Jim Beam – Devil’s Cut (#141)

141 F Jim Beam Devil's CutNom : Jim Beam – Devil’s Cut

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : www.jimbeam.com/devils-cut

Prix : 34,25$

Disponibilité : SAQ #11863944

Quand un whisky vieillit en barrique, un certain pourcentage s’évapore du tonneau et concentre le liquide, cette partie évaporée se nomme « La part des anges » (Angel’s share). Pendant ce vieillissement, une autre portion du liquide demeure emprisonnée dans le bois du tonneau. Avec un procédé spécial développé par Jim Beam, ils réussissent à extraire ce whisky emprisonné dans le bois et il le désigne comme étant « The Devil’s Cut », un beau clin d’œil… Une fois retiré des tonneaux et stabilisé, ce concentré de « jus de planches » est mélangé à du Bourbon vieilli et embouteillé à un taux de 90 Proof (45% alc/vol.).

Maintenant voyons ce que le « Bon Yâbe » peut nous offrir tout en espérant que les mauvais souvenirs du Jim Beam Red Stag vont demeurer enfouis au plus profond de mon subconscient !

Ma dégustation :

Couleur : Ambre foncé, reflets roux, sirupeux

Nez : cerises, bois sec, épices, butterscotch

Goût : boisé, épicé, maïs sucré

Finale : intense mais courte, cerises, maïs, boisée

À première vue, c’est un Bourbon relativement foncé. Il est d’un ambre très sombre et il offre des reflets tirant légèrement sur le roux. La texture semble relativement dense, les jambes, larges et nombreuses tardent à redescendre au fond du verre.

Dès les premiers effluves on peut constater qu’on aura affaire à un beau Bourbon et que nous sommes à des années-lumière du Red Stag ! Les cerises noires macérant dans l’alcool enrobées de chocolat noir côtoient les épices boulangères et quelques notes boisées bien tranchantes. À l’arrière-plan un timide caramel butterscotch fait acte de présence.

L’entrée en bouche est violente! C’est immédiatement le coup de fouet du bois, des épices et de l’alcool, tous biens présents au comité d’accueil. Par la suite un sucre brun légèrement brûlé accompagne quelques notes de fruits et de maïs sucré. En se dirigeant tranquillement vers la finale on a droit au retour des planches de chêne bien détrempées dans le jus de cerises.

La finale est intense mais relativement courte. Les cerises, le bois et le maïs sucré sont en pleine force, mais l’effet s’estompe rapidement et laisse place à un petit côté aigrelet et piquant, lequel incite à reprendre une gorgée !

J’avais des doutes sur le Devil’s Cut puisque les émanations douteuses du Red Stag planent malheureusement encore dans mon esprit. En même temps, j’avais quand même quelques attentes car les bons commentaires sur cette version « pimpée » de Jim Beam débordent sur Internet ! Bien franchement, je dois avouer que c’est un excellent Bourbon plein de caractère et de robustesse, et il a un nom sapement cool !

« And remember, don’t f**k with the Devil ! »

Publicités

Publié le 20 janvier 2015, dans États-Unis, Dégustation Whisky, Jim Beam, Kentucky, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :