Archives du blogue

Knob Creek Rye (# 203)

Nom : Knob Creek Rye

Type : Straight Rye Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 50%

Site web : knobcreek.com

Prix : 46,25$

Disponibilité :  SAQ #12182981

Knob Creek est un whiskey appartenant au groupe Beam Suntory et produit par la Jim Beam Distillery à Clermont au Kentucky.  Outre leur Straight Bourbon, Knob Creek offre également plusieurs déclinaisons, par exemple Single Barrel Reserve, Smoked Maple et certaines éditions limitées.  La gamme offre également un Straight Rye Whiskey dont il est question ici.  Après quelques recherches sur le net, il n’y a pas beaucoup d’information quant à la composition du mélange de grains, il est certain qu’il contient le minimum requis de 51% de seigle.  Quant à son âge, il est “patiently aged”, donc sans mention d’âge.

Ma dégustation :

Nez : épices, réglisse rouge, alcool, boisé

Goût : épices, seigle, alcool, cerise noire

Finale : longue, épicée, boisée

Le Knob Creek Rye est d’un beau cuivre bien franc et il offre de fines jambes bien collantes.  Au nez, ce sont des épices et du seigle bien généreux. Par la suite, petits fruits et réglisse à la cerise entrent en jeu, mais attention à la brûlure d’alcool si on y demeure trop longtemps ! Un peu de bois et de sucre brun à l’arrière-plan.

L’entrée en bouche est assez brutale ! Les épices du seigle et les 50% d’alcool sont au front ! Soyons vigilants… par la suite un peu de sucre brun brûlé, de barrique et de vanille viennent adoucir le tout.  Cette fois, c’est la cerise noire et le chêne qui dominent, suivis par un retour des épices et une petite pointe aigre qui s’étirent.

La finale est longue, épicée et légèrement aigre.  Lentement, doucement et longuement ce sont le bois et le piquant légèrement poivré du seigle qui prennent le dessus…

Le Knob Creek Straight Rye est à la hauteur des attentes.  Avec son côté franc, robuste et viril, il peut amplement satisfaire les amateurs de rye sérieux.  C’est un must à avoir dans un “man cave” !

Advertisements

Jim Beam – Rye Pre-Prohibition Style (#197)

Nom : Jim Beam – Rye Pre-Prohibition Style

Type : Straight Rye whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : jimbeam.com/rye

Prix : 29,85$

Disponibilité : SAQ #13271723

Je m’attaque à un autre classique américain, le Jim Beam Rye, mais cette fois, la nouvelle itération qui a été revampée “Pre-Prohibition Style”, (le Green Label) qui serait en fait la même recette que l’ancien Yellow Label, mais embouteillé à 45% au lieu de 40%…

Ma dégustation :

Couleur : Ambrée, reflets orangés, texture sirupeuse

Nez : Pain de seigle, épices de boulangerie, poivre noir

Goût : Pain de seigle, épices, sucre brun, fruits rouges

Finale : Longue, épicée et sucrée

Le Jim Beam Rye Pre-Prohibition Style est d’un ambre orangé qui offre des reflets d’autant plus orangés,  plutôt classique pour un américain.  La texture semble être relativement sirupeuse, plusieurs jambes bien minces se forment et s’éternisent sur les paroi du verre.

Au nez, c’est directement le pain de seigle sortant du four qui nous accueille.  Par la suite, les notes biens épicés et poivrés d’un bon rye s’annoncent, le poivre noir fraîchement moulu se mélange à la cannelle, la muscade et au poivre de Jamaïque (allspice).  La mie de pain chaud revient un bref instant.

En bouche, c’est chaud et épicé ! Encore le pain de seigle, et les épices sont au premier plan.  Le côté cannelle des épices me rappelle les bonbons que j’adorais étant plus jeune, les Hot Tamales ! C’est piquant et épicé à souhait et le poivre noir vient ensuite en ajouter une couche.  Un peu de sucre brun, de petits fruits rouges (framboises et mûres) et de barrique légèrement toastée viennent adoucir l’expérience.

La finale est relativement longue, épicée à souhait et légèrement sucrée.  Le petit côté légèrement aigre que je perçois habituellement dans les ryes fait maintenant son entrée, et c’est bienvenue.

