Four Roses Single Barrel (# 213)

Crédit photo: fourrosesbourbon.com

Crédit photo: fourrosesbourbon.com

Nom : Four Roses Single Barrel

Type : Straight Bourbon whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 50%

Site web : fourrosesbourbon.com

Prix :  environ 65$

Disponibilité :  Éventuellement à la SAQ ?

Cette fois-ci, c’est le Single Barrel de Four Roses, lequel provient bien évidemment d’un seul baril, information que je n’ai malheureusement pas à ma disposition.  Il est composé d’un mélange de 60% de maïs, 35% de seigle et de 5% d’orge malté.

La dégustation a été faite en comparatif avec le Four Roses Small Batch.

Merci à Alex Atman pour l’échantillon

Ma dégustation :

Nez : Fruits rouges, seigle, épices

Goût : Seigle, fruits rouges, barrique brûlée

Finale : Longue, seigle, épicée, boisée

Le Single Barrel est dans la même palette de couleurs que son petit frère “Small Batch” mais légèrement plus ambré.   Au nez, les fruits rouges sont bien présents, mais une note de seigle est beaucoup plus présente que dans le Small Batch.  La cannelle et le poivre noir se laissent accompagner de quelques notes de bois légèrement brûlé.

Lors de l’entrée en bouche, il est difficile de passer outre le seigle, lequel est bien présent.  Par la suite, les fruits rouges font leur apparition et sont en compétition avec le seigle, mais ce dernier gagne facilement la bataille.  Le piquant des épices et du poivre noir accompagnent le pain de seigle bien chaud.  La chaleur d’alcool, quoique bien présente, ne domine pas l’ensemble.  Un peu de barrique brûlée s’affiche en début de finale.

La finale est longue et intense, le seigle et la morsure d’épices ne s’estompent pas aisément.  Les fruits rouges, plus particulièrement la cerise noire, sont toujours bien marqués. Par la suite, les notes de barrique s’installe et s’accompagnent de quelques notes piquantes de cannelle et de muscade. Une légère amertume prend également place.

Intense, épicé et porté plus sur le seigle que son petit frère “Small Batch” ainsi que l’édition “125e Anniversaire”.  Très intéressant mais pour moi, son côté “high rye” (35% de seigle) fait en sorte que le seigle et ses épices dominent et brisent un peu l’équilibre.  Certains vont l’aimer, mais pour moi, le Small Batch demeure plus équilibré.

Four Roses Small Batch (# 212)

crédit photo: fourrosesbourbon.com

Nom :  Four Roses Small Batch

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 45%

Site web : fourrosesbourbon.com

Prix :  environ 50$

Disponibilité :  Éventuellement à la SAQ ?

 

Après l’édition spéciale 125e Anniversaire, cette fois-ci je m’attaque au Four Roses Small Batch.  Il est fait à partir d’un petit lot d’approximativement 250 barriques, lesquels contiennent du bourbon âgé entre 6 et 8 ans. Afin de s’assurer que le profil du lot respectera les caractéristiques requises pour leur “Small Batch”, le Maître Distillateur de Four Roses, retire un petit échantillon de chacune des barriques et crée un assemblage test.  Une fois satisfait de l’assemblage, ce lot “Small Batch” est alors identifié et embouteillé.

Encore merci à Maryse P. de Whisky Montréal pour l’échantillon.

Ma dégustation :

Nez : Fruits rouges, cerises, maïs

Goût : Fruits rouges, cerises, épices, boisé

Finale : Intense et en équilibre, fruits, boisée

Ce whisky de type small batch offre une robe de ce qu’il y a de plus “Bourbony” c’est-à-dire un bel orange cuivré avec des reflets d’ambre profond.  Au nez, les fruits rouges sont francs et se laissent accompagner de cerises et d’épices de boulangerie. Par la suite, un peu de maïs sucré se mélange aux notes boisées et de cassonade brûlée.

En bouche, les fruits rouges et la cerise confite aux épices de boulangerie sont au premier plan.  Par la suite, la cerise devient réglisse rouge et s’accompagne d’un sucre brun légèrement brûlé. Les épices, plus particulièrement la cannelle et la muscade se joignent à la chaleur d’alcool et finissent par prendre le dessus.  Un peu de seigle et de bois sec prennent place à l’arrière-plan.

La finale est longue et intense, la  cerise, le sucre brûlé et le maïs sont aux premières loges. Puis, la barrique s’installe avec quelques notes piquantes de cannelle et de muscade. Une légère amertume tente de prendre place.

Ici, on a affaire à un bourbon intense avec des saveurs biens marquées sans nécessairement en déséquilibre.  Tout est bien à sa place, les différentes saveurs sont bien présentes et intenses sans non plus tenter de voler la place de l’autre.

Sérieusement à considérer lorsque disponible… un jour peut être à la SAQ…

Four Roses 125e Anniversaire (# 211)

crédit photo: breakingbourbon.com

Nom : Four Roses 125e Anniversaire

Type : Straight Bourbon Whiskey

Région : Kentucky, É-U

Taux d’alcool : 51.6%

Site web : fourrosesbourbon.com

Prix : 85$US

Disponibilité : Inconnu

 

La distillerie Four Roses est située dans le “Speyside” du whisky américain, à savoir, le Kentucky, plus précisément dans la ville de Lawrenceburg .  L’histoire derrière Four Roses est un peu nébuleuse, l’une d’entre elles concerne un type du nom de Paul Jones Jr qui aurait fondé la marque en 1888… Puisque la distillerie a présenté en 2013 une édition pour commémorer les 125 ans de la distillerie, il faut alors croire que dans les livres d’histoires de la distillerie,  Mr Jones en est le fondateur officiel.

Les prochaines fiches seront issues d’un petit lot de trois échantillons de la distillerie Four Roses, à savoir le Small Batch, le Single Barrel et l’édition 125e Anniversaire.  Merci à Maryse P. de Whisky Montréal et à Alex Atman de La Décapsule pour les échantillons.

Parlons maintenant un peu de l’édition 125e Anniversaire, ce Bourbon est embouteillé à la puissance du fût (barrel strength) à 103.2 Proof (51.6%).  Il serait un assemblage de bourbons issus des différentes recettes de Four Roses tous âgés entre 13 et 18 ans (pour les intéressés plus pointilleux: OBSV 18 ans, OBSK 13 ans et OESK 13 ans).  L’embouteillage était limité à un peu moins de 12 500 bouteilles.

Ma dégustation :

Nez :  Alcool, cerise noire, réglisse, épices

Goût : Petits fruits rouges frais et en jujubes, épices, boisé

Finale : Longue, cerises en bonbons, boisée

La couleur de ce bourbon est d’un ambre cuivré qui se laisse accompagner de quelques reflets légèrement rosés.  Au nez, c’est puissant en alcool, faut être prudent en approche ! La  cerise noire, la réglisse rouge et le maïs sont au premier plan.  Par la suite un peu d’épices et de bois bien sec.

En bouche c’est une explosion de framboises et de cerises, tant fraîches que dans leur version jujubes lesquels macèrent dans l’alcool. Par la suite la chaleur d’alcool, cannelle, muscade et poivre de Jamaïque se développent avec une intensité soutenue.  Le sucre blanc et le maïs crémeux viennent adoucir le tout et ouvrir la porte au bois et à ses tanins.

La finale est longue, sucrée et en douceur.  Les cerises en bonbons, le sucre blanc et le maïs s’étirent de longs moments.  Le tout me rappelle les petites bouchées de réglisse rouge ‘’Nibs’’ ! Puis la barrique prend place avec les épices et une légère touche de vanille.

