Archives du blog

Crown Royal – Northern Harvest Rye (# 178)

Nom : Crown Royal Northern Harvest Rye

Type : Whisky canadien

Région : Gimli, Manitoba, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : www.crownroyal.ca

Prix : 33,75$

Disponibilité : SAQ #12820364

Dans sa « Whisky Bible 2016 », Jim Murray a décoré le Crown Royal Northern Harvest Rye de sa plus grande récompense « World Whisky of the Year» ! Ma foi on fait du bon stock au Canada ! Un whisky à moins de 35$ qui gagne les grands honneurs ? Je ne suis pas tant un « snobish whisky geek » au point d’avoir un préjugé de par son prix, mais disons que cela sème un léger doute dans mon esprit et je demeure quand même relativement sceptique…

La seule chose à faire, c’est d’y plonger le nez et la bouche, tout en gardant son esprit ouvert…

Ma dégustation :

Couleur : cuivre foncé reflets orangés, texture sirupeuse

Nez : seigle, poivre de Jamaïque, toffee

Goût : seigle, épices, pain de seigle grillé

Finale : aigreur, pain de seigle, boisé

Le Northern Harvest est d’un cuivre relativement foncé et offre quelques reflets tirant un peu sur l’orangé. La texture est sirupeuse, les jambes sont fines, nombreuses et collent littéralement à la surface du verre.

Au nez, c’est du seigle au cube! Le pain de seigle légèrement aigre et les épices, surtout le poivre de Jamaïque, sont au premier plan. Par la suite, un boisé un peu sec et poussiéreux s’accompagne de quelques notes de vanille et de toffee. À l’arrière-plan on peut déceler quelques notes de petits fruits rouges.

En bouche, c’est un déferlement de seigle, d’épices bien piquantes et poivrées et de chaleur d’alcool. Le poivre de Jamaïque et la muscade sont solidement installés au premier plan. Un peu de bois, de toffee et de vanille tentent de percer la barrière des épices, mais en vain. Pour l’entrée en finale, l’image qui me passe à l’esprit est celle d’un pain de seigle légèrement grillé.

En finale, l’aigreur et l’amertume du seigle sont bien perceptibles et s’étirent longuement. Le pain de seigle grillé revient et la sécheresse du bois et des épices reviennent en force, le tout en s’étirant de longs moments.

Un whisky de seigle plutôt robuste, présent et assez complexe. Ce n’est pas le p’tit rye auquel vous êtes habitués, il est plein de fougue et de saveurs. Maintenant, est-ce que c’était LE meilleur whisky du monde en 2016? Je ne pourrais dire, mais personnellement, j’ai goûté à quelques « drams » qui étaient, selon mon humble avis, de beaucoup supérieures au Northern Harvest…

…mais qui suis-je pour mettre en doute les choix de M. Murray !

Forty Creek – Barrel Select (# 171)

171-f-forty-creek-barrel-selectNom : Forty Creek – Barrel Select

Type : Whisky Canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : fortycreekwhisky.com

Prix : 24,60$

Disponibilité : SAQ #12525488

Le « Barrel Select » est le whisky d’entrée de gamme chez Forty Creek. C’est un whisky qui est abordable et disponible en tout temps.  Le seigle, le maïs et l’orge maltée qui le compose ont tous été distillés séparément.  Par la suite, le distillat de ces différents grains est vieilli séparément en fut de chêne.  Le tout est ensuite assemblé et affiné en fût de sherry.

Il est quand même intéressant de souligner que le Barrel Select a gagné plusieurs prix dans divers concours internationaux.

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre ambré, texture sirupeuse

Nez : Épices, caramel brûlé, boisé

Goût : Caramel épicé, pommes cuites à l’érable, boisé

Finale : Courte, caramel à l’érable, boisée

Le Barrel Select est d’un cuivre ambré offrant des reflets légèrement orangés. Le whisky semble bien coller aux parois du verre, les coulisses larges mais peu nombreuses demeurent en place et finissent en de minimes gouttelettes qui ne redescendent pas au fond du verre.

Le nez est rempli d’épices de boulangerie et de caramel. Par la suite, les épices se mélangent à quelques notes légèrement fruitées qui sont accompagnées de seigle poivré et boisé.

L’entrée en bouche commence par un caramel bien épicé. Puis, les pommes cuites dans un mélange de cannelle, muscade et de caramel à l’érable viennent sucrer l’ensemble.  Le sirop d’érable finit par prendre le dessus et se laisse accompagner de quelques notes de seigle poivré et de barrique.

La finale me semble un peu courte, le caramel à l’érable et quelques notes d’épices refont surface. Le tout dans un ensemble légèrement boisé.

À moins de 25$ c’est vraiment un incontournable. Il accompagnera à merveille vos chaudes soirées d’été au feu de camp ou vos froides soirées hivernales.  Un whisky passe partout qu’il est bon d’avoir en réserve, en tout temps.  Aussi, il saura rehausser vos cocktails sans aucun doute.

Tomatin 18 ans (# 168)

168 F Tomatin 18 ansNom : Tomatin 18 ans 

Type : Scotch single malt 

Région : Highlands, Écosse 

Taux d’alcool : 46% 

Site web : tomatin.com/18-year 

Prix : 142,60$ 

Disponibilité : LCBO #435859

La distillerie Tomatin est située tout près d’Inverness dans le nord des Highlands. Elle fut fondée en 1897 par John MacDougall, John MacLeish et Alexander Allan lesquels décidèrent eux aussi de profiter du « Whisky Boom » de la fin du 19e siècle.  La gamme principale des whiskies de Tomatin est quand même relativement large, l’entrée de gamme est le Legacy et il est suivi du 12 ans, 14 ans, 18 ans et 36 ans.  Un « Cask Strength » et un Millésime 1988 sont également offerts.

Je vous parle aujourd’hui du Tomatin 18 ans, lequel est affiné en fût de sherry Oloroso.

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre foncé, reflets ambre orangé, légèrement sirupeux 

Nez : fruits confits, marmelade à l’orange, épicé, boisé 

Goût : fruits secs et confits, marmelade au miel, épices 

Finale : légèrement sucrée, boisée, très sèche

Au visuel, c’est très joli, un beau cuivre bien foncé avec quelques reflets ambre tirant légèrement sur l’orange brûlée, belle coloration offerte par les fûts d’Oloroso en fin de maturation. Côté texture, c’est légèrement sirupeux, plusieurs fines coulisses se forment et redescendent rapidement au fond du verre.

Au nez, ce sont de délicats parfums de fruits confits et de marmelade à l’orange qui nous accueille. Par la suite la marmelade devient épicée et s’accompagne de notes boisées et mielleuses.  Plus le whisky se repose et s’ouvre, plus les notes sucrées rappellent le miel et le sirop d’érable.

En bouche, c’est l’influence de l’Oloroso qui ouvre la parade, fruits secs et confits tels la figue, les dattes et les raisins Sultana qui macèrent tout bonnement dans un mélange de marmelade au miel et d’alcool. Par la suite, le boisé et les épices de boulangerie viennent raviver l’expérience en ajoutant une petite pointe piquante.  Puis, un caramel au beurre d’érable légèrement chauffé se pointe le bout du nez.

La finale est légèrement sucrée en début et plus elle s’étire plus elle devient épicée, boisée et sèche. À la longue, l’assèchement de la bouche et de la langue est plus que notable et un peu déroutant.

Somme toute un bon whisky « Olorosé ». Il est tout en finesse et offre des saveurs bien typiques, mais qui, à mon goût, manque juste un peu de kick ! J’aurais voulu juste un peu plus de punch en bouche et que la finale donne l’eau à la bouche plutôt qu’un assèchement relativement aride…

Petite réflexion, quand tu réalises que tu as payé ce scotch 54,99$US au NH Liquor Store au lieu du 142$ demandé par la LCBO, il est soudainement pas mal du tout, même avec le taux de change actuel !

Alberta Premium – Dark Horse (# 159)

159 F AP Dark HorseNom : Alberta Premium – Dark Horse

Type : Canadien 100% Rye (seigle)

Région : Alberta, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : n/a

Prix : 34,50$

Disponibilité : SAQ #12729421

Alberta Distillers Ltd, située à Calgary, Alberta, produit le très populaire « Alberta Premium Dark Horse». C’est un whisky fait à 100% de seigle (rye). Il n’est pas fait mention de son âge sur la bouteille, mais il serait fait d’un assemblage de whisky de seigle âgé de 12 ans et de « Small Pot Rye » âgé de 6 ans. Dans le passé, Alberta Distillers Ltd ont également offert de majestueux whiskies 100% seigle de 25 et 30 ans qui ont été louangés par les critiques, mais qui sont malheureusement complètement épuisés. Voyons maintenant cette version dite Dark Horse !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre, reflets ambre-foncé

Nez : butterscotch, cassonade, fruits des champs

Goût : sucré, épicé, fruits, bois sec

Finale : Longue, sucrée et épicée, fumée légère

Ce whisky de seigle canadien aborde une couleur relativement foncée, d’un cuivre tirant quasiment sur le rougeâtre offre des reflets ambre-foncé et profonds. Quant à la texture, elle me semble un peu mince, les coulisses sont peu nombreuses, minces et ne parviennent pas à redescendre dans le verre.

Au nez, c’est rempli de butterscotch bien crémeux, mélangé à une cassonade chauffant légèrement dans le beurre et de fruits des champs comme la framboise et la mûre. Par la suite, le seigle croquant, la muscade, la cannelle et la vanille accompagnent le tout avec quelques notes boisées.

Dès l’entrée en bouche, c’est sucré et piquant comme un bon sucre à la crème qui a été légèrement épicé à la cannelle et la muscade. Par la suite les fruits des champs reviennent et s’accompagnent de seigle, d’un peu de poivre et de bois sec. Une petite pointe de fumée (très légère) fait son apparition à l’arrière-plan.

La finale est sucrée et épicée. La cassonade et les épices de seigle sont bien présentes et persistent de longs moments. Puis une légère amertume boisée s’accompagne d’une très légère fumée pour s’étirer pour un bon moment.

Un hype incroyable entourait ce whisky à sa sortie et les premières bouteilles au Canada se sont envolées très rapidement (pas disponible à la SAQ au lancement). Quelques mois plus tard il fût disponible à la SAQ j’ai donc sauté sur l’occasion. Je dois avouer qu’à la première gorgée… Oh mais quelle déception ! Je le trouvais quelque peu ordinaire et fade… peut-être était-ce mes « too high expectations »? Qui sait…

Maintenant, après quelques verres, je dois me raviser, c’est un excellent whisky, remplie de saveurs tant raffinées que rough ! Une belle et bonne bouteille à avoir en permanence à la maison et son prix n’est vraiment pas un obstacle, mais quand vous le voyez, n’attendez pas car il pourrait disparaître de nouveau !

Collingwood – 21 ans (# 154)

Crédit photo @Bergamote63

Nom : Collingwood 21 ans

Type : Whisky Canadien (blend)

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : http://www.collingwoodwhisky.com

Prix : ± 45$

Disponibilité : LCBO (plus disponible)

Comme vous pouvez le voir dans ma fiche du Collingwood (fiche # 31), ce whisky est une création de la distillerie Canadian Mist. En 1991, monsieur Harold Ferguson, le Maître Distilleur de l’époque chez Canadian Mist, a choisi 50 barriques d’alcool fait à 100% de seigle malté et les laissa vieillir paisiblement. Le temps passa tranquillement et ce n’est qu’en 2012 qu’il fut enfin prêt. On lui a alors appliqué le procédé spécial de Collingwood (comme pour l’Original), c’est-à-dire d’assembler le contenu de ces 50 barriques dans un gigantesque réservoir en inox afin qu’ils se marient ensemble. En même temps, on en profite pour ajouter une couche de complexité au whisky en y ajoutant dans le réservoir des douelles (staves) d’érable légèrement grillées.

Le Collingwood 21 ans est une édition spéciale qui n’est plus disponible.

Merci à Maryse Pothier pour l’échantillon.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre, reflets rosés, sirupeuse

Nez : Épices, seigle, cerise, acétone

Goût : alcool, épices, cerise noire, seigle

Finale : longue, épicée, seigle

À la lumière, ce whisky ressemble à son jeune frère, il est d’un ambre cuivré mais offre des reflets un peu plus rosés. Côté texture, les jambes sont nombreuses, minces et retombent lentement sur les parois du verre.

Au nez, c’est relativement similaire au Collingwood régulier, mais le seigle et la barrique ressortent un peu plus. Épices, seigle bien franc et fruits rouges (particulièrement les cerises) se mélangent à quelques notes de barriques, mais une barrique un peu vieillie. À l’arrière-plan, des notes d’acétone et de plastique brûlé sont également présentes.

En bouche, c’est « raide » ! Dès l’entrée c’est une bonne claque d’alcool et d’épices, effet plutôt inattendu ! Puis la cerise noire qui baigne dans la cassonade et l’alcool se mélange à quelques notes de seigle et de bois vieilli. Ensuite, les épices de boulangerie et le poivre reviennent à la charge pour faire place à la finale.

