papa » et le caramel légèrement vanillé font acte de présence. C’est comme si on entrait dans un magasin de bonbons !

L’entrée en bouche est immédiatement sur le maïs et la cerise mais cette fois elle est au Marasquin. Puis, arrive un peu d’anis étoilé, de réglisse noire et quelques notes boisées. Un léger réchauffement d’alcool se fait ressentir accompagné d’une petite touche d’astringence et de notes d’épices de boulangerie.

Le début de la finale est fortement sur les épices accompagnées d’une petite pointe sucrée de maïs qui s’étirent quelques instants. Ensuite, des notes boisées accompagnent une pointe d’astringence et quelques notes rappelant le seigle.

Finalement un beau et bon petit Bourbon, mais sans plus. Un nez qui détrône le reste, Il se laisse boire facilement. Forcé d’admettre que vous passerez probablement un peu plus de temps à le humer qu’à le siroter…

Maltus 2014 « Inspiration Islay » – Simple Malt par Brasseurs Illimités (# 144)

144 F Maltus Islay 2014Nom : Maltus 2014 « Inspiration Islay » – Simple Malt (Brasseurs Illimités)

Type : Liqueur de malt

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 11,9 %

Site web : http://www.brasseursillimites.com/

Prix : 21$

Disponibilité : Épiceries fines et dépanneurs spécialisés

Cette version « Inspiration Islay » de la Maltus de Brasseurs Illimités est préparée comme la version régulière mais des malts fumés et tourbés ont été utilisés, un peu comme certains scotchs whiskies de l’ile d’Islay. Ce sera bien intéressant de voir quelle sera l’intégration de ces nouvelles saveurs avec le côté plus sucré et liquoreux de la version régulière. Sans plus attendre, plongeons dans ce nuage de fumée enivrant…

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre foncé, effervescence quasi absente

Nez : poisson fumé, malt caramélisé, torréfaction, boisé léger et sirop d’érable

Goût : fumée tourbée, malt sucré, caramel brûlé, café espresso

Finale : érable sucré, boisée, longue 

Comparée à la version originale, cette Maltus « Islay » est également aussi d’un cuivre profond et rougeâtres mais beaucoup plus foncé et son effervescence y est presque absente. Côté texture c’est similaire.

Au nez, c’est similaire mais avec un côté fumé assez marqué. C’est fumé, mais pas comme une Rauchbier, plutôt comme du bon hareng bien boucané et salé de la Gaspésie. Puis le sucré du malt caramélisé fait son apparition, mais il est facilement dominé par la fumée tourbée. À l’arrière-plan, quelques notes de torréfaction et de boisé font acte de présence.

En bouche, c’est le « clash » de la fumée tourbée et des sucres du malt, du caramel et des épices. Le caramel est légèrement brûlé et s’accompagne de quelques notes amères de café espresso, d’épices et de bois sec.

En finale, la fumée du hareng boucané revient et s’étire en développant quelques notes rappelant celles d’un feu de camp éteint, assez typique de certains scotchs d’Islay, bien sûr pas avec autant de puissance, et de persistance, mais le résultat est quand même convaincant !

Certaines notes dites « Islay » sont bien présentes dans cette version spéciale de la Maltus. La fumée, un peu de tourbe, les essences maritimes et quelques notes de créosote sont de la partie. Les scotchs ayant la cote ces temps-ci, l’idée est bonne et l’expérience en vaut la chandelle. Je ne serais pas surpris que cette version soit malheureusement déjà entièrement épuisée ! Est-ce qu’elle deviendra une édition régulière à côté de la Maltus en 2015 ? Je l’espère bien !

%d blogueurs aiment cette page :