Archives du blogue

Domaine Pinnacle – Réserve 1859 (# 135)

135 F Pinnacle Réserve 1859Nom : Domaine Pinnacle – Réserve 1859

Type : Cidre de glace fortifié

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 16%

Site web : domainepinnacle.com

Prix : 45$

Disponibilité : SAQ #10850156 et directement au domaine

Le Domaine Pinnacle est situé à Frelighsburg dans les Cantons-de-l’Est. Les propriétaires, Suzan et Charles Crawford, exploitent avec brio une pommeraie de plus de 430 acres laquelle est située sur les flancs du Mont Pinacle. Après plusieurs années de développement et de perfectionnement, c’est en 2000 qu’ils en viennent à offrir leur premier cidre de glace, lequel remporta de nombreux prix. Aujourd’hui, épaulés d’une équipe dévouée et professionnelle, ils offrent maintenant une panoplie de cidre et de cidre de glace, tant pétillant que vieilli en fût de chêne. Ils offrent même un whisky à l’érable (Coureur des Bois) et un Gin (Ungava).

En l’honneur de l’année de construction de la maison sur le Domaine Pinnacle, ils ont créé leur Réserve 1859, un cidre de glace fait de six variétés de pommes (Cortland, McIntosh, Lobo, Empire, Spartan, Golden). Ce cidre est par la suite fortifié à l’eau-de-vie de pomme et vieilli en cuve d’inox pendant un an. Le tout est par la suite placé dans des fûts de chêne des Appalaches neufs, de deuxième et de troisième remplissage pour un minimum de 3 ans.

Bonne nouvelle : Pour le moment, l’eau-de-vie de pomme était importée mais M. Dara Djaldi, Directeur de production et R&D au Domaine Pinnacle me confirme que maintenant ils vont utiliser une eau-de-vie de pomme provenant de leur propre alambic ! 100% Québécois ! Voilà le secret !

Ma dégustation :

Couleur : ambre-or reflets cuivre, texture mince

Nez : pommes cuites, caramel au beurre, miel

Goût : compote aux pommes, miel, boisé

Finale : pommes sucrées, légèrement boisée, miel

Le Réserve 1859 se présente dans une robe de couleur dorée se trouvant entre le jus de pomme et le sirop d’érable clair et offre de beaux reflets cuivrés. Coté texture, c’est quand même mince, peu de jambes qui retombent rapidement au fond du verre.

Au nez, des parfums de pommes cuites dans une sauce caramel au beurre sont au premier plan. Puis, un peu de miel de sarrasin et d’épices de boulangerie s’ajoute à l’ensemble.

L’entrée en bouche est marquée par le jus de pomme brut, la cassonade grillée et le miel. Par la suite, l’ensemble se raffine et s’adoucit, les pommes et la cassonade se font maintenant dorer dans la poêle avec un peu de miel et de beurre. On y ajoute par la suite quelques notes de muscade et de boisé. Imaginez-vous ajouter cette douce compote sur un brie fondant ou même un morceau de cheddar vieilli !

La finale est vraiment sur les pommes dorées et sucrées, puis l’acidité de la pomme rencontre un instant les légers tanins du bois et assèche légèrement la bouche. Le miel refait surface et vient adoucir l’ensemble. Superbe!

Encore un très beau et bon produit du terroir québécois. Rempli de raffinement et de finesse tout en offrant corps et structure. Bravo à l’équipe du Domaine Pinnacle et continuez de nous impressionner.

Avec l’alambic et tous ces fûts disponibles, je me demande ce que pourrait être leur prochaine surprise ?

Maltus 2013 – Simple Malt par Brasseurs Illimités (# 115)

115 F Maltus 2013Nom : Maltus 2013 – Simple Malt (Brasseurs Illimités)

Type : Liqueur de malt

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 11,9 %

Site web : http://www.brasseursillimites.com

Prix : 25$

Disponibilité : Épiceries fines et dépanneurs spécialisés

Aujourd’hui, on déguste (encore) « La Maltus » de la gamme Simple Malt des Brasseurs Illimités, mais la nouvelle version parue à la fin de 2013. Pour cette fiche, je vais faire une petite comparaison avec mes notes de dégustation de l’édition 2012. Je vous invite donc à la relire avant de continuer : « La Maltus – 2012 » (fiche # 052).

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre, effervescence très faible

Nez : malt caramélisé et torréfié, boisé léger et vanille

Goût : malt sucré, caramel à l’érable, fruits confits, boisé

Finale : érable sucré, boisée, longue

Côté apparence, par rapport à la version 2012, tout semble pas mal identique. Elle est d’un cuivre profond laissant apparaître des reflets rougeâtres. L’effervescence est faible, les bulles sont très fines. La texture semble être un peu plus sirupeuse par contre, de minces coulisses se forment sur mon verre tulipe Spiegelau.

Au nez, c’est similaire à la « 2012 », malt sucré et caramélisé, un peu de torréfaction. Le boisé et la vanille sont bien campés à l’arrière-plan. Une petite nouveauté, une légère odeur acidulée (pomme verte ou poire?) semble vouloir se faire une place.

En bouche, c’est un peu différent, c’est toujours sucré et malté mais cette fois-ci, les bulles sont plutôt discrètes, voire même absentes sur la langue. Le caramel brûlé est présent, mais me rappelle plutôt la tire d’érable trop chauffée. Ensuite, les cerises et fruits confits sont toujours bien là avec des notes de bois sec et d’épices. Nouveauté, réglisse noire (ou de l’anis?) se présente avec discrétion en début de finale.

Avec la « 2013 », on peut aussi ressentir une petite chaleur à l’intérieur, est-ce bien 11,9% d’alcool ? Moi, je « call » plutôt un bon 18% d’alcool ! La finale est toujours aussi sucrée, les saveurs d’érable et de boisé persistent. Les notes de malt, d’érable, de bois et de fruits confits se mélangent et s’étirent de très longs moments. La petite amertume perçue dans la « 2012 » est absente de cette version.

Finalement le produit semble assez similaire à la recette 2012 mais avec quelques notes légèrement différentes, surtout en bouche et en finale. Est-ce une amélioration ? Je crois que oui car, selon moi, les notes d’érable et les subtilités d’épices apportent une nouveauté intéressante. Par contre, les notes de Bourbon semblent cette fois un peu plus discrètes. Question au brasseur : Est-ce parce qu’on a utilisé les mêmes barriques (refill) ou bien elles proviennent d’une autre distillerie ?

Voici mon commentaire final à propos de la Maltus 2012, lequel s’applique également pour la 2013 :

« Une très belle réussite ! Elle me rappelle légèrement les bières de type « Scotch Ale » ou « Wee Heavy » qu’on aurait fait vieillir en fûts de chêne, mais la complexité et la profondeur qu’on y retrouve fait en sorte qu’elle se doit d’être classée dans une catégorie bien à part. »

Spicebox (# 98)

098 F SpiceboxNom : Spicebox

Type : Whisky Canadien épicé (blend)

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 35%

Site web : http://spiceboxwhisky.com

Prix : 25,70$

Disponibilité : SAQ Dépôt #11676524

Les épices, les fruits, les herbes et autres aromates sont souvent utilisés pour apporter une petite « twist » à certains types d’alcools populaires. On peut penser à la gamme d’Absolut Vodka, au Spiced Rhum de Captain Morgan ou même au Drambuie, une liqueur fait à base de scotch aromatisée de miel et d’herbes. La plupart du temps c’est bien et d’autres fois c’est superbe (le Sortilège par exemple). Malheureusement, à l’occasion c’est tout simplement un désastre, comme par exemple le Red Stag de Jim Beam qui, selon moi est exécrable, c’est le seul dram que j’ai jeté à l’évier !

Voyons maintenant où se situe le Spicebox, dans tout cela ? Il est fait d’un mélange de whisky de seigle canadien en provenance de l’Alberta et vieilli entre 3 et 6 ans en fûts de bourbon. Une fois le whisky prêt, on y ajoute une infusion de gousses de vanille pure en provenance de Nouvelle Guinée, de Madagascar et de l’Ouganda ainsi qu’un mélange « secret » d’épices. Cette combinaison devrait être assez gagnante…

Ma dégustation :

Couleur : Dorée pâle, texture moyenne

Nez : vanille, vanille et vanille

Goût : Vanille, muscade, caramel au beurre-vanille

Finale : Vanille, seigle et épices.

La couleur dorée pâle et la texture légèrement sirupeuse laissent croire à un whisky-dessert.

Au nez, c’est de la vanille au cube! De l’essence de vanille, crème glacée vanille française, gâteau d’anniversaire, un Mae West, caramel mou à la vanille, bref tous les souvenirs me rappelant la vanille refont surface! Aussi à l’arrière-plan bien caché, on perçoit une petite pointe d’épices, le gingembre et la muscade, ou est-ce le poivre de Jamaïque (All Spice) ?

En bouche, la vanille est autant au rendez-vous qu’au nez! Mais des saveurs de caramel au beurre et de muscade se mélangent à certaines saveurs de seigle et un boisé fait surface à l’arrière-plan. La texture en bouche est par contre un peu aqueuse.

La finale est, je vous laisse deviner… Hé oui, vanillé! Mais le seigle et ses épices arrivent en rafale et sont maintenant beaucoup plus dominants et livrent un brillant combat aux saveurs de vanille, lesquelles finissent par céder, ou presque.

Un beau petit whisky épicé, mais la prédominance de la vanille est un peu trop forte à mon goût. Définitivement parfait pour préparer des cocktails aux fruits tropicaux, surtout si on veut y mettre une petite touche de whisky canadien afin de remplacer le populaire capitaine !

Y a t’il quelqu’un qui pourrait m’expliquer la pertinence de l’inscription du numéro de lot sur l’étiquette? Ça fait quand même assez longtemps que le lot #001372 est offert…

Sortilège (# 97)

097 F SortilègeNom : Sortilège

Type : Liqueur de whisky Canadien à l’érable

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 30%

Site web : http://www.sortilegewhisky.com/original/

Prix : 34,50$ / 750ml

Disponibilité : SAQ # 00522482

Tranche de vie : Je suis un passionné de techno, de jeux vidéo et des Internets (le pluriel est voulu) et depuis bien des lunes j’écoute presque religieusement l’émission M.Net avec Denis Talbot à Musique Plus, en quelque sorte, je suis probablement un « geek » non assumé ! En plus de cette quotidienne j’écoute la baladodiffusion (podcast) de Denis Talbot qui se nomme Radio Talbot qui est disponible sur iTunes. À ce rendez-vous hebdomadaire (lundi 20h), pendant plus d’une heure, Denis Talbot discute avec ses collaborateurs (Ian Richards, Benoit Gagnon et François Lapierre-Messier) de technologies de l’information et surtout de jeux vidéo, quels sont leurs coups de cœur du moment, des critiques et des discussions sur les jeux de l’heure très approfondies et détaillés, le tout rempli d’humour et de plaisanteries! On a vraiment l’impression de faire partie de cette « gang de chum »… que de bonheur pour les oreilles…

Mais pourquoi je parle de tout cela ? Et bien c’est un peu grâce à eux (ou à cause d’eux?) que j’ai découvert le Sortilège ! En effet à quelques reprises, ils en ont parlé en ondes (à Radio Talbot et non à Musique Plus bien sûr !) et ils ont même poussé l’audace à le déguster en ondes. Ils ont tellement aimé qu’ils décidèrent alors d’en faire la boisson (non) officielle de Radio Talbot ! Je me devais donc d’y goûter!

Le Sortilège est également disponible en version 375ml pour 24,95$, mais c’est tellement bon que vous voudrez la bouteille de 750ml… Oups ! Je vais au-devant de ma dégustation !

Ma dégustation :

Couleur : sirop d’érable ambre

Nez : beurre d’érable, épices et, bûche d’érable (bois sec)

Goût : érable, beurre crémeux, muscade

Finale : sucrée, tire d’érable, épices de boulangerie

D’une couleur rappelant nettement le sirop d’érable ambré et d’une texture très sirupeuse qui ne laisse aucun doute que nous avons affaire à une liqueur de whisky bien onctueuse.

Au nez, on sent immédiatement l’odeur d’érable, un peu comme à la cabane à sucre, dans la salle ou l’évaporateur fonctionne à plein régime et que la « batch » de sirop est prête, l’érable pur et bien réconfortant. À l’arrière-plan, se dessinent quelques notes de bois d’érable bien sec et d’épices tels la muscade et le poivre moulu.

En bouche, ah ! Quel réconfort, on est vraiment à la cabane à sucre et on est rendu au dessert, les « grands-pères » dans le sirop aux épices (pâte à beignets frite et littéralement noyée dans le sirop d’érable). Le sirop d’érable est bien présent et se mélange à des notes de sucre à la cannelle-gingembre et de céréales. On peut aussi percevoir une petite note de bois rôti à l’arrière-plan.

La finale, les saveurs plus épicées du « rye » ressortent maintenant un peu plus mais sont quand même nettement dominées par l’érable qui ne finit pas de nous enchanter…

Cette liqueur de whisky à l’érable est vraiment un incontournable pour quiconque est amateur d’érable. Sec dans un Glencairn, dans un tumbler avec de la glace ou dans un bon café il réussira, comme un bon sortilège…à vous ensorceler assez facilement. Il a aussi un grand frère ayant la mention « Prestige » contenant de whisky canadien d’au minimum 7 ans d’âge et tirant 40,9% d’alcool, je serais bien curieux d’en faire la comparaison !

Suggestion culinaire : Faites mariner votre filet de saumon dans le Sortilège avant de le passer au BBQ ou encore mieux, au fumoir sur bois d’érable…

Maltus 2012 – Simple Malt par Brasseurs Illimités (# 52)

Maltus
Nom : Maltus – Simple Malt (Brasseurs Illimités)

Type : Liqueur de malt

Région : Québec, Canada

Taux d’alcool : 11,9 %

Site web : http://www.brasseursillimites.com

Prix : 25$

Disponibilité : Épiceries fines et dépanneurs spécialisés

Aujourd’hui, je vous présente un autre produit de chez nous, « La Maltus » de la gamme Simple Malt des Brasseurs Illimités. Une bière cette fois ? En quelque sorte, c’est une liqueur de malt. Par contre, le maître brasseur nous suggère de plutôt la déguster comme un bon Scotch, deux doigts à la fois, et il nous ordonne : « n’allez surtout pas vous en servir une pinte bien fraîche! »

Presque sans houblon, une seule variété de malt, effervescence très faible, vieillie pendant 9 mois dans des anciens fûts de chêne ayant contenu du Kentucky Bourbon de marque Jim Beam ! Tous ces éléments réunis m’inspiraient et c’est alors que j’ai décidé de partager mon expérience avec vous.

Quant à la disponibilité de ce produit, elle est presque nulle maintenant. En effet, l’engouement des québécois pour les bières de microbrasseries pousse leurs maîtres brasseurs à se dépasser et à créer des produits de plus en plus d’exception. Le hic, c’est que ces produits spéciaux sont souvent brassés en de très petites quantités et les consommateurs aux aguets se les arrachent.

Personnellement, je suis choyé d’avoir dans ma ville un petit commerce du nom de Saveurs Unies. Une épicerie fine où l’on peut se procurer une belle variété de produits du terroir québécois ainsi que des huiles d’olives fines, vinaigres balsamiques, sels, épices, fines herbes et bien sûr, une très belle sélection de bières de microbrasseries québécoises. La boutique Saveurs Unies est fièrement tenue depuis 2010 par des gens exceptionnels. Chantal Héroux et son conjoint Stéphane communiquent bien leurs passions et connaissent à fond les produits offerts et n’hésitent pas à partager leurs découvertes avec la clientèle. En entrant dans la boutique, on se sent presque chez-soi, l’accueil y est toujours jovial et invitant. Si vous passez par Terrebonne, insérez à votre horaire un petit arrêt chez Saveurs Unies, vous ne le regretterez sûrement pas !!

Saveurs Unies
547, boul. Des Seigneurs
Terrebonne (Québec)
(450) 964-0000

Page Facebook : www.facebook.com/pages/Saveurs-Unies

C’est d’ailleurs grâce à eux que j’ai pu mettre la main sur cette bouteille. Maintenant, ouvrons cette Maltus :

Ma dégustation :

Couleur : cuivre rougeâtre, effervescence très faible

Nez : malt caramélisé et torréfié, boisé léger et vanille

Goût : malt sucré, caramel, cerises noires, vanille, boisé

Finale : sucrée mielleuse, « bourbonnée » et boisée, longue et onctueuse

La couleur est d’un cuivre profond avec des reflets rougeâtres. Au premier regard, pour une « bière », l’effervescence est plutôt faible, les bulles sont très fines et peu nombreuses mais une petite mousse demeure tout autour du verre. La texture est peu sirupeuse.

Au-dessus du verre, l’odeur sucrée du malt caramélisé et légèrement torréfié est bien présente et domine le bouquet olfactif. En arrière plan on peut constater qu’un petit combat prend place entre des parfums de vanille et de boisé, lesquels se battent pour gagner leur place.

L’entrée en bouche est sucrée et maltée et les fines bulles picotent légèrement la langue. Ensuite, un caramel légèrement brûlé accompagné de cerises noires et de fruits confits prennent place au devant. Tout comme au nez, les notes de boisés et de vanille sont présentes et chatouillent les papilles.

En début de finale, une petite sensation chaleureuse se fait sentir. En bouche, c’est un sucré un peu mielleux et boisé qui demeure. Après quelques instants, l’ensemble laisse une sensation ressemblant légèrement à un bourbon, mais en plus doux. Ensuite, le sucré du malt revient et se mélange maintenant avec une pointe légèrement amère.

Notez bien qu’une fois entamée, elle peut se conserver quelques semaines sans grande dégradation, bien entendu si on a pris soin de refermer le bouchon « swing top ».

Une très belle réussite! Elle me rappelle légèrement les bières de type « Scotch Ale » ou « Wee Heavy » qu’on aurait fait vieillir en fûts de chêne, mais la complexité et la profondeur qu’on y retrouve fait en sorte qu’elle se doit d’être classée dans une catégorie bien à part.

En effet, elle peut se servir comme un bon Scotch. Par une belle soirée d’hiver, à petite lampée, bien lentement dégustée et le tout chaleureusement accompagné 😉

Intermiel – Médiéval Réserve (# 51)

Intermiel Médiéval

Nom : Intermiel Médiéval Réserve 

Type : Hydromel liquoreux (sarazin) 

Région : Québec, Canada 

Taux d’alcool : 16% 

Site web : http://www.intermiel.com/hydromel/ 

Prix : 25,55$ 

Disponibilité : SAQ #11259296 

Avec le temps des Fêtes qui arrive, je vous présente un produit bien de chez nous : Le Médiéval Réserve d’InterMiel, un hydromel liquoreux. Peut-être pourrait-il trouver sa place au sein de vos festins à venir?

Mais qu’est-ce qu’un hydromel? Et bien c’est simplement un mélange d’eau et de miel que l’on fait fermenter soit avec les levures se trouvant naturellement dans le miel ou en y ajoutant des levures exogènes. Pour le Médiéval, InterMiel a utilisé un miel de sarrasin, ce qui donne un hydromel plus foncé et plus corsé. Ensuite, InterMiel le fait vieillir en fût de chêne « …comme au temps des chevaliers » (mention sur la bouteille). La présentation de la bouteille est également très « médiévale ». Une belle bouteille en grès, le bouchon scellé par un collet en cire rouge, l’étiquette et le lettrage d’époque, bref c’est très réussi!

Ma dégustation : 

Couleur : Ambre foncé, reflets cuivrés, sirupeux 

Nez : Miel sucré, fruits secs, épices de boulangerie, boisé-vanillé 

Goût : Miel, fruits secs, enrobant, épices 

Finale : Miel, boisée et longue 

En versant le liquide dans mon verre, je m’attendais à un liquide légèrement trouble, un peu comme une bière blanche (probablement l’effet de la bouteille en grès) et oh! Surprise, c’est clair et la couleur est d’un bel ambre très foncé avec des reflets cuivrés et un peu de rouge-orangé. La texture est également assez dense, les coulisses sur les rebords du verre sont larges et semblent assez collantes. Elles sont très lentes à redescendre au fond du verre.

Au-dessus du verre, c’est immédiatement la puissance du miel sucré, mais pas un miel léger et doré, mais plutôt un miel robuste qui aurait commencé à cristalliser. Ensuite des effluves de fruits secs et d’épices de boulangeries (la cannelle et la muscade dominent) prennent place. Puis, en toute délicatesse, un boisé légèrement vanillé fait son apparition à l’arrière-plan.

En bouche, c’est le sucré du miel et les fruits secs qui arrivent au premier plan et sont accompagnés d’une certaine touche végétale. Le tout frappe fort et la texture sirupeuse tapisse aisément les joues et la langue. Un petit retour d’alcool avec une pointe un peu épicée vient réchauffer l’ensemble. Ensuite on laisse la place à de légers tanins accompagnés d’une certaine astringence qui assèche la bouche momentanément. Le retour du miel et des fruits secs, qui maintenant sont accompagnés d’une légère touche boisée, nous transportent vers la finale.

La finale est évidemment très mielleuse et sucrée. Une amertume un peu végétale, accompagnée d’un boisé s’installent pendant un bon moment. Ensuite, le tout s’adoucit et redevient mielleux. Une onctuosité et un crémeux s’installent en bouche et ce, pour un bon moment.

C’est définitivement un magnifique produit de notre terroir québécois pour lequel, selon moi, nous devons en être fiers! Avec le temps des Fêtes qui approche et les longues soirées d’hiver, cet hydromel sera sûrement le bienvenu pour terminer les repas et également nous réchauffer lors des soirées froides à venir. Voici certains accords que nous suggère InterMiel :

« Il se déguste en apéritif avec un bloc de foie gras…un vrai délice ! Il accompagne les fromages forts : fromage à pâte persillée ou bleu, roquefort, cheddar fort… Il se sert avec les desserts: gâteaux, pâte d’amande, pâtisseries, macédoine de fruits… » 

À considérer comme cadeau pour vos hôtes lorsque vous serez invités, un cadeau original et surprenant. Par la même occasion, pensez à acheter une bouteille pour vous, vous ne serez pas déçu !

Pour les intéressés du potentiel de garde de ce produit, le mien a été acheté directement chez InterMiel (à Mirabel Saint-Benoît) au mois de juillet 2011 et il a passé tout ce temps dans ma réserve! Selon moi, il pourrait y dormir encore quelque temps.

%d blogueueurs aiment cette page :