La finale est bien marquée par les épices, le poivre et le seigle. Puis, quelques notes de boisé font acte de présence et s’accompagnent d’une petite aigreur inattendue, l’ensemble s’étire un bon moment.

Je peux comprendre pourquoi ce whisky a eu un accueil plutôt mitigé vis-à-vis les amateurs. On dirait qu’il va partout, et en même temps nulle part, rien de plus à ajouter… Personnellement, le Collingwood « Orignnal » me plaît d’avantage.

Tullamore D.E.W. (# 150)

150 F Tullamore DEWNom : Tullamore D.E.W.

Type : Blended Irish whiskey

Région : Irlande

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.tullamoredew.com

Prix : 33,45$

Disponibilité : LCBO #71746 (pas disponible à la SAQ)

Cette année, les vacances estivales étaient sur les plages du New Jersey. Au beau milieu d’une semaine chaude et ensoleillée, je me retrouve un mercredi soir seul à la piscine à relaxer avec un bon livre. En effet, les enfants et ma conjointe sont partis sur le “Boardwalk”, je suis entre deux chapitres, pourquoi pas une petite dégustation express sur le bord de la piscine…

Ma dégustation :

La Couleur est d’un bel or offrant des reflets orangés accompagnant à merveille le coucher de soleil qui se prépare. La texture est plutôt moyenne, les jambes minces mais bien persistantes et collent à la paroi du Glencairin.

Le Nez offre quelques arômes fruités. Les fruits frais tels la clémentine, la poire et les raisins verts juteux sont au premier plan. Par la suite, la “Bubble gum” rose accompagne quelques notes d’épices et une légère brûlure d’alcool.

En bouche, un Goût rappelant encore la clémentine et la poire est au premier plan. Par la suite, prunes aux épices macérant dans l’alcool chauffent légèrement la bouche… Quelques notes de tabac frais font acte de présence à l’arrière-plan.

La Finale, plutôt courte mais bien rafraîchissante est marquée par le retour des fruits juteux avec une petite amertume de zeste d’agrumes.

Pas mal du tout, je dirais que c’est un whiskey bien désaltérant ! Surtout à 20h sur la terrasse par une belle soirée chaude et humide…

Crown Royal – Black (# 147)

147 F Crown Royal BlackNom : Crown Royal Black

Type : Whisky canadien

Région : Gimli, Manitoba, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : www.crownroyal.ca

Prix : 33,25$

Disponibilité : SAQ #11975381

Crown Royal, un fleuron parmi les whiskies canadiens… Shame on me ! J’ai pas mal négligé cette marque emblématique sur mon blogue puisque j’ai seulement une fiche à mon actif, le Crown Royal Special Reserve.  Je vais alors immédiatement remédier à la situation et débuter avec le Crown Royal Black. Par la suite suivront le Monarch 75e Anniversaire et bien évidemment le Classique 12 ans.

Le Black est un assemblage plus foncé et plus robuste que les autres Crown Royal. Vieilli dans des tonneaux hautement carbonisés et avec son 45% d’alcool, soyez prêt car lui, il est vraiment prêt à vous recevoir.

Ma dégustation :

Couleur : cuivre foncé, texture sirupeuse

Nez : seigle, boisé, caramel salé

Goût : alcool, seigle, épices, céréales sucrées

Finale : amer, seigle, fruits confits

La couleur de ce whisky canadien est bien foncée et présente certains reflets cuivrés et orangés. La texture est quand même assez particulière, autant elle donne de nombreuses et larges jambes autant le verre semble propre une fois le tout redescendu au fond du verre, aucune goûte ni coulisse ne demeure accrochée aux parois du verre.

Au nez, c’est très « Canadien », du seigle épicé et du bois bien sec sont aux premières loges. Puis un caramel salé et vanillé accompagne des notes de céréales sucrées, de fruits secs et de noix de coco rôties.

En bouche, l’alcool surprend un peu, pour ensuite faire place au seigle et ses épices. Quelques notes poivrées viennent se marier à un boisé bien sec. Puis c’est le retour des épices et des fruits confits qui se mélangent avec quelques élans de caramel salé.

En finale, une petite amertume est accompagnée par des notes de seigle et des fruits confits. Relativement longue, l’amertume finie par prendre le dessus et nous nous devons de porter à nouveau le verre à nos lèvres pour reprendre l’exercice.

Un « canayen » bien robuste, plein de saveur et de force.  Sa robustesse et sa bonne complexité en fait un bon whisky de fin de soirée et de feu de camp.  Je me dois de revisiter.

%d blogueurs aiment cette page :