Un bon bourbon avec des saveurs pleines d’intensité et de kick ! Une édition spéciale qui ne déçoit pas sans non plus ébranler les fondations du temple !  L’édition 125e Anniversaire n’est plus disponible, mais sur le site de Four Roses on mentionne que l’édition 130e serait offerte depuis septembre 2018…

Si jamais vous avez cette bouteille…

Macallen Ferme & Brasserie – Alliances (# 210)

Nom : Alliances (colab. Macallen – Épitaphe)

Type : Scotch Ale vieillie en fût de scotch d’Islay

Région : Rawdon, Québec

Taux d’alcool : 11%

Embouteillage : novembre 2018

Macallen Ferme & Brasserie est une nouvelle microbrasserie lanaudoise située à Rawdon et fondée par Ryan Allen en 2017.  Mais l’histoire débute quelques années plus tôt, soit en 1944 lorsque grand-père Victor Allen achète une terre agricole à Rawdon.  Au fil du temps, petit-fils Ryan a pris la relève et s’occupe de la gestion de la ferme et ce, depuis 2004.

Ryan adore la bière et brasse ses propres élixirs houblonnés sur sa ferme.  Macallen offre maintenant deux bières régulières sur les tablettes des commerces spécialisés de la région: Le Répit du Fermier, une pale ale anglaise et La Réserve du Fermier, une IPA américaine.

En début 2018, Ryan a travaillé sur un projet spécial en collaboration avec une autre brasserie, Épitaphe.  Il réussit à mettre la main sur quelques barriques de scotch whisky en provenance de l’île d’Islay, la distillerie Laphroaig et la distillerie Ardbeg !  En inspectant les fûts, pleins de parfums de tourbe, de fumée, de sels minéraux, de grains et de céréales le frappe de plein fouet… À cet instant, l’image  d’une bière de type scotch ale se dessine, la bière parfaite pour aller recueillir les doux parfums emprisonnés dans ces barriques d’Islay !

Pour faire cette bière Ryan a utilisé de l’orge de type Marris Otter qui pousse sur sa ferme, qui a ensuite été malté et torréfié par un de ses amis.  Le houblon utilisé pousse également sur sa ferme, du East Rawdon Golding. Une fois la fermentation et les quatre fûts remplis, il ne restait qu’à attendre…et Huit mois plus tard, la magie était faite.

Maintenant, voyons voir… mais avant, Merci à Ryan Allen pour l’échantillon.

Lorsque versée doucement dans le verre, une belle mousse style crema espresso se forme à la surface en même temps que les arômes de tourbe et de fumée s’en échappent.  Cette scotch ale est d’un brun très foncé et offre de beaux reflets acajou. L’effervescence semble plutôt minimale. Au nez, c’est assurément tourbé et fumé, avec un peu de sucre brun caramélisé et de céréales torréfiés.

L’entrée en bouche est plutôt intense !  C’est fumé et très tourbé ! On pourrait facilement s’imaginer que du peated malt a été ajouté à la recette, un peu comme la Castor Islay.  Par la suite, le côté marin, salin et iodé de la tourbe prend de l’ampleur.  Les coquillages et les algues marines se mélangent à la boucane d’un feu de camp.  Un peu de sucre d’orge brûlé, de malt torréfié et quelques notes de barriques s’harmonisent à la chaleur de l’alcool qui vient enrober le tout.  Par la suite les salines et maritimes de la tourbe reviennent à la charge.

La finale est longue, persistante et tourbée.  Les notes de tourbes, de fumée et de barriques retrouvées en bouche s’étirent de très longs instants.  En s’étirant, l’ensemble laisse tout doucement place aux sels marins.

Que dire, WOW ! Malgré ses 11%, jamais les notes d’alcool sont venue gâcher la fête, simplement arrondir et agrémenter l’expérience.  Les amateurs de scotch de l’île d’Islay seraient sûrement charmés par cette bière, mais malheureusement c’était une édition plutôt limitée et le tout s’est envolé en quelques jours…

🙂 Petit scoop, Ryan m’a mentionné qu’une fois les quatre barriques d’Islay vides, elles furent remplies à nouveau, une version #2 est donc en processus… 🙂

Ryan, may I say please ?

Gibson’s Finest – 12 ans (# 209)

Nom : Gibson’s Finest 12 ans

Type : Whisky Canadien

Région : Ontario, Canada

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.gibsonsfinest.ca

Prix : 33,25$

Disponibilité :  SAQ: 11579337

Le whisky canadien Gibson’s Finest est la création d’un certain John Gibson qui, en 1856 ouvrit sa distillerie en Pennsylvanie.  Malheureusement la période de prohibition aux États-Unis forcera à fermer boutique. En 1945 le nom fut racheté par Schenley et rapatrier au Canada, plus précisément à Valleyfield, PQ.  Le propriétaire actuel de la marque Gibson’s Finest est la Hiram Walker Distillery qui se trouve dans la ville de Windsor en Ontario.

Ma dégustation :

Nez : Alcool, seigle, épices

Goût : Alcool, épices, érable, bois léger

Finale : Courte, érable, boisée

De couleur or et offrant des reflets ambre pâle, ce whisky est tout ce qu’il y a de typique mais la texture semble un peu mince.  Au nez, c’est une pointe d’alcool, de seigle et d’épices qui sont au premier plan. Par la suite, un peu de sucre brûlé et de vanille font acte de présence.

L’entrée en bouche est tout comme le nez, sur l’alcool, les épices et le seigle.  Par la suite, un peu de beurre d’érable légèrement vanillé apparaît puis, les épices et le chêne légèrement brûlé ferment le tout. L’ensemble est plutôt fade et sans punch.

La finale est un peu courte mais sans désagrément, un peu de sirop d’érable et de notes boisées perdurent quelques moments.

Un peu décevant pour un whisky âgé de 12 ans, je m’attendais à beaucoup plus de complexité et de profondeur.  En même temps, à 33$ faut pas non plus s’attendre à de grands miracles. Un simple whisky de semaine ou de terrasse avec des glaçons…

Aberlour 12 ans (#208)

Nom : Aberlour 12 ans

Type : Scotch single malt

Région : Highland (Speyside), Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : www.aberlour.com

Prix : 60,50$

Disponibilité : SAQ #10866887

Fondée en 1878, la distillerie Aberlour est située en plein cœur de la vallée Spey, une région très riche en distillerie. En effet, dans un rayon d’une trentaine de kilomètres on y retrouve plus d’une cinquantaine de distilleries, notamment Macallan, Balvenie, Glenfiddich et Glenfarclas, c’est une belle région à ajouter au carnet de voyage ! La gamme de base d’Aberlour est composée de scotchs de 10, 12 et 18 ans mais elle est surtout réputée pour son fameux A’bunadh, lequel est un whisky “small batch” très réputé et recherché par les amateurs.

Je vous présente aujourd’hui le 12 ans.  Il a maturé pendant 11 ans dans d’ex-fûts de Bourbon et ensuite affiné pendant un an dans des fûts de Sherry.

Ma dégustation :

Nez : Délicat, fruits confits, malt sucré

Goût : Mielleux, fruits confits, épices, boisé

Finale : Courte, agréable et douce, fruits confits, miel

Au regard, le Aberlour 12 ans offre une jolie robe cuivrée offrant des reflets ambre profond. L’approche du verre au nez nous offre des parfums de fruits confits et de malt sucré.  Les dattes, les abricots et les pruneaux confits au miel sont au premier plan avec un peu de vanille et de malt sucré. Par la suite, quelques notes d’oranges confites et de barrique prennent place.

L’entrée en bouche est douce, mielleuse et sucrée.  Les fruits confits au miel sont de retour et s’accompagnent d’un doux sucre d’orge.  Par la suite un peu d’épices, de vanille et de chêne sec se joignent à l’ensemble.

La finale, quoique relativement courte est très agréable, douce et sucrée.  Les fruits confits, le miel et le bois sec sont au rendez-vous et nous forcent à reprendre une petite gorgée afin de prolonger l’expérience.

Un bon scotch qui est tout simplement efficace et facile d’approche, qui est bien équilibré du début à la fin malgré une finale un peu courte, laquelle nous invite à s’y replonger rapidement.  Ce scotch est une belle porte d’entrée pour un amateur en devenir ou un bon “every day dram” pour l’amateur déjà conquis !

The Glenlivet – Captain’s Reserve (#207)

Nom : The Glenlivet – Captain’s Reserve

Type : Scotch single malt

Région : Speyside, Écosse

Taux d’alcool : 40%

Site web : theglenlivet.com/captains-reserve

Prix : 67,75$

Disponibilité : SAQ #13806126

Le tout dernier scotch de la lignée principale de la distillerie The Glenlivet est le Captain’s  Reserve. L’idée derrière ce scotch est de rendre hommage au Capitaine Bill Grant Smith, l’arrière-petit-fils du fondateur de Glenlivet, M. George Smith.  Dans son jeune temps, ce brave capitaine a combattu au sein de l’armée britannique pendant la Première Guerre Mondiale.  Il s’est ensuite investi dans la distillerie de son ancêtre afin de s’assurer qu’elle perdure pendant la très difficile période de Prohibition.

Tout comme le Founder’s Reserve, c’est un scotch sans mention d’âge (NAS), lequel est vieilli dans d’ex-fûts de bourbon et de sherry pour ensuite être affiné dans des fûts ayant contenus du Cognac.  L’affinement en ex-fût de Cognac est plutôt rare dans le monde du scotch whisky.

Je tiens à  remercier The Glenlivet Distillery pour la  bouteille.

Ma dégustation :

Nez : timide, miel, poire, épices

Goût : fruits blancs, miel, épices, bois épicé

Finale : moyenne, miel, malt, épices, léger boisé

The Captain’s Réserve est d’un cuivré bien brillant.  Au nez, c’est timide et délicat aux premiers instants.  Tout doucement, le miel sucré et les poires se pointent le bout du nez.  Par la suite, la mie de pain et les épices de boulangerie, plus particulièrement la cannelle sucrée, prennent place.  Loin à l’arrière-plan, on peut retrouver quelques notes de tabac frais.

L’entrée en bouche est douce et légèrement sucrée, le miel doré, la poire et la pêche bien mûres sont au premier plan.  Par la suite, sucre d’orge, raisins secs “golden” et petits fruits rouges se marient aux épices de boulangerie. Lentement, quelques notes boisées se laissent accompagner de gingembre.  Un peu de tabac frais apparaît en début de finale.

La finale, que je qualifierais d’un peu courte, est remplie de notes très agréables de miel, de malt et d’épices, cela nous pousse alors à replonger aussitôt dans l’expérience.  Si on laisse le temps à l’ensemble de s’étirer un peu, on a droit à un retour du tabac frais et à quelques notes de barrique légèrement sucrée.

Je ne suis vraiment pas un expert en Cognac et ne peux vous confirmer que ses saveurs y sont bien présentes et prennent leur place…. Cependant, l’ensemble est, selon moi, plus qu’intéressant ! les saveurs, quoiqu’un peu discrètes, sauront quand même plaire à plusieurs.  C’est un beau scotch à offrir aux convives lors des célébrations entourant les Fêtes et même en cadeau à l’amateur curieux qui désire s’aventurer un peu.

Petite réflexion personnelle, peut-être qu’un embouteillage à 43% ou même 46% aurait permis aux différentes saveurs de s’exprimer plus promptement…

%d blogueurs aiment ce contenu :