Pour l’amateur d’épices et de piquant que je suis, je dois dire que ce rye livre la marchandise et fait amplement son travail.  En bonus, à moins de 30$, je dois avouer que j’ai l’impression qu’il sera un compagnon de terrasse avec l’été qui s’en vient… deux glaçons et une tranche d’orange… pas plus, ni moins…

Wild Turkey – Forgiven (# 189)

Nom : Wild Turkey Forgiven (2013 Batch 302)

Type : Mélange de Straight Bourbon & Rye whiskies

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45,5%

Site web : wildturkeybourbon.com/product/wild-turkey-forgiven

Prix : 55$US

Disponibilité : non disponible à la SAQ

Selon l’histoire, cette version de Wild Turkey serait en fait une erreur monumentale d’assemblage de barriques qui finalement tourna pour le mieux, de là le nom L’Excusé (Forgiven)…

L’assemblage de ce whisky est composé de 78% de Straight Bourbon de 6 ans d’âge et de 22% de Straight rye d’exception vieilli 4 ans, lesquels sont par la suite assemblés dans des barriques de chêne américain au niveau de carbonisation de type “Alligator” (#4) pour une période d’affinage supplémentaire…

Est-ce vraiment une erreur ou bien un bon coup purement marketing…?

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre franc, reflets ambrés

Nez : Maïs (pop-corn), épices, caramel, fruits rouges

Goût : Maïs sucré, seigle épicé, caramel doré, bois brûlé

Finale : Seigle et maïs légers, boisé, courte

La couleur est plutôt typique des Bourbons avec son roux cuivré bien franc et offrant de beaux reflets ambrés et dorés. Les jambes sont fines, nombreuses et tardent à reprendre leur place au fond du verre.

Au nez, c’est le maïs éclaté bien chaud légèrement épicé. Ce pop-corn est par la suite nappé d’un caramel légèrement sucré, un brin vanillé et légèrement doré. Par la suite le seigle et ses épices font acte de présence et prennent bien leur place. Puis arrive quelques notes bien agréables de petits fruits rouges comme la framboise et la cerise rouge. À l’arrière-plan, quelques notes boisées se pointent le bout du nez.

En bouche, c’est un bon Bourbon bien franc et un Rye bien tassé qui se présente, quel délice. En effet, le charmant amalgame de Bourbon-Rye est à l’avant-plan, le maïs sucré et le seigle aigre-épicé sont tous deux au rendez-vous et se laissent vaillamment accompagner d’une chaleur d’alcool réconfortante ! Par la suite, quelques notes de petits fruits rouges (encore la framboise et la cerise), un peu de vanille et d’épices de boulangerie entrent en jeu, c’est vraiment fougueux ! Par la suite le bois de barrique brûlée s’ouvre pour la finale.

Pour ce qui est de la finale, c’est un peu de seigle, de maïs, d’épice un et de bois brûlé, mais c’est malheureusement un peu court. C’est comme si l’ensemble s’était essoufflé trop rapidement et ne pouvait finir la course et s’emparer de toute la gloire…

Pas un mauvais Bourbon, pas le meilleur non plus, j’avais des attentes peut-être un peu trop élevées, mais en même temps, à 55$ US… mouain…

Alberta Premium – Dark Horse (# 159)

159 F AP Dark HorseNom : Alberta Premium – Dark Horse

Type : Canadien 100% Rye (seigle)

Région : Alberta, Canada

Taux d’alcool : 45%

Site web : n/a

Prix : 34,50$

Disponibilité : SAQ #12729421

Alberta Distillers Ltd, située à Calgary, Alberta, produit le très populaire « Alberta Premium Dark Horse». C’est un whisky fait à 100% de seigle (rye). Il n’est pas fait mention de son âge sur la bouteille, mais il serait fait d’un assemblage de whisky de seigle âgé de 12 ans et de « Small Pot Rye » âgé de 6 ans. Dans le passé, Alberta Distillers Ltd ont également offert de majestueux whiskies 100% seigle de 25 et 30 ans qui ont été louangés par les critiques, mais qui sont malheureusement complètement épuisés. Voyons maintenant cette version dite Dark Horse !

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre, reflets ambre-foncé

Nez : butterscotch, cassonade, fruits des champs

Goût : sucré, épicé, fruits, bois sec

Finale : Longue, sucrée et épicée, fumée légère

Ce whisky de seigle canadien aborde une couleur relativement foncée, d’un cuivre tirant quasiment sur le rougeâtre offre des reflets ambre-foncé et profonds. Quant à la texture, elle me semble un peu mince, les coulisses sont peu nombreuses, minces et ne parviennent pas à redescendre dans le verre.

Au nez, c’est rempli de butterscotch bien crémeux, mélangé à une cassonade chauffant légèrement dans le beurre et de fruits des champs comme la framboise et la mûre. Par la suite, le seigle croquant, la muscade, la cannelle et la vanille accompagnent le tout avec quelques notes boisées.

Dès l’entrée en bouche, c’est sucré et piquant comme un bon sucre à la crème qui a été légèrement épicé à la cannelle et la muscade. Par la suite les fruits des champs reviennent et s’accompagnent de seigle, d’un peu de poivre et de bois sec. Une petite pointe de fumée (très légère) fait son apparition à l’arrière-plan.

La finale est sucrée et épicée. La cassonade et les épices de seigle sont bien présentes et persistent de longs moments. Puis une légère amertume boisée s’accompagne d’une très légère fumée pour s’étirer pour un bon moment.

Un hype incroyable entourait ce whisky à sa sortie et les premières bouteilles au Canada se sont envolées très rapidement (pas disponible à la SAQ au lancement). Quelques mois plus tard il fût disponible à la SAQ j’ai donc sauté sur l’occasion. Je dois avouer qu’à la première gorgée… Oh mais quelle déception ! Je le trouvais quelque peu ordinaire et fade… peut-être était-ce mes « too high expectations »? Qui sait…

Maintenant, après quelques verres, je dois me raviser, c’est un excellent whisky, remplie de saveurs tant raffinées que rough ! Une belle et bonne bouteille à avoir en permanence à la maison et son prix n’est vraiment pas un obstacle, mais quand vous le voyez, n’attendez pas car il pourrait disparaître de nouveau !

Bulleit – Rye 95 (# 149)

149 F Bulleit RyeNom : Bulleit -Rye 95

Type : Straight Rye Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : bulleit.com/whiskey/bulleit-rye

Prix : 38,95$

Disponibilité : LCBO #350611 (pas disponible à la SAQ)

Lancé en 2011, le Bulleit Rye 95 est fait à partir d’un mash bill ayant, comme son nom l’indique, 95% de seigle et 5% d’orge maltée complète le tout. En comparaison, son grand frère, le très populaire Bulleit Frontier Bourbon, contient quant à lui un respectable 28% de seigle. Malgré le fait que les deux sont distillés et vieillis en petits lots (small batch) et qu’ils séjournent en barriques de chêne américain carbonisé, on doit s’attendre à quelque chose de pas mal différent.

Il est amusant de relire ma première fiche de dégustation qui portait sur le Bulleit Frontier Bourbon, laquelle est relativement minimaliste…à réviser !

Ma dégustation :

Couleur : Cuivre « cenne noire », sirupeux

Nez : Seigle, épices, aneth

Goût : seigle, épices, aneth

Finale : courte, seigle, épices

La couleur de ce rye américain me rappelle nos bonnes vieilles « cennes noires », mais plutôt quand elles étaient flambant neuves ! Avec quelques reflets ambrés et flamboyants et sa texture bien sirupeuse, quoi de mieux pour débuter.

Au nez, c’est puissant ! Le seigle est bien franc et présent. Quelques notes d’épices se joignent à des odeurs herbacées tels l’aneth et l’eucalyptus. L’aneth?… en effet, ça sent le gros et juteux cornichon Bick’s. À l’arrière-plan je dénote une petite pointe de plastique brûlé.

En bouche, c’est quand même assez particulier. L’entrée en bouche est relativement sucrée, puis, l’attaque immédiate du seigle et des épices arrive. Par la suite quelques notes d’aneth et de menthol arrivent, pour rehausser le goût du cornichon retrouvé dans le nez. Graduellement, l’amertume du seigle et quelques notes boisées prennent la relève. L’aneth et quelques notes salines ouvrent la porte à la finale.

La finale, relativement courte est axée beaucoup sur le seigle et les épices. Et hop ! On reprend une gorgée!

Un départ canon mais un essoufflement marqué en fin de course ! Il n’est pas le meilleur mais pas le pire non plus… Un bon rye américain. Je peut donc facilement affirmer que plusieurs whiskies canadiens n’ont vraiment rien à lui envier.

Seagram’s V.O. – Vintage 1971 (# 60)

SeagramsVO 1971Nom : Seagram’s V.O. (Vintage 1971)

Type : Whisky canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : aucun

Prix : 33,25$ (1,14L)

Disponibilité : SAQ #11584136 (version actuelle)

Lors de la dernière fête du Nouvel An avec la famille de ma conjointe, une petite surprise m’attendait !

Mais avant tout, retournons quelques années en arrière. Ma conjointe a malheureusement perdu son père dans un tragique accident de travail alors qu’elle n’avait que 13 ans. Vous devinez bien sûr que je ne l’ai pas connu. Si je fais une déduction basée sur les histoires que l’on m’a racontées au fil des ans, je suis certain qu’on s’entendrait à merveille lui et moi. Un bon vivant qui aimait la bonne compagnie, la bonne bouffe, le plein-air, la chasse et la pêche. Il aimait se retrouver en famille et faire la fête, faire découvrir sa musique et ses goûts à ses enfants, ses proches et son entourage, bref pour moi, il aurait été un beau-père de rêve!

Depuis le décès de son mari, ma belle-mère a gardé les quelques bouteilles d’alcool qui étaient dans le bar personnel de son époux et ces bouteilles sont demeurées intactes et parfaitement entreposées depuis! Mais que se cache-t-il dans ce bar « oublié » ? Alors la petite surprise qui m’attendais était une bouteille de whisky canadien Seagram’s V.O. Pas un whisky d’exception vous me direz, j’en conviens, mais ce qui est intéressant, c’est plutôt le sceau mentionnant « Bottled in Bond – 1971 »! Il s’agit d’une bouteille de whisky qui fût embouteillée avant même ma naissance! Est-ce qu’après toutes ces années le whisky aurait conservé ses propriétés? Cela m’intriguait et j’ai alors décidé de m’en servir un verre et d’y goûter…

Content de l’expérience, je suis reparti à la maison avec cette bouteille avec l’intention d’en faire une dégustation un peu plus approfondie.

Ma dégustation :

J’ai tenté de trouver une bouteille échantillon afin de faire une comparaison entre le Seagram’s d’hier et celui d’aujourd’hui, mais en vain…

Couleur : dorée très pâle et peu sirupeuse

Nez : seigle, vanille, caramel épicé

Goût : vanille, épices, sucre brûlé,

Finale : amère, épices, longueur moyenne

SeagramsVO 1971 goulotAvant tout, la bouteille était pleine environ au deux tiers et quand même en bon état malgré ces quarante ans passées.

L’absence de code CUP sur la bouteille démontre qu’effectivement elle date un peu. La mention « Bottled in bond » avec un sceau sur le goulot mentionnant 1971 témoigne également de l’âge du produit.

La couleur est d’un doré quand même assez pâle et la texture assez mince et peu sirupeuse. Les coulisses sont étroites, éparpillées et se transforment rapidement en gouttelettes qui ne parviennent pas à redescendre au fond du verre.

Au nez, c’est très délicat et simple. Certains diront que ça sent le whisky! Tout est quand même là, on sent l’odeur du « rye » accompagnée de ses épices, de la vanille ainsi qu’un caramel crémeux. Également une odeur de vieux livres poussiéreux semble être présente à l’arrière-plan. Est-ce l’aspect « dusty » qu’apporte le seigle ou simplement son vieil âge qui tente de s’imposer?

En bouche, dès l’entrée c’est une vanille très présente qui nous accueille. Par la suite arrivent les traditionnelles saveurs épicées du « rye ». Un sucre légèrement brûlé est également présent. Par la suite une saveur légèrement amère accompagne la morsure d’alcool, laquelle est un peu inattendue. L’ensemble est quand même assez mince et sans complexité. C’est un peu ce à quoi je m’attendais.

La finale, amère et épicée, est de longueur moyenne et quand même agréable. On peut également sentir certains tanins sur le palais et les joues et un léger boisé qui tente de percer le tout. Soudainement une chaleur interne réconfortante se fait sentir, ce qui apporte un petit sourire sur le coin de mes lèvres.

Un whisky canadien qui avait été conçu, selon moi, (la version actuelle l’est sûrement encore) pour être mélangé dans des cocktails plutôt que pour le déguster « neat ». Par contre, le but de cet exercice n’était pas de trouver la perle rare, mais plutôt de constater si le whisky avait perdu de ses attributs au fil de ces quatre décennies. J’ai tout simplement pu constater que ce whisky est pas mal ce à quoi je m’attendais, sans surprise et sans extravagance, mais de belles saveurs épicées, de vanille et de sucre caramélisé. Je peux alors me permettre de présumer que l’altération du temps fût minimale sur le whisky.

Petite mise en garde : Toujours connaître l’origine et l’état de conservation de la bouteille, surtout si elle était déjà ouverte lorsque vous l’avez trouvée. Dans le doute, s’abstenir de consommer.

En terminant, un gros merci à mon beau-père Paul-Émile et « Cheers » !

Alberta Premium – 30 ans (# 15)

015 F Alberta Premium 30 ans

 

Nom : Alberta Premium – 30 ans

Type : Canadien 100% Rye (seigle)

Région : Alberta, Canada 

Taux d’alcool : 40% 

Site web : n/a 

Prix : 49,95$ 

Disponibilité : LCBO, disponibilité limitée.  Non disponible à la SAQ

 

Alberta Distillers Ltd est située évidemment à Calgary, Alberta. Elle produit le très réputé et populaire « Alberta Premium », un whisky 100% fait de seigle (rye).  Il ne fait pas état d’âge, mais il serait en fait un 5 ans d’âge.  Dans le passé, ils ont également produit une version 25 ans qui a été louangée par les critiques, mais qui semble malheureusement complètement épuisée.

La présente dégustation porte sur leur dernière édition limitée, le Alberta Premium 30 ans.  Après ces 30 années passées en barrique et après que les « Anges » aient pris leur part à chaque année, il restait du précieux liquide que pour 8400 bouteilles malgré un embouteillage à 40% d’alcool.  Malheureusement, cette édition est déjà pratiquement épuisée à la LCBO.  Fait intéressant, avec ses 30 années de vieillissement, il serait le plus vieux « Rye Whisky » au monde!

Merci à mon ami Louis pour ce magnifique cadeau, très apprécié.

Un autre merci à www.canadianwhisky.org pour les informations complémentaires puisqu’elles sont plutôt manquantes sur internet.  Vous pouvez également lire les critiques très complètes de Davin de Kergommeaux, critique professionnel et auteur de ce remarquable site dédié aux whiskies canadiens.  Voici ces critiques pour le 30 ans et le 25 ans.

Ma dégustation : 

Couleur : orange dorée 

Nez : Boisé et épicé, puis cannelle, muscade, zeste de citron, faible odeur de seigle 

Goût : Boisé, tabac, vanille, muscade, caramel, seigle, poivre 

Finale : sucrée et acidulée, tannique, moyennement persistante. 

Les odeurs sont assez complexes.  Très épicé et boisé, on perçoit les odeurs de bois de la barrique ainsi que les notes épicées qu’elles apportent.  Après un certain temps, les odeurs prennent toutes leurs places, elles s’ouvrent.  On peut alors percevoir les épices comme la cannelle et la muscade.  Vient ensuite des odeurs d’agrumes, principalement le zeste de citron.  On peut également sentir le seigle, légèrement sucré, qui est présent à l’arrière plan.

En bouche, « kaboom!!! », quelle explosion de saveur, mais en toute élégance et sans robustesse!  Le chêne est très présent puis, une pointe de tabac frais fait subitement son apparition laquelle est plutôt inattendue.  Ensuite on fait place à la vanille et la muscade et on sent toute l’ampleur des tanins du bois sur la langue.  Une petite pointe de cannelle se joint au portrait.  Ensuite un butterscotch crémeux se mélange avec l’arrivée du seigle tout en douceur.  Une note assez poivrée fait son apparition pour préparer la finale.

La finale entre avec un poivré qui est agréablement accompagné des tanins qui sont maintenant partout en bouche.  Puis un caramel brûlé s’installe pour une bonne période.

Je me demande comment aurait été ce whisky si on avait poussé le taux d’alcool à 46% ?

Avec ces trente longues années passées en barrique, on peut constater que le temps fait très bien son travail.  Ce whisky est le plus âgé que j’ai dégusté à ce jour.  Une très belle découverte.  Si je pouvais mettre la main sur une deuxième bouteille et la mettre à la réserve afin de pouvoir prolonger cette expérience…

Définitivement un magnifique whisky !

%d blogueurs aiment ce contenu :