Bruichladdich – Waves (# 4)

bruichladdich-waves

 

Nom : Bruichladdich – Waves

Type : Scotch single malt

Région : Islay, Écosse

Taux d’alcool : 46%

Site web : www.bruichladdich.com

Prix : 58,50$

Disponibilité au Québec : SAQ 11367959

 

Petite histoire :

Construite en 1881 par la famille Harvey, la distillerie de Bruichladdich (prononcé «brooikladdie») est située sur l’ile d’ « Islay », dans la partie nord de la baie (loch) de Lochindaal.  Son voisin d’en face (de l’autre côté de la baie) est nul autre que la distillerie Bowmore.

Pour la confection de ce single malt, plusieurs millésimes vieillis en barrique de Bourbon et de Madère ont été sélectionnées.  Le « Master distiller » de la distillerie, Jim McEwan, a également voulu réduire le niveau de tourbe (aux alentours de 15ppm) afin de le rendre plus accessible.  L’âge de ce single malt n’est pas indiqué sur la bouteille.  Après quelques recherches sur internet, ce serait possiblement un sept ans.  Ne pas mentionner l’âge sur la bouteille est sûrement une décision purement marketing.

 Ma dégustation :

Couleur : dorée avec légère teinte rosée

Nez : très léger, odeur de bord de mer (salée), légèrement tourbée, barrique de vin(?)

Goût : faible goût de tourbe, pointe de fumée, sensation d’alcool

Finale : Assez longue, tourbe plus présente et boisée, un peu sucrée

 

De couleur dorée avec une légère teinte de rosée.  Cela vient probablement de l’affinage en barrique de madère. C’est un scotch qui est non filtré à froid, et aucun caramel de coloration n’a été ajouté.

Pour le nez, je dois avouer que j’ai eu de la difficulté.  Un nez qui n’est pas très présent, voir plutôt subtile.  Une faible odeur de bord de mer (sel), une tourbe effectivement assez modérée pour un « Islay » et la fumée est très peu présente.  Quelques notes sucrées sont également palpables.  Petite parenthèse, à la maison, j’ai un fumoir pour viande et poisson.  Pour ce faire j’ai des bâtonnets de chêne provenant d’un tonneau de vin.  L’odeur de ce bois m’est venue lors de ma dégustation?

En bouche, la tourbe est effectivement présente, mais vraiment modérée, voir pas assez.  Une sensation d’alcool un peu trop présente semble anesthésier les saveurs.  Un peu salé en bouche avec une finale un peu sucrée (vanillée ou mielleuse?).  J’ai ajouté quelques gouttes d’eau de source et les saveurs semblaient plus présentes, plus ouvertes.

La finale est relativement longue, mais pas persistante.  Boisée, assez salée et la tourbe refait un peu surface. On peut maintenant goûter un peu plus les notes sucrées de miel et de vanille.  Le goût restant est définitivement le sel.

En conclusion, un single malt pas mal, mais un peu effacé.  Il semble vouloir faire tout ce que « Islay » peut offrir, mais sans jamais finalement atteindre le but visé ?  On dirait qu’on en voudrait plus !

Selon moi, une personne voulant s’initier à la robustesse des scotchs du style d’« Islay », mais sans être mis K.O. à la première gorgée, ce single malt serait un excellent point de départ.

Publicités

Publié le 29 juin 2011, dans Écosse, Bruichladdich, Dégustation Whisky, Islay